Tout le monde ne veut pas quitter son emploi et c’est tant mieux. Il se peut qu’aujourd’hui, vous adoriez votre travail salarié. Encore une fois tant mieux.

Moi-même j’ai kiffé tous mes jobs. De magasinier, à traiteur, à préparateur de véhicules neufs chez Renault, à ingénieur support en salle des marchés.

Sauf les quelques derniers mois où ce n’était plus possible de rester immobilisé sous mon néon.
J’avais l’impression de trahir mes collègues, car je n’avais plus envie de travailler (pour quelqu’un d’autre) et du coup, c’est eux qui récupéraient mon travail.

Vous pouvez adorer votre poste, MAIS du jour au lendemain la situation peut changer. Votre responsable qui est muté et vous vous retrouvez avec un nouveau chef, con, qui vous harcèle.
Les manières de bosser au sein de la boîte changent, et votre travail change lui aussi.
Votre boîte déménage et vous devez déménager aussi ou vous taper une heure de transport en plus.
Votre boîte est rachetée par une autre et on doit couper dans les effectifs.

Bref, il y a 10 000 raisons qui font qu’un job que vous aimez aujourd’hui puisse se transformer en cauchemar.

C’est pour cela que vous devriez tendre à devenir indépendant financièrement même si vous adorez votre emploi.

Si pour une raison quelconque votre job change pour le pire. Vous vous en moquez, car vous n’en avez pas besoin pour vivre et vous pouvez dire « bye bye ».

Mais votre entreprise dispose d’un véritable arsenal pour vous « empêcher » de quitter la rat race. Si vous partez, elle est dans l’embarras. Au fil du temps, les boîtes ont développé plusieurs stratagèmes pour vous garder dans les effectifs.

Voyons voir le TOP 4 des stratagèmes des entreprises pour nous maintenir dans la rat race.

Stratagème n° 1 : Le CDI « Contrat D’Insécurité »

Dans la société d’aujourd’hui, obtenir un CDI c’est le Saint-Graal. La réussite ultime. On nous fait croire que c’est ce qu’il y a de plus sûr pour nous.
Dans la pratique, une entreprise a toujours les moyens de stopper un contrat. Les indemnités pour 10 ans de bons et loyaux services ? Souvent ridicule…

Même si vous allez aux prudhommes et que vous récupérez 50 000 ou 100 000 €, vous avez perdu beaucoup d’argent, d’énergie et surtout de temps, par rapport à ce que vous auriez pu faire en 10 ans (investissements et création de business en parallèle de votre CDI)

Stratagème n° 2 : La fiche de paie

Il y a 3 choses auxquelles nous sommes accro sur terre :

– La cocaïne (jamais touché)
– Le sucre (je le limite fortement)
– La fiche de paie (je n’en ai plus depuis 2011)

Voici l’ordre addiction, du plus faible au plus fort :

COCAÏNE < SUCRE RAFFINÉ < FICHE DE PAIE

On est plus accro à la fiche de paie qu’à la cocaïne.

Autrement dit, c’est plus difficile « d’arrêter » la fiche de paie que d’arrêter de se shooter.

Tous les mois nous avons une piqûre de rappel qui nous fait du bien.

Tous les mois on se dit, « vas-y ça me saoule, je vais me lancer à mon compte, investir, créer mon business » et au même moment le patron nous tend une enveloppe avec un chèque et ça fait « PCHITTTTTT ». Un peu comme lorsqu’un forgeron plonge une lame dans l’eau. On est refroidi, ça nous calme et on repart pour un mois.

Quand je bossais à Londres, c’était assez flippant. Là bas, chaque semaine ou tous les 15 jours le chef circule dans l’open space et remet les enveloppes à tous les salariés.

C’était un moment que je détestais.

Il n’y avait pas un bruit. On pouvait entendre une mouche péter.
J’observais les gens (chaque enveloppe était confidentielle, on ne savait pas combien gagnaient les autres). Lorsqu’ils ouvraient l’enveloppe et qu’ils regardaient en bas de la page, c’est comme s’ils étaient possédés et apaisés en même temps.

C’est à ce moment-là que je me suis dit que je devais être celui qui remettait les fiches de paie et non celui qui les reçoit.

