Note : Cet article n’est pas un article politique, géopolitique, France Afrique, caritatif, ou encore de critique du Gabon ou du continent africain en général. Au contraire. J’ai eu la chance de visiter ce très beau pays, mais toujours avec mes yeux d’Européens et de « blanc » (vous verrez plus loin de quoi il s’agit !). Il s’agit donc de mon avis personnel. Il s’agit d’un article business et enrichissement personnel.

J’ai dernièrement passé une semaine en Afrique noire (Afrique subsaharienne). Au Gabon pour être plus précis. J’ai eu la chance d’assister au mariage traditionnel d’un de mes meilleurs copains.

gabon

La mariée
F-arrivee_de_la_mariee (64)

– La mariée –


G-les_maries_dans_la_case (13)

– Avec les couleurs de mon pote –

Sur le papier, le Gabon est un pays très riche. Pétrole (pétrole Gabon, ça vous parle ?! Malheureusement non éligible au PEA !), bois, manganèse, uranium, fer, or.

Pour moins d’un million de Gabonais (hors immigration), le Gabon devrait être la « Suisse » de l’Afrique. Enfin, tout ce que je vous raconte là, c’est ce que m’a dit mon pote depuis plus de 10 ans que je le connais.

Dans la pratique, les richesses ne sont pas redistribuées, loin de là. Et la plupart des habitants ont très peu de ressources.

Au final, quand vous arrivez sur place, ça n’a rien à voir avec ce que vous pouvez connaître ou voir en Europe.

Qu'est ce que vous prendrez ?

– Qu’est-ce que vous prendrez ? C’est moi qui vous invite !  –

Même dans la capital (Libreville), beaucoup n’ont pas l’eau courante chez eux.

Même à l’hôtel (j’en ai fait 4), je n’ai pas eu d’eau chaude pendant 1 semaine.

Dans certains hôtels, il fallait allumer le ballon d’eau chaude. Mais ça on s’en rend compte quand on part !

Lorsque je vais dans des pays dits « pauvres », que ce soit en Afrique, en Inde ou en Asie du Sud-est, ce qui me frappe, c’est la débrouille des gens.
En même temps, s’ils veulent manger, se loger et s’habiller, ils n’ont pas le choix.
Pas de Revenu de solidarité « active » ici (RSA).

Il faut rendre service à quelqu’un. Servir à quelque chose.

130 000 francs cfa

– 130 000 Francs CFA, environ 200 Euros  –

Créer de la valeur pour autrui. Afin obtenir un billet

En Europe, on a trop tendance à oublier cela. On bosse derrière un écran, dans un bureau, bien souvent à échanger son temps contre de l’argent. En oubliant complètement ce qu’on apporte comme valeur aux autres.

Et à partir de là, c’est difficile de pouvoir penser à gagner de l’argent autrement. C’est à dire, avec autre chose qu’une fiche de paie.

travail bureau

C’est là où l’on peut tirer une première leçon de nos frères africains

Si vous avez déjà voyagé dans un pays considéré comme pauvre, alors vous avez déjà vu toutes personnes proposant des services, créant de la valeur dans la rue. Ces « entrepreneurs de rue ».

Le mariage traditionnel gabonais et pour être encore plus précis le mariage traditionnel gabonais Fang (il y a plus de 50 ethnies au Gabon), consister à aller chercher la femme dans son village.

Des masques Fang

– Des masques Fang –

Nous avons donc été cherchés la femme de mon pote (qui est du coup également devenu presque ma femme, puisque c’est un de mes meilleurs copains et que l’on est considéré comme des frères. C’est comme cela que ça fonctionne au Gabon) dans son village au nord, Bitam.

Attention, il s’agit d’une mise en scène pour le mariage traditionnel. Gaëlle l’épouse de mon copain vit à Libreville (la capitale) le reste de l’année et ils se connaissent depuis plus de 20 ans. Il ne s’agit nullement d’un mariage arrangé. Mais ses parents vivent toujours à Bitam, 650km au nord de Libreville, à la frontière du Cameroun et de la Guinée Équatoriale.

