Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs. J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Daniel: Comment savoir quand on peut s’arrêter de travailler? (3/4)

developement-personnelÉconomiser 300% de son salaire pour ne rien en faire est stupide. A un moment donné il faut faire machine arrière. D’ailleurs au bout de cinq ans, j’en avais assez de risquer ma vie. Alors je suis revenu en France (Koweit 1990). Mais j’ai continué à économiser 50% de mes gains qui n’était déjà plus que mes gains du à mon salaire seul, mais les gains de mes différents placements.
J’ai donc inventé un indicateur qui s’appelle le RPEV, Rapport Patrimoine Espérance de Vie.

[Suite:]

Le RPEV est égal au patrimoine (tout confondu) divisé par le nombre de mois qui me restent à vivre en partant du principe que je vais vivre jusqu’à cent ans.

Exemple : un patrimoine de 1,3 Millions d’Euros pour une personne de 49 ans correspond à 2124 € par mois. Si vous pouvez vivre avec 2124 € par mois, vous pouvez vous arrêter de travailler.

Ce calcul « stupide » ne prend pas en compte l’inflation, mais pour contrecarrer l’inflation le calcul ne prend pas en compte les intérêts des placements que rapporte le patrimoine. N’oublions pas que 1.3 Millions d’Euros placé à 4% rapporte 4300 € par mois! Je ne prends pas en compte ma retraite qui sera amputé des années où je n’ai pas économisé, je me prends des marges quoi!

Il faut bien sûr appliquer ce qui est dit dans l’article de Cédric « Millionaire » car je vis largement en dessous de mes moyens. Notez que ma vie a commencé dans un HLM avec des parents qui y vivent toujours et hier j’ai encore négocié à la baisse mon repas du midi pourtant frugal. J’achète toujours en solde et sachez également que je n’ai qu’un bac + 3 ce qui est déjà pas mal me direz vous. Tout cela pour dire que j’ai commencé à la base.

Pour le prochain billet je vais vous parler de mes doutes et quelques une de mes frustrations.

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs.

J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

14 réflexions au sujet de “Daniel: Comment savoir quand on peut s’arrêter de travailler? (3/4)”

  1. Bonnes leçons, et bonnes pratiques de gagner en vivant en dessous de ses moyens mais au final cette épargne supplémentaire ne se fait-elle pas au détriment du plaisir de vivre, du plaisir de l’achat impulsif ?

    Répondre
  2. Cet indice est une bonne idée pour se fixer un objectif, mais le fait de ne pas tenir compte des intérêts composés et de l’inflation est dommage.
    Je doute que quelle que soit l’époque, l’un et l’autre se soient un jour annulé.
    Pour qu’un placement soit acceptable, il faut qu’il rapporte au minimum 1,5 point de plus que l’inflation. Donc quelle que soit l’inflation à venir, on peut intégrer raisonnablement à cet indice un taux d’intérêts composés sur le capital restant à consommer.

    Répondre
  3. ArQucci, pour l’héritage, mes enfants ne savent pas la moindre chose de ce qui est écrit ici. D’ailleurs ils ne s’attendent pas à avoir un seul héritage, car il ne sont pas au courant de mes finances. Cela dit je leur inculque déjà quelques principes de base en économie.

    Michel tu as tout à fait raison, je me donne quelques marges. Mais j’ai voulu simplifier le principe, considère le « RPEV » comme un indicateur, une boussole!

    CMZ, vivre 100 ans c’est un objectif oui. Ca veut dire une nourriture équilibrée, du sport (pas trop) vivre dans un endroit non pollué…. manger bio.. faire des bilans de santé réguliers…..

    Graphseo, tu as raison, je ne succombe pas aux achats impulsifs. C’est ce que la société de consommation nous a mis dans la tête. On est manipulé. Pour ce qui est du plaisir de vivre, cela n’a rien à voir avec l’argent, le plaisir est ailleurs. Il faudrait parler du confort de vie. C’est vrai, de temps en temps une petite folie ça fait du bien! J’en parle demain!

    Répondre
  4. Et pour économiser 300% de votre salaire comment faites-vous ?

    Car cela veut dire que pour 2000€ de salaire, vous économisez 6000€ par mois…

    A moins que vous ne parliez de stock options, et autres revenus (loyers, placements ?).

    Répondre
  5. Pour les 300% de salaire (voire 400%)
    je gagnais à l’époque 9000 francs par mois (il y a 25 ans), j’avais des primes de risques qui doublaient mon salaire. J’avais des indemnités de voyage avec des forfaits journaliers d’environ 700 francs, donc 18000 francs et 21000 franc de forfait. Soit 40 000 francs par moi, exonéré d’impôt car expatrié. Je dormais soit dans mon gros 4×4 soit dans des hôtels indiqués sur le guide du routard. (version anglaise), soit dans ma tente. De temps en temps je flambais un peu dans un hôtel 5 étoiles, surtout pour prendre un bon bain!

    Répondre
  6. Est-ce indiscret de te demander dans quels pays tu as travaillé ?

    Pour un jeune qui voudrait partir travailler à l’étranger quelles sont selon toi les destinations qui ont du potentiel en ce moment ? L’Angola par exemple ?

    Répondre
  7. Je viens de comparer le RPEV avec une projection basée sur la consommation du capital avec prise en compte des intérêts composés que j’avais faite l’an dernier.
    Avec l’hypothèse d’un besoin mensuel d’environ 2000€, une espérance de vie de 100 ans (soit 65 ans), un taux de placement supérieur de 1,5% à l’inflation :
    – RPEV : besoin de 1,6M€
    – avec intérêts composés : le rendement permet de ne pas toucher au capital si j’ai 1,6M€ (celui-ci baisse de 3,5K€ à échéance). Pour s’arrêter en consommant tout le capital dans la philosophie du RPEV, le montant nécessaire n’est alors que de 1,01M€. On évite donc d’économiser encore 60% de cette somme avant d’atteindre son but avec le RPEV.