Question : Combien de temps pouvez-vous tenir sans fiches de paie ?

C’est comme cela que l’on mesure la vraie indépendance.

Si vos revenus passifs et alternatifs dépassent vos dépenses, vous pouvez tenir de manière infinie. Plutôt cool !

Stratagème n° 3 : Le CE (comité d’entreprise)

Lorsqu’une entreprise dispose de plus de 50 salariés, elle a pour obligation de créer un CE. On connaît tous ce truc.

Je me rappelle quand j’étais petit, mon oncle « pauvre » (mais que j’adore quand même ;-)) qui bossait chez Renault me ramenait tous les jeudis soir une liste de jeux vidéos que l’on pouvait emprunter au CE pour le weekend. C’était trop cool !

Les entreprises sont malignes. Elles mettent déjà dans l’esprit des plus petits qu’il faut rejoindre leurs rangs, car c’est trop cool, il y a un bon CE !

Je discutais dernièrement aussi avec des amis qui parlaient d’un CE qui permettait de bénéficier de -75 % sur un séjour au Club Med.

Attention, c’est super cool d’aller au Club Med, surtout avec une telle réduction !

Mais il ne faut pas que ça nous empêche de vouloir faire autre chose, ou pire de nous limiter. Simplement parce que dans cette boîte, « finalement, on n’est pas trop mal. »

Le pire c’est que ces 2 amis en question ont largement de quoi lancer leur business à succès qui leur paiera l’équivalent de 100 séjours annuel au Club Med s’ils le souhaitent…

Gardez à l’esprit que si la boîte vous donne -75 % pour aller au Club Med, vous lui rapportez au moins 10 fois plus.

La boîte vous aime bien, mais il ne faut pas déconner non plus 😉

Stratagème n° 4 : Les tickets restaurants

CELLE-LÀ C’EST CELLE QUI M’ÉNERVE LE PLUS.

Lorsque j’étais consultant en informatique, j’étais bien payé, mieux payé que la moyenne.
Autour de 3200 € net plus bonus alors que certains n’étaient payés que 1800 € (ils s’étaient fait avoir) MAISSSSSS, ils avaient des tickets resto ! Pleins !

Vous êtes sérieux les mecs ?

C’est la plus grosse arnaque ! L’employeur vous donne des tickets restaurants pour manger le midi lorsque vous travaillez pour lui (donc encore heureux) et il inclut ça comme un bonus de malade, de haut vol et d’une valeur exceptionnelle.

Personnellement, j’avais dit non je ne veux pas de tickets resto, c’est pourri votre truc.
Je veux :

– Tel salaire net
– 15 € de frais de bouche journalier (quand je bosse j’ai 15 € pour manger et quand je ne bosse pas, je n’ai pas ces 15 € de frais de bouche)
– Un bonus sur objectifs
– Mais je ne veux surtout pas de vos tickets resto qui font « gonfler virtuellement » mon salaire.

En conclusion, si vous lisez bien entre les lignes, je ne dis pas qu’être salarié c’est nul. Au contraire.

Si comme moi vous partez de zéro, c’est la seule chose que vous pouvez faire pour commencer. Échangez votre temps contre de l’argent.

Mais si vous le souhaitez, très vite vous pouvez convertir cet argent gagné en travaillant dur, en actif qui va travailler dur pour vous.

Et vous ne dépendrez plus de votre employeur. Mais rien ne vous empêchera de rester dans votre job si vous le kiffez (aujourd’hui, mais vous savez que ça peut changer du jour au lendemain).

À noter que j’ai moi-même 4 salariées en CDI, je leur verse un salaire tous les mois. C’est donc toujours délicat pour moi de dire aux gens « Barrez-vous de la Rat Race » alors que j’emploie 4 personnes à temps plein + des dizaines d’autres qui travaillent pour moi plus ou moins ponctuellement et régulièrement.
Il y a 2 types de jobs :
– Le job qu’on a envie de quitter TOUT DE SUITE
– Et le job où on se sent bien, on s’épanouit, on apprend énormément et où l’on s’éloigne tous les jours de la rat race.