En arrivant à Bitam, j’ai été frappé par le nombre important « d’entrepreneurs de rue ».

Il y avait par exemple ces 3 enfants qui vendaient des arachides caramélisées.

Ces 3 enfants vendaient des arachides caramélisées

– Ces 3 enfants vendaient des arachides caramélisés –

 

IMG_8451

– Ce monsieur qui vendait du thé en trimbalant son thermos et ses gobelets en plastiques –

Ce type qui vendait des livres. Même ici, à Bitam, c‘est plus facile de trouver des livres sur le business qu’à la Fnac de la défense !

Un vendeur de livre ambulant

– Un vendeur de livre ambulant –

On voit par exemple un livre « le guide de l’éleveur ». Élever des bêtes est un business vieux comme le monde. Les éleveurs possèdent un actif qui vaut son pesant d’or : leur cheptel.

D’ailleurs, on a acheté une vache pour la dote du mariage (oui, j’étais surpris au début moi aussi !). Pour un montant de 500 000 francs CFA. Soit environ 750 €. Un bon pactole ici.

La vache

– La vache que l’on a acheté, il s’agit en fait d’un taureau –

Mon grand-père paternel était éleveur en Guadeloupe. Il possédait des cochons, des vaches, des taureaux, des chèvres, etc.

Ma mère me raconte souvent qu’une fois (je devais avoir 2/3 ans), nous étions allés en Guadeloupe pour les vacances et que pour aider mes parents qui n’avaient pas beaucoup d’argent (et à l’époque, le billet d’avion coûtait une blinde), mon papi avait abattu un cochon de son élevage. Il l’avait vendu en moins de deux aux voisins grâce au bouche-à-oreille. Et qu’il avait donné la somme à mes parents (moins une bouteille de rhum acheté chez l’épicier du coin !). Cela représentait 3000 francs. Ce qui était énorme en 1984/1985.

Un propriétaire terrien lui avait même proposé d’échanger son plus beau taureau contre un terrain d’un hectare avec vue mer dans la commune du moule.

À l’époque, ce terrain pentu ne valait pas grand-chose. En plus, il était proche de la mer, ce qui était un grand désavantage. En effet, rien ne poussait, trop de vent ! (les alizés).

Le propriétaire tannait tous les jours mon grand-père pour lui dire d’aller chez le notaire. Mon papi repoussait à chaque fois. Jusqu’à ce que le vendeur se sépara du terrain avec un autre acquéreur.

Aujourd’hui, ce terrain est un lotissement de luxe d’une vingtaine de lots qui ont été vendus chacun entre 100 000 € et 200 000 €. Avec un seul taureau, c’était possible à un moment d’acheter cela !

Si j’étais gabonais, vivant à Bitam, je serais éleveur ! Au moins pour commencer

Vous allez comprendre pourquoi plus bas.

Le vendeur de livres avait même le célèbre titre « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie. Qui est un classique, mais qui est presque inconnu en France.

Bon, on s’est rendu compte par la suite avec mon autre pote qu’il s’agissait de contre façons imprimées au Cameroun !

Il y avait également cet ado qui avait une brouette pour transporter tout et n’importe quoi.

Alors qu’on sortait d’une épicerie avec une dizaine de cartons puant le poisson séché qui allaient rejoindre la dote, il fallait que l’on trouve un moyen de les transporter jusqu’à la voiture sans se salir. On était déjà habillé pour le mariage. L’ado est passé par là et l’un d’entre nous lui a demandé de tout transporter.

En arrivant à la voiture 3 minutes plus tard, je lui ai dit « merci, ça fait combien ? ». Il m’a répondu « je ne sais pas » d’un air gêné. En gros, on lui donnait ce qu’on voulait.

Il avait créé de la valeur pour moi

Soit je sentais le poisson séché durant tout le mariage, soit j’utilisais ses services. J’ai donc sorti le premier billet que j’avais dans la poche, 1000 francs CFA. Autour de 2 €. Il m’a remercié et avait l’air content.