    Du coup, même comme indicateur, le RPEV ne permet pas de s’arrêter au bon moment.
    Intégrer les intérêts composés permet de s’arrêter de travailler plus tôt 🙂

    Répondre
  8. Bonjour à toutes et à tous,
    Bravo à Daniel pour la découverte de son indicateur RPEV et à Cédric pour la richesse et la qualité de son Blog.
    Je pense considérer le patrimoine de cette même manière. En la matière, on part toujours trop tôt ou trop tard ! Il est difficile d’accoster à zéro le jour de notre mort.
    à 46 ans, j’ai l’occasion de prendre ma retraite avec 54% de mon dernier traitement soit un montant de retraite de 1500 € / mois. Je suis propriétaire de ma résidence principale (le crédit est terminé) et j’ai fait un investissement locatif en 2002 qui s’autofinance. Eh bien je ne sais pas quoi faire !!! Quelle analyse multicritères utiliser pour prendre ma décision ? Je sais que beaucoup rêvent de prendre leur retraite le plus tôt possible étant donné les conditions de travail actuelles dans les entreprises comme dans la fonction publique : risques psychosociaux, stress en augmentation constante, etc.
    J’ai vécu jusqu’à 46 ans sans avoir le choix, aujourd’hui j’ai le choix entre 3 possibilités :
    1- arrêter de travailler
    2- continuer dans ma fonction actuelle que je n’aime plus du tout
    3- prendre la retraite proposée et faire des activités plus plaisantes rémunérées ou non (loisirs)
    Ayant vécu les deux états, je trouve qu’ avoir le choix est tout aussi pénible que de ne pas l’avoir.
    Je ne sais pas quoi faire. Avec l’indicateur RPEV de Daniel, je pense que l’on peut essayer de déterminer le moment où l’on estime avoir assez. C’est toute la question : Comment savoir quand on a atteint cet « Assez » ?
    C’est vraiment dommage d’avoir travaillé toute sa vie, ne pas avoir été libre, et quand vient la possibilité d’être autonome, libre, ne pas savoir quoi faire à s’en rendre vraiment triste. Donc voilà, il y a bien le calcul mathématique et les indicateurs et il y a aussi l’aspect qui est de l’ordre des émotions, de la psychologie, de la perte (travail de deuil sur la perte d’un emploi même s’il déplait, deuil de la perte de revenus, etc.), de la considération de la société, de notre utilité, etc. Voilà, je ne sais pas quoi faire, si mon vécu peut être utile et donne des idées ? Comment décider ?
    merci à toutes et à tous d’avoir lu mon commentaire.

    Répondre
  9. Aurelien, pour les pays Kenya, Somalie, Ethiopie, Rwanda, Cote d’ivoire, ghana, congo, sao tome, Niger, Liberia, Guinée (conakry) Algérie, Tunisie, Egypte, Hongrie, UK,, Pologne, Allemagne, Italie, Liban, Koweit, Venezuala, Brésil, Haiti, US, Canada (j’ai surement du en oublier)
    Michel merci pour la simulation, tu a tapé dans le mil, avec un mini maxi c’est parfait, il suffit de faire une courbe en abscisse, l’age, en ordonnée le capital qu’il faut pour arréter de travailler.
    Valair, Arrêter de travailler est mortel, c’est impossible de mon côté, c’est à dire, que depuis 4 ans, que j’ai tout quitté, je n’ai pas entamé une seule goutte de mon capital! En fait il a augmenté!!! J’ai donc rebossé!
    Cela dit, le truc c’est que maintenant tu peux monter ton affaire tranquillement, il m’est passé par la tête toutes sortes de business, mais j’ai le temps de réfléchir pour me lancer. Seulement je n’ai pas de compte à rendre à personne et pas de mois difficile!

    Répondre
  10. Comme suite à mon commentaire précédent et à la réponse de Daniel, c’est vrai que la liberté est importante, et finalement, dans mon cas comme pour tous, la question est de savoir quel prix nous sommes prêt à payer pour cette autonomie par rapport à un employeur, à la gestion de notre propre entreprise, etc. ?
    Dans mon cas : à 46 ans, j’ai donc l’occasion de prendre ma retraite avec 54% de mon dernier traitement soit un montant de retraite de 1500 € / mois et je peux calculer le coût de mon autonomie immédiate par rapport à un employeur car je peux soit partir à 55 ans avec 1900€ ou à 58 avec 2500 € (estimations). Donc pour un départ à 55 ans, je perds 9 ans d’activités et la différence entre ma retraite et le traitement est à peu près de 1300 €/mois avant impôts, donc disons 1000€ après impôts soit 9x12x1000=108k€ de pertes jusqu’à 55ans et ensuite je compte la différence entre les 2 retraites que jusque 80 ans car j’estime qu’au delà de 80 ans les besoins financiers baissent, je pourrait toujours mettre ma résidence principale en viager etc. Donc 80-55= 25, 25x12x(1900-1500)= 120k€. Donc gagner 9 années d’autonomie me coûtent 228k€. Est-ce que faire se calcul est pertinent ? Est-ce payer cher l’autonomie ? Faut-il ne pas regarder ce que l’on perd (228k€) mais plutôt regarder l’avenir avec toutes les riches possibilités qu’offre l’autonomie, y compris celle de retravailler comme le dit Daniel ? Je n’arrive pas à décider !

    Répondre

Laisser un commentaire