C’est cette 2e catégorie d’emplois que j’offre à mon équipe.
Liberté géographique, liberté de penser, bonne rémunération, partage du gâteau à la fin de l’année, voyages, apprentissage continu, incitation à investir et à devenir indépendant financièrement (Sabryna vient de signer un compromis pour un immeuble de rapport).
Si vous venez à un de mes séminaires, venez discuter avec Sabryna, Ketty ou Harmonie et elles vous donnerons leur avis !

Dites-moi dans les commentaires ci-dessous quels autres stratagèmes vous avez rencontré (par exemple le PEE : Plan d’Épargne Entreprise, ou encore le 13e mois, ou… Bon il y en a tellement que je m’arrête là et je vous laisse vous exprimer dans les commentaires !)

GD Star Rating
loading...
4 Stratagèmes De Votre Entreprise Pour Vous Maintenir Dans La Rat Race, 8.6 out of 10 based on 60 ratings

Publié par Cédric Annicette

37 Commentaires

  1. Cela dit et aussi paradoxal que cela puisse paraître le salariat est une des meilleures choses qui puissent nous arriver pour nous mener à l’indépendance financière :

    1°) Pour quitter la rat race il faut déjà avoir conscience qu’on est dans la rat race. Et cela est d’autant plus simple quand on a la chance de tomber sur des «petits chefs»
    C’est d’autant plus facile de virer son patron que celui-ci est facilement identifiable…
    Je connais beaucoup d’entrepreneurs qui sont dans la rat race mais qui à l’instar de Monsieur Jourdain et sa prose l’ignorent et confondent le statut d’indépendant et l’indépendance.
    En réalité il ont juste remplacé un patron par une poignée de patrons (leurs clients)

    2°) Même si le CDI n’est pas sécuritaire il a quand même l’avantage de rassurer le banquier. Même s’il n’est pas impossible (loin de là) d’emprunter sans CDI c’est quand même beaucoup plus facile quand on lui présente un CDI. En particulier pour le premier investissement. Et quand on a fait le premier investissement on est sur l’autoroute de l’indépendance financière et (presque) plus rien ne peut plus nous arrêter.

    Répondre

    1. Bonjour,

      @ Vire ton patron : J’aime bien ta vision des choses ! J’irai plus loin concernant le CDI, grâce à lui on a 2 salaires mais la grande majorité n’en voit qu’un seul : 1 Le salaire que l’on connait tous qui est le revenu du travail pour nous permettre de vivre et d’épargner 2) La capacité d’investissement grâce à l’endettement qui nous permet à terme de quitter la rat race.

      Les classes moyennes se plaignent de payer trop d’impôts mais c’est normal qu’elle en paient car elles ont un CDI et n’investissent pas (leur job n’est donc fait qu’à moitié).

      @ Cédric Annicette : J’adore ta manière de penser concernant tes salariés et je pense qu’ils seront sur-motivés les quelques années pendant lesquelles ils travailleront avec toi. Les patrons qui enferment leurs employés dans la “rat race” finissent par avoir des “rats” qui tournent en rond et ne sont plus productifs. C’est peut-être une des raisons pour laquelle l France a du mal à être compétitive.

      Yves Le Morellec mesmentors.fr

      Répondre

    2. 1. Faux, j’ai quitté la rat race sans même y être rentré ! Mais je rejoins quand même ton analyse, on se rend plus facilement compte qu’on veut la quitter quand on la subit ! 🙂

      Répondre

  2. Nous chez alten à l’époque on nous parlait du package ça m’a toujours fait rire et surtout les indemnités kilométriques ahahaha lol

    Maintenant je suis indep et ça change la vie, j’essaye et fait le max pour le rester !