Un Gabonais avec nous m’a dit :

« Pourquoi tu lui as donné autant ? Il a gagné sa journée »

Je lui ai donné « autant », car il a créé de la valeur pour moi et qu’il était sur la bonne voie. S’il continue comme ça, il va pouvoir aller loin.

Pour gagner plus, vous devez vendre quelque chose

Vous devez créer un business et créer de la valeur.

Là, vous allez peut-être vous dire :

« Nan, mais n’importe quoi. Comment veux-tu que j’élève des vaches à Paris ou que je vende du thé dans le métro ? N’importe quoi ! »

Si vous pensez ça, vous n’avez rien compris

Ce sont des activités qui sont à la portée de ces gens-là et surtout qui correspondent à leur environnement.
Je ne vous dis pas d’élever des moutons. Je vous dis de créer un business et de créer de la valeur pour vos clients.

Il est 11 h 41 quand j’écris cet article. J’ai déjà reçu 3 fois 57 € pour mon seul coaching sur la sangle abdominale « Abdos Pro » que je vends sur mon site sur la santé.

Hier, j’ai reçu 1100 € de loyer pour un seul appartement que je loue en meublé longue durée.

Je suis en train de rédiger une annonce pour la revente d’un appartement qui devrait m’apporter 20 000 € de plus-value nette.

Si j’ai pu quitter la rat race, c’est parce que j’ai mis en place plusieurs business produisant des dizaines de sources de revenus différentes.

Observez les gens et créez de la valeur pour eux AVEC votre environnement et les outils dont vous disposez.

La 2e leçon de nos frères africains : Tous les business ne naissent pas égaux

Nous avons dormi 1 nuit à Bitam chez une dame très riche, une des dames les plus riches de la province.
Elle aussi avait un business, mais d’une dimension différente des autres dont je vous ai parlé jusqu’ici.

J’ai dormi chez elle, car elle faisait un genre de bed and breakfast sur sa propriété. Elle possède un grand terrain avec 3 grosses maisons dessus. Attention, des maisons « finies » (peintures et autres finissions terminées). Ce qui ne court pas forcément les rues là bas.

Mais son business principal n’était pas l’immobilier. L’immobilier était juste une diversification. Quoi que finalement !

Voici une photo panoramique d’une des pièces de ses maisons. Attention, c’est « rococo » à mort. Avec des tableaux partout, une vieille télévision, un plafond en bois vernis et de la vaisselle en porcelaine. Mais ce genre de déco n’est pas à la portée de toutes les bourses ici.

Interieur "cosy"

Mais quel business tient-elle ?

depot de boissons

– Un dépôt de boissons –

Elle possède ce que l’on appelle un dépôt de boissons. Elle vend tout type de boissons. En passant par l’eau minérale, les sodas, le whisky ou encore la fameuse bière locale la « Régab » (il y a une rumeur qui dit que ça signifie « regardez les Gabonais boire » !).

REGAB Gabon

Elle achète les boissons en gros, en très gros même, dans un des pays voisins, le Cameroun. Là bas, ça coûte moins cher. Elle les fait venir par camions, puis elle revend en gros et demi gros dans la région de Bitam et surtout à Libreville.

Elle est devenue millionnaire, voire milliardaire en Franc CFA (un milliard de francs CFA correspond tout de même à 1,5 million d’euros) en suivant 3 règles :

  • Règle 1 – Le temps

Nous nous sommes rendu dans son dépôt de boissons pour acheter une partie de la dote de la mariée.
En fait, le père de la mariée rédige une liste qu’il remet à son futur gendre pour constituer la dote. Pour la petite histoire, il y avait entre autres : 1 tronçonneuse, 2 matelas, 1 congélateur, 1 vache, des casseroles, du tissu, 100 kg de riz, tout un tas d’autres choses, dont le fameux poisson séché ainsi que des boissons. Environ 200 ou 300 canettes !

La fameuse dote

– La fameuse dote –

Mon copain, le futur marié, a voulu acheter ces canettes dans le fameux dépôt.

Il y avait 3 employés quand nous sommes venus acheter les boissons. Un qui chargeait tout dans le 4×4, un qui comptait et qui facturait les achats et un qui regardait (bon OK, je n’ai pas compris à quoi il servait).

Et tout cas, ce qu’il faut comprendre, c’est que la propriétaire des lieux n’était pas là. Et son business bossait dur pour elle, vu les liasses de billets qu’on a laissées.

  • Règle 2 – Le volume

Si vous êtes à Bitam et que vous regardez dehors, vous allez voir plein d’entrepreneurs de rue qui vendent des boissons.

Non pas à la sauvette. Tout à fait « légalement ». Ils sont posés sur le trottoir, avec un parasol, une glacière et une vingtaine de canettes.

Il y en a même qui vendent de l’eau du robinet qu’ils ont remis dans une bouteille en plastique. Je vous le déconseille si vous souhaitez éviter les problèmes de diarrhées !

D’ailleurs, cette fameuse dame a commencé comme ça, sur les marchés.

Le problème c’est qu’ils n’ont qu’une vingtaine de canettes à vendre. En fait, ils n’ont pas le système en place pour faire plus gros (approvisionnement, livraison, stockage, distribution, etc.). Les revenus ainsi générés restent donc minces.

Il est plus facile de s’enrichir en vendant des produits chers. LE vendeur de Ferrari vit mieux que le vendeur de Dacia. À part si le vendeur de Dacia fait un volume monstre et que le vendeur de Ferrari est mauvais 😉

Une seule vache vaut 500 000 francs CFA. Ce qui représente 4 fois le salaire mensuel moyen au Gabon. On s’enrichit davantage en vendu des vaches et des taureaux qu’en vendant des bouteilles d’eau du robinet.

Quand vous n’êtes plus limités par le nombre de ventes ou le prix de vente (si vous vendez cher) alors, vous revenus explosent.

Quand cette dame vend des boissons, c’est par palettes entières. Vous devez trouver un moyen de vendre plus.

Si par exemple votre business c’est l’immobilier, alors vous devez détenir plusieurs biens. Avoir plusieurs locataires.

  • Règle 3 – La géographie

Le vendeur de rue sur son trottoir a un seul point de vente. La dame elle, possède plusieurs entrepôts et elle vend dans tout le pays y compris dans le capital.

C’est pour ça que je dis que son business principal est finalement l’immobilier. Ce sont ses emplacements. Son réseau de distribution. Tout comme Starbuck qui possède des milliers de points de distribution pour vendre leur café.

Avec Internet par exemple, on peut vendre partout, tout le temps.

Un des trois programmes « Abdos pro » vendus ce matin l’a été par une personne vivant dans la ville dont le code postal est « 20 000 ».

Je viens de regarder sur Google, il s’agit d’Ajaccio. J’ai fait du business ce matin en Corse sans même m’y rendre.

Si vous voulez gagner du gros argent, éventuellement devenir millionnaire, alors vous devez suivre ces 3 règles.

La 3e leçon de nos frères africains : Votre réalité n’est pas la réalité des autres

OK, aujourd’hui vous êtes arrivés sur cette page pour lire cet article. D’ailleurs, je tiens à vous remercier si vous êtes arrivés jusqu’ici.

Vous avez sûrement été aux toilettes ? (C’est plus facile avec l’eau courante !) Vous avez peut-être pris une douche ? Chaude en plus ?!
Vous êtes allé chez le dentiste et vous avez été remboursé à 100 % ?

Tout cela nous paraît normal à nous. Mais pas forcément pour les autres. Même ce qui peut me sembler normal à moi peut paraître étrange pour vous. Et inversement.

Votre réalité n’est pas la mienne. Ma réalité est différente de la vôtre.

Hier, mon comptable m’a indiqué combien j’ai gagné le mois dernier. En juillet 2015. J’ai gagné 45 000 € hors taxe. Et vous savez quoi ? C’est nul ! C’est pourri, à chier. C’est mon revenu mensuel le plus faible de l’année.