    Répondre

    1. Cédric Annicette25 septembre 2016 à 8:40

      J’ai travaillé chez Alten également 😉

      Répondre

  3. parfait
    un artcile a partager,
    moi jai un revenu passif de plus de 20k euros mais je suis toujours accro a mon job bien paye dingenieur, 🙂

    peace

    Répondre

  4. Motivant de fou ton article Cédric. C’est exactement le ressenti que j’ai, c’est exactement comme cela que je vis les choses quand mon boss me dépose ma fiche de paie.
    Je suis tellement accroc que je n’arrive pas à concevoir le fait de quitter mon job, et pourtant, mon plus grand rêve, c’est l’indépendance.
    Merde, ça met un coup de pied aux fesses. Je commence tout juste quelques investissements. C’est très long à se mettre en place et il faut que je tienne encore 2 ans avant de tout plaquer (pour m’assurer de pouvoir financer mes projets via la banque).
    On s’accroche.

    Merci pour ces mots, tu parles directement à mon âme !
    Continue comme ça !

    Répondre

  5. Salut Cédric,
    Très bon article, je partage largement ton analyse.
    Comme tu le dis en début de ton article, un CDI peut se perdre du jour au lendemain. Il n’est en rien une protection absolue. Allez, je vais dire qu’il à quand même un côté positif : il permet de rassurer un banquier lorsque tu souhaites emprunter pour investir.
    Et lorsque quelqu’un perd ton fameux CDI, soit il a eu la chance de recevoir une éducation financière et il a su la mettre en application pour générer des revenus alternatifs, soit ça va se compliquer pour lui…
    Quant aux CE, tickets resto, et autres packages ne sont effectivement qu’un miroir aux alouettes nous faisant penser “qu’on est pas si mal que ça dans cette boite”.
    Sur ce, je retourne travailler à mes occupations pour quitter la rat race.

    Répondre

  6. salut Cédric
    je ne savais pas que tu avais fais un boulot de traiteur !!
    j’adore tes articles avec tes métaphores très puissantes
    – La cocaïne (jamais touché)
    – Le sucre je le limite aussi
    – La fiche de paie j’en ai plus de puis un mois (je vais crée mon entreprise)
    bravo à sabryna pour l’immeuble de rapport
    bonne journée

    Répondre

    1. Cédric Annicette19 septembre 2016 à 9:59

      Salut Jerome, oui j’ai travaillé au Leclerc d’Osny comme traiteur durant les fêtes de fin d’années (préparations des langoustes congelées entre autres).
      Bon courage pour la suite 🙂

      Cédric

      Répondre

      1. salut Cédric
        encore un point en commun
        j’ai bossé chez conforma comme magasinier et préparer les véhicules pour la location .
        j’ai fait aussi du théâtre et aussi pour le son
        j’ai bossé en nettoyage !!
        mais parents était boucher charcutier donc le traiteur je connais
        bonne journée

        Répondre

  7. Salut, j’ai eu la “chance” d’avoir pour mon premier (et dernier) CDI il y a 3 ans (avant j’etais intermittent, puis indép pauvre), un patron faussement cool, un CE pourri, un petit chef authoritaire a 2 balles et des conditions de travail lamentables (froids, lourdes charges, pression, horaires jusqu’à 24h d’affilées).
    Du coup, dès que j’ai eu 2 finacements d’apparts (grace a QLRR3.0), je me suis barré et mon patron m’a traité de petite nature 🙂
    Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un boulot trop difficile et beaucoup font ce que tu dis Cédric, ils tiennent un mois de plus. Et encore un mois, et encore un mois.
    Et la vie passe

    Répondre

  8. CDI devrait plutôt être CDD = contrat de dépendance ^^
    J’aime bien l’analogie que tu fais entre drogue et fiche de paie, c’est tout à fait ça !
    Je suis encore accro, j’avoue, par confort ; mais l’envie est forte de partir…
    Un autre stratagème aussi, quoique pas forcément volontaire, c’est qu’on échange du temps contre de l’argent, et qu’on est contraint de travailler beaucoup d’heures pour avoir des revenus corrects. Les mi-temps sont rarement acceptés et les taux horaires sont vite plafonnés… Donc dans le salariat, pour être riche, c’est très très dur car nous n’avons tous que 24h dans une journée et que le taux horaire est fortement limité. Pas possible de s’affranchir dans ce modèle.
    Donc une difficulté pour sortir de la rat race, c’est trouver le temps et l’énergie après ce travail qui prend beaucoup de temps et d’énergie…

    Répondre

  9. Un de tes meilleurs articles, bravo ! Tu montes en puissance de semaine en semaine depuis quelques temps !

    Pour le CDI, on oublie souvent qu’il s’agit d’une durée “Indéterminée” et non pas “Illimitée” mais tout est présenté comme si ça l’était.