Pour d’autres, ça peut paraître ÉNORME. Et encore pour d’autres, dérisoire. Zlatan Ibrahimovic par exemple, le jouer du Paris Saint-Germain touche hors prime, 1,25 million d’euros… par mois. Sa réalité n’est pas la mienne.

En comprenant cela. Profondément. En vous mettant dans la peau des autres, qui n’ont pas la même réalité que vous. Vous pourrez comprendre encore mieux les « problèmes » des gens. Si vous comprenez bien les problèmes des autres, alors vous vous sentirez concernés. Vous ferez preuve d’empathie. Vous trouverez des solutions pour résoudre leurs problèmes.

Et dans la vie, si vous trouvez des solutions aux problèmes des autres, alors vous deviendrez un homme ou une femme « riche ». Comme la dame qui distribue des boissons au Gabon où la température moyenne est de 30 °C (il fait soif !).

Par exemple, pour mieux vendre mon programme « Abdos Pro », j’ai vraiment dû faire un gros travail pour sortir de ma réalité et me mettre dans celle de ceux qui ont du gras sur le ventre et qui veulent un ventre plat. Cela m’a forcé à améliorer mon marketing.
Il y a environ 12 millions de types sur terre qui ont plus d’abdos que moi sur terre.

Seulement, ils ne comprennent pas le problème de ces personnes qui se sentent mal dans leur peau. Ils n’arrivent pas à se mettre à leur place. Ils n’ont pas d’empathie. Ils n’arrivent pas à voir et comprendre leur réalité. Et donc, ils n’arrivent pas à vendre leurs ebooks ou autres programmes au sujet des abdos et du ventre plat.

Ce dernier concept est le plus important de cet article. Mais je sais que ce qui sera retenu et qui va ressortir dans les commentaires ce sera « Ah ouai tu as gagné 40 000 € ? Cool, tu peux nous expliquer les différentes sources stp ? »

Comme s’il suffisait de copier ces sources pour faire pareil. Alors que le fond de l’article, qui vous permettra de vraiment quitter la Rat Race c’est cette notion de « réalité ».

Pour vous montrer à quel point elle est divergente d’un individu à un autre, lisez ça :

Au Gabon, je suis considéré comme un blanc !

Au début, je n’avais pas compris. Jusqu’au moment où un gamin s’est adressé à moi à un feu rouge alors que j’étais au volant du 4×4.

« Monsieur le blanc, monsieur le blanc »

Tout bête je me suis retourné et ai regardé à côté pour voir à qui il s’adressait…

Mais c’est bien moi qu’il regardait !

Étant donné que je suis métis, plus clair de peau que la moyenne et que je viens de France, alors je suis un « blanc ». Et qui dit blanc, dit « riche ».

D’ailleurs, un matin en quittant un des hôtels avec mon autre pote « vraiment blanc », on a interpelé une femme de chambre pour lui demander s’il n’y avait pas d’eau chaude.

Elle a répondu « non, mais vous les blancs vous êtes habitué au froid avec la neige, donc ce n’est pas grave ».

On a explosé de rire !

C’est pour ça que j’aime faire ce genre de voyages. Ça me remet une claque. Ça me permet de me rappeler d’où je viens. Ça me remet une couche de rappel sur le fait qu’il faut moins se plaindre et se tenir responsable pour ce que l’on a.
Si vous avez lu cet article, alors il y a de fortes chances pour que vous soyez déjà plus riche de 95 % de la population mondiale.

Maintenant, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas gagner plus. Au contraire, le gros argent vous permet de faire plus, pour vous, vos proches. Mais il faut apprécier ce que l’on a déjà et souvent on oublie que « l’on a déjà des choses ». Que ce soit matériel ou immatériel.

Voici une vidéo de 2 minutes que j’avais tournée en Inde en 2013 sur le même principe :

 

Dites-moi dans les commentaires ci-dessous si
vous avez déjà un business qui bosse pour vous et :

1 – Si oui, dans quel secteur êtes-vous ?
2 – Sinon, qu’est ce que vous attendez ?!

PS Une autre personne vient d’acheter à l’instant mon programme « Abdos Pro ». Cette fois-ci, je connais bien le département où se trouve l’acheteur, il s’agit de la Guadeloupe (971). Si vos business respectent la règle de la géographie, vous pouvez avoir des clients sur deux îles distantes de plus de 8000 km, la même journée, sans pour autant y mettre les pieds. (Bien que plus d’un irait bien en Corse ou en Guadeloupe !)

GD Star Rating
loading...
Ce qu’un « Africain » peut vous apprendre pour gagner plus, 9.3 out of 10 based on 58 ratings

Publié par Cédric Annicette

82 Commentaires

  1. MDR !
    Je vais ajouter un commentaire qui n’aura pas grande valeur ajoutée mais la situation m’a tellement fait rire !
    Dans ton article tu parles de notre confort, des toilettes et comme beaucoup, peut être, je lisais justement ton article…dans les toilettes !
    Et a la fin de l’article je me suis dit quelle empathie il a Cedric, il nous connaît vraiment bien, jusqu’à nous poursuivre dans nos toilettes !

    Répondre

    1. Oui Vincent, il est si empathique qu’il te suit au toilette ( rire).

      Salut Cédric, ça faisait si longtemps que tu ne nous avais pas fait un article aussi bon.

      Ce qu’il y de plus important à retenir à mon avis dans cet’article, c’est qu’il faut CRÉER de la VALEUR pour des gens.

      Oui, c’est en créant de la valeur pour les autres qu’on peut finalement devenir riche ( les voleurs n’ont qu’à bien se tenir)

      De 2, C’est qu’il faut trouver le moyen de partager cette valeur avec le plus grand nombre. Faire à petite échelle c’est bien ( et pour un petit argent) mais à grand échelle c’est vraiment le top.

      Internet nous a facilité la vie dans ce sens. Il faut également tenir compte de la réalité. ( si vous vendez par exemple des Mercedes à 1.000 000 d’euros dans une ville où le salaire moyen n’atteint pas 200 euros c’est certain que vous serez le seul acheteur) Vendez des Motocyclettes et vous deviendrez riche.

      Moi par exemple, j’ai reçu depuis ce matin 3 notifications de vente des mes petit eBook sur le développement personnel ( C’est pas très cher 3,9 euros + 47 euros upsel) mais c’est déjà quelque chose et de façon totalement automatique.

      Mon business modèle est simple:

      J’ai un blog de notoriété sur la loi de l’attraction ( loidelattraction-bonheur.com ) et la pensée positive sur lequel j’offre du contenu gratuit ( vraiment beaucoup). Ensuite, les lecteurs sont invités à s’inscrire pour recevoir des cadeaux et aussi pour découvrir ces livres. Une fois inscrits, ils sont mis dans une machine automatique à vendre. ( séquence email optimisée)

      Ce qui me génère des ventes en automatique.

      Voilà, n’importe qui peut copier ce modèle. ( mais combien le feront en réalité?)

      Amicalement,
      Xavier de Bonheur-Viral.com

      Répondre

      1. Hello Xavier

        Je découvre que ton business en ligne évolue très bien c’est génial l’automatisation et je suis certains que toutes les entreprises devront pensé à ce genre de système.

        Ce qui est vraiment génial, c’est la vente additionnel par Upsel qui augmente considérablement de façon automatisé les ventes et par conséquent les revenus.

        Un adage qui résume un concept sur la création de richesse dit ceci: Où il y a problème, il y a opportunité et ou il y a opportunité on peut se faire des sources de revenus….