    Tu dois “rouler des yeux” souvent quand tu discutes avec tes amis salariés 🙂

    Répondre

  10. Bonjour Cedric,
    moi personnellement, je n’ai jamais été salarié et je ne voulais pas l’être non plus. Depuis que je suis gosse, je suis convaincu que je dois être celui qui remet les fiches de paye et non celui qui en reçoit (pour prendre ton exemple). De plus je trouve qu’être salarié réduit considérablement les capacités expansion.

    Répondre

  11. Bonjour Cedric

    Tu as encore la prime (de fin d’année), plus le Noël pour les enfants…
    Parfois la “fête” réunion de début d’année, avec la galette des rois.

    Mais la prime de fin d’année est le MUST le plus impressionnant dans ce que tu dis. 🙂
    l’Amibe

    Répondre

  12. Salut Cédric . Article sympa… Ou comment être dans la Ratrace sans s’en rendre compte ?
    Effectivement tout est fait pour que l’on reste emprisonné dans cet engrenage vicieux.
    Mais à partir du moment où l’on ouvre les yeux et que l’on se rend compte de ce qu’est la Ratrace, ce n’est plus une fatalité…. à condition de se bouger le derrière !
    Apprendre puis appliquer les méthodes pour s’enrichir et gagner sa liberté financière. Voilà comment il faut agir….

    Répondre

  13. Bonjour Cédric ,
    Bravo pour cet article décapant comme d’habitude .
    Le problème est que lorsqu’on est dans là Rat race on est le nez dans le guidon, et la fiche de paie
    C’est notre moyen de survivre . C’est d’autant plus dure quand on touche le smic .
    Je suis commercial ( en immobilier ) ma fiche de paie c’est mon fixe , ce qui me motive c’est la commission que je touche sur mes ventes . Mais je rêve de me mettre à mon compte même si je n’aurais plus cette Garantie . Et je pense que cela be vas pas tarder ..Merci.

    Répondre

  14. Tout à fait cà j’ai eu les 4 pendant plus de 9 ans. En maintenant j’ai la chance de pouvoir dire depuis 2 jours que ne suis mon propre patron!

    Merci a toi mon cher Cédric!

    Michael

    Répondre

  15. Hello Cédric,

    Tu dépeins très bien les travers de la vie salarié mais c’est une chance de pouvoir s’en servir comme tremplin. Chaque jour faire un petit pas dans le bon sens en développant son patrimoine… tout en accumulant de l’expérience si possible dans un domaine qui nous plaît et qui pourrait nous permettre de se lancer en indép si on le souhaite.

    Pierre-Antoine

    Répondre

  16. Bonjour Mr Annicette,

    Depuis quelques mois je vous suis car cela fait déjà 5ans que je voulais investir dans l’immobilier mais je n’ai pas encore les connaissances nécessaires pour me lancer, mais un ami m’a parler de vous et depuis je suis vos vidéos et j’ai beaucoup appris.

    J’ai actuellement 26ans et j’aimerais commencer à investir pour quitter la ratrace.
    Pour cela j’aimerais savoir quand venez vous faire un séminaire sur paris afin de pouvoir enrichir mes connaissances pour pouvoir enfin passer à l’ ACTION !

    Dans l’attente de votre réponse,

    Bonne journée.

    VERIN

    Répondre

  17. Ah oui, des avantages, on en a plein : le PEE, payé sur 13,5 mois (un “demi” mois en juin et le 13e en décembre), le super CE qui nous offre tickets ciné, chèques-vacances, 100 € de tickets trucmuche pour Noël, 60 € de tickets bidule pour “activité culturelle ou sportive”, la méthode de badgeage qui nous permet d’avoir des jours sur un compte épargne temps, d’épargner nos jours si on ne prend pas tous nos congés, et de monétiser ce restant de jours de congés, au besoin…

    et le fin du fin, l’arnaque totale, le plus gros de tous :

    ==> c’est le petit livret qu’on nous remet chaque année, qui détaille TOUUUUUUS les avantages offerts par la boîte, même si on n’en profite pas, pour qu’on se dise à la fin :
    – ahoué quand même, chui dans une super bonne boîte !