        Répondre

      2. bonjour Cédric,
        Intéressant tes articles , oui ce sont des pays pauvres ou ils vivent avec peu d’argent mais ils n’ont pas autant de charges à payer : taxe foncière, impôts, nourriture chère , etc….
        pour répondre à un autre commentaire faire des ventes automatiques mais comment quand on a rien à vendre ???
        merci
        cordialement

        Répondre

  2. J’ai parcouru ton article avec plaisir et c’est toujours plaisant de te lire.
    Ce qui est bien dans cet article, c’est qu’on a aussi cette impression de voyager avec toi et ce n’est pas commun à tout le monde de “faire ça” lorsque je lis la blogosphère…
    C’est marrant de voir tous ses mini entrepreneurs de rues, pour ma part le pays que j’estime le plus pauvre que j’ai visité c’était Pékin bien qu’il fasse parti d’un pays les plus puissants, comme tu le dis, la disparité est présente.
    LA “technique” du “je ne sais pas” ou “Vous me payez au prix que vous voulez” est puissante lorsqu’on vend au touriste mais ne pourrait s’appliquer dans tout point, à adapter en France selon ce qu’on vends!
    Moi j’avais un business qui tournait pour moi 1k€+/mois (pas en automatique) sur la publicité à la demande sur mes sites Internets mais j’essaie de me tourner vers des produits electroniques donc je pars un peu à nouveau de zéro.

    Répondre

  3. Bonjour Cédric, je suis mort de rire pour tes descriptions et tes découvertes et je suis aussi plein d’admiration pour ces frères qui se débrouillent au Gabon. Moi, je suis du Rwanda et ça vaut la peine aussi d’y faire un tour!

    Pour répondre à tes questions, non, je n’ai pas encore de business qui tourne pour moi mais c’est mon ambition.

    Je suis dans le secteur de la formation, coaching et consultance en Belgique! Ce que j’attends? Rien, je me prépare!!!

    Répondre

  4. Bonjour Cédric
    Merci pour cet article, tu viens de me rappeler un concept super important qui est celui de la réalité (que j’avais découvert dans The millionnaire Fastlane).
    Personnellement je n’ai pas encore de business car je me concentre sur mes fondations, je peux me permettre de bien les consolider car j’ai 19 ans, et donc beaucoup de temps 😉

    Merci encore pour cet article !

    Répondre

  5. Hello Cédric

    Merci pour cet article que je viens de lire sur le Gabon. Je suis Béninois un pays d’Afrique de l’Ouest moi et je vis à Lyon depuis 1 semaine jour pour jour.

    Tu as retracer dans cet article le caractère entrepreneuriale des africains dans le sens générale. La vente à domicile, le porte à porte, la vente de livre dans les rue,du sandwish dans les gares par les bonne dames, la vente d’arachide caramélisé (au passage j’en ai sur Lyon pour le faire découvrir a Français et t es invité à déguster)…..

    Bref plein d’idées de service que les africains créent pour gagner leurs vies et personnellement, je vends en Afrique des vêtement dans des bureaux, des colliers et bracelets à des amis au campus, des services de transfert d’argent à des personnes qui ne vivent pas en villes et j’en passe.

    Pour répondre à ta question, j’ai deux business en ligne A l’origine il s’agissait de faire découvrir mon pays le Bénin à des touriste Français, cela m’a pousser à créer http://www.voyage-au-benin.com que je continue de développer et en second lieu aider les gens et surtout les africains à gagner des revenus passifs, ce qui m’a poussé à créer http://www.buziness24.com.

    J’ai déniché quelques petites fautes de date. Tu as mis 2016 au lieux de 2015 et sur Zlatan aussi une petite faute…

    Au plaisir de te lire.

    Nathanael

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 8:43

      Merci Nathanaël,

      Je viens de corriger ça.

      Cédric

      Répondre

      1. Hello Cédric

        C’est parfait. Au plaisir de te lire….