    Répondre

  18. Je vous trouve bien dur.
    Un bon CDI de bureau permet de faire de la bourse durant son temps de travail, de lire des blogs sur l’investissement comme celui de Cédric ou le miens.

    De faire de l’immobilier à crédit ou en SCPI si on est trop flemmard et qu’on veut rien gérer.

    Et si on à la chance d’avoir un PEE + PERCO avec un bon abondement ça fait des sacrés sommes défiscalisées à prendre sans passer par la case impôt.

    Je connais trop d’indépendant qui bosse tous les weekends.
    Indépendance oui mais si c’est pour travailler encore plus que lorsqu’on était salarié, je vois pas l’intérêt. l’argent ne rachetera pas votre temps écoulé.

    Donc vive le salariat pour démarrer et se lancer et une fois que les revenus passifs complètent en partie notre ancien salaire, on se met à mi-temps ou on trouve un travail plus tranquille pour s’occuper de sa famille et garder le régime social de la SECU car le RSI ça fait pas rêver 😉

    Bref chacun sa route chacun son chemin pour arriver au but 😉

    Répondre

    1. Tout à fait d’accord, vu sous cet angle c’est l’employé qui se sert de son patron en se constituant un bon patrimoine tranquillement et c’est plus ou moins gagnant gagnant

      Répondre

    2. Cédric Annicette25 septembre 2016 à 8:44

      Tu ne deviendras pas indépendant ou faisant des SCPI et de la bourse pendant 40 ans en attendant ta retraite…
      Mieux vaut travailler à fond et intelligemment pendant 5 ans, tout en profitant de la vie et ne plus jamais avoir à “bosser”. A part si tu en as envie.

      Ton PEE c’est quoi 10 000 € ? 20 000 € par an ?
      ça pu du cul. Kevin par exemple, vient de faire un achat revente, il a pris 80ke de plus-value NETTE.
      Créée toi ton PEE tout seul…

      Répondre

  19. Bonjour,

    j’ajouterai la participation aux bénéfices de l’entreprise, qu’ils vous demandent de placer dans le PEE pendant 5 ans, pour vous éviter de payer les impôts dessus.

    Chez nous, elle est 11% de votre salaire annuel brut, donc 1 mois de salaire.

    comme dirait Rachid, malgré tous mes ivestissements qui me rapportent pratiquement mon salaire, j’ai encore du mal à partir( la drogue).

    Je vais commencer par un mi-temps et je verrai ensuite.

    Sans compter l’espoir d’une retraite hypothétique donc je parle dans mon article: http://investissez-vous.fr/pourquoi-la-securite-dune-retraite-est-un-mythe/

    la plus part des cadres sont au smic, parce que au forfait jour, donc ils ont tendance à travailler de chez eux et donc de faire des heures supplémentaires non payés( je l’ai fait souvent, j’ai arrêté).

    Bon courage à nous autres de la rat race 😉

    Répondre

  20. Salut Cedric

    Toujours croustillant tes articles et très efficace !

    Merci et rdv en octobre

    Jo de http://www.parents-investisseurs.fr

    Répondre

  21. Bonjour Cédric,
    Oui c’est clair que la fiche de paye est une forme de “drogue” et plus le salaire est important et plus on se sent en insécurité de le quitter et alors si en plus on est un cadre fonctionnaire ou haut fonctionnaire, cela devient mission impossible…
    A bientôt…

    Répondre

  22. Salut Cédric,
    Article très motivant et révoltant pour continuer à bosser et gagner son indépendance financière.
    Il y’a aussi les séminaires organisés par l’entreprise pour tous les employés, parfois pour les endormir en leur faisant croire qu’ils sont exceptionnels …
    Bref, merci ton article est super !

    Répondre

  23. 3200€ à Londres ou à la Défense ?

    Que penses tu de l’investissement immobilier à Londres ou à New York, vu les loyers

    Répondre

    1. Cédric Annicette25 septembre 2016 à 8:45

      A la défense.
      A Londres je touchais le miminum.

      Répondre

  24. Salut Cédric
    La qualité de l’article est aussi redoutable que l’entreprise nous complaît dans la rat race: puissant.
    tu aurais pu ajouter les “pseudos entretiens annuels” qui miroitent augmentation, évolution…. comme stratagème d’entreprise..
    Cependant, pour quitter la rat race, je pense qu’il faut se conditionner à la quitter et si c’est le cas, tu abordes ta vie salarié d’une autre manière: avec beaucoup de détachement… Est ce ton ressenti quand tu bossais à Londres?

    Hâte de lire le prochain article
    Ray

    Répondre

  25. Salut Cédric ! C’est vrai que la fiche de paie est une addiction. Chaque 20 du mois je commence à être en manque. Mais à partir du mois d’octobre j’entame une cure de désintoxication : avec le cash flow dégagé par mon premier petit investissement locatif, j’ai décidé de ne travailler que 4 jours par semaine en tant que salarié et de mettre en place 1 jour uniquement dédié au developpement de revenus alternatifs. Je profite d’avoir de bonnes conditions au boulot pour pouvoir le faire. En espérant dégager de nouveau revenus rapidement pour me permettre de passer à 3 jours puis à 2 puis liberté liberté chérie ! Bon courage à tous ceux qui sont sur la route de l’indépendance !

    Répondre

  26. Salut Cédric,

    Coucou Cédric,

    Quand tu dis qu’on est accros au CDI, je crois que c’est plutôt le fait qu’on sache qu’on a une paie qui tombe chaque mois, chaque mois … chaque mois !
    C’est hyper psychologique !!! On a besoin d’être rassuré par cette somme d’argent (plus ou moins) fixe qui arrive régulièrement.
    On a l’impression que sans ça, c’est juste pas possible. Et ce, même si on a d’autres sources de revenus.

    Pour ma part, j’ai plusieurs loyers qui couvrent largement les crédits mais le fait d’avoir mon salaire, je trouve ça hyper cool … C’est dans la tête !
    Bon, je suis en train d’assurer la transition mais j’avoue que je prends mon temps 😉

    Biz’
    Lucela

    Répondre

  27. Salut Cédric !

    Effectivement, les sociétés usent de ces stratagèmes pour créer une appartenance à la société.
    Je pense aussi que les salariés eux-mêmes ont peur de quitter le côté sécuritaire de l’entreprise, au moins au niveau social !

    Au plaisir de te lire !

    Répondre

  28. Bonjour Cédric,

    Nous nous sommes rencontré en 2014 si je me trompe pas à l’un de tes séminaires sur l’indépendance financière à Paris que je n’oublierai pas. Venue spécialement des Antilles française pas loin de la Gwada. Sache qu’en partie grace à ton seminaire, ce que j’y ai appris, appliqué ensuite et aussi aux rencontres que j’ai faite. Depuis je suis propriétaire de 2 studios que je loue en saisonnier (1/an) . J’ai lu ton article qui est très motivateur, aujourd’hui je suis toujours en CDI et n’arrive pas à quitter la rat race pour l’insécurité et aussi cette fichu fiche de salaire “accro” pourtant c’est pas l’envie qui me manque!!! “Vous pouvez adorer votre poste, MAIS du jour au lendemain la situation peut changer” Aujourd’hui c’est exactement ce qui se passe pour moi la situation a changé… Je dois juste me décider et faire le bon choix… Au plaisir de te lire.

    Répondre

  29. Salut Cedric
    Très bel article. Au Cameroun, il n’y a pas beaucoup de tous ces avantages dans les pays développés mais les gens sont vraiment accro à la fiche de paie. Les pauvres ils n’ont rien d’autre ou du moins ils pensent n’avoir rien d’autre. Il se cramponnent à la secu de l’emploi.
    Le 13eme mois, l’assurance maladie, l’indemnité de salissure pour certain, indemnité de transport et autres indemnités ridicules les maintiennent dans la rat race.
    J’ai décidé de sortir de cet enfer sans même savoir comment je vais naviguer, mais ça ne saurait tarder.
    J’adore ton article.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.