        Nathanael

        Répondre

  6. Salut

    J’aurais enfin fini de restaurer un business qui bosse pour moi en septembre. (Studio en location saisonnière)
    Cela a pris beaucoup plus de temps que prèvu a cause de la distance que j’avais mal evalué a la base (50 KMS)

    Conclusion : Il faut deleguer !!! 😉

    Répondre

  7. Bonjour,
    Effectivement j’ ai un bisness qui bosse pour moi, et comme 80% je pense qui ôn li ton article Cédric c’ est l’immobilier !
    24 ans, 4 apppartements dans un immeuble que j’ai achete seul (il y a à peine 1an) et donc sans copropriété( le bonheur) !
    Tout cela grâce à un montage vidéo tout pourrie(http://youtu.be/5PGv29Kcx9M)
    Et je suis sur l’acquisition d’un autre immeuble !
    Tout cela grâce à tout mes mentors ( Cédric, un ancien que j’écoute souvent petit en Afrique , ma famille, mes amis , mes collègues du boulot.. En fait tous qui m’entour )
    Merci à tous!
    Ps: Cédric tu as bien résumé une partie de l’Afrique et j’en suis fier !

    Répondre

  8. Un article génial. Belles photos . Les même principes . Mais si c’est les bons c’est les bons.

    Répondre

  9. jean du voyage 21 août 2015 à 10:54

    bjr,

    (réaction à tes dernières phrases)… plus riche de 95% de la population…

    un jour, j’ai été voir une voyante qui ma expliqué que j’étais et que je resterais riche, voir très riche…

    mouai, me suis-je dis sur le coup…
    je devais gagner 7500FF à l’époque, mais j’avais rien de côté, donc je voyais pas trop d’ou pouvais me tomber cette “richesse” que l’on pense toujours en €€ ou $$ ou etc…

    mais plus tard, quand elle ma demandé si j’avais des questions, je lui en ai demandé plus sur cette richesse, d’ou est-ce que j’allais la gagner, avec quel métier, etc ??

    et c’est là qu’elle ma expliqué que la richesse n’était pas que financière, mais bien intellectuelle…

    bon, je suis pas sorti de st cyr non plus, mais j’ai créé ma richesse en lisant beaucoup, à l’époque ou tu avais 4/5ans… j’ai lu tout les Sulitzer, ça ma appris beaucoup pour le business… beaucoup plus que la plus part des livres que beaucoup de jeunes web-marketeurs prône !

    depuis, j’ai créé une douzaine d’entreprise, participé à une vingtaine d’autre, j’ai vendu des pièces de 2cv, (oui, oui, la petite Citroën qui s’arrache à prix d’OR et qui à été créé il y a 55ans) dans le monde entier (ou presque) en tout cas sur tout les continents…
    malheureusement les dernières élections ont tué, plombé mon business en moins d’une semaine…
    POURQUOI ??? parce que c’était un business que j’appelle “de loisirs”, quelques choses que l’on achète QUE si l’on à extrêmement besoin, si l’on à pas d’autres solutions…
    malgré toutes mes réussites, ou mes échecs, ce dernier, ma tué moralement, parce que j’ai pas accepté que ce soit l’échec d’un autre qui m’oblige à fermer !!!
    je suis donc devenu un “vagabond” des temps moderne…
    Cdlt

    Répondre

  10. excellent article
    oui j’ai plusieurs cordes à mon arc
    connaissez vous le financement participatif
    d’apres ce que vous me dites ,vous pourriez réaliser de tres grands projet s en le deposant sur une plateforme de financement participatif
    contactez moi pour plus d’infos
    amicalement
    marie anne

    Répondre

  11. Bonjour,

    Merci pour cet article très enrichissant 😉

    Répondre

    1. merci pour cet article qui nous montre la richesse de l,economie gabonnaise

      Répondre

  12. Bonjour Cédric,
    Merci pour ce magnifique article, je suis africaine et j’ai passée une bonne partie de la ma vie là bas. Quand on a su se débrouiller sur ce continent,l’Europe est une opportunité quand on veut s’en sortir.
    “Créer de la valeur ” merci de l’avoir encré dans mon cerveau! Je travaille en ce moment sur un site ,je préfère en parler quand il sera opérationnel.
    Je connais la misère, je côtoie toutes les classes sociales aujourd’hui. Je sais d’où je viens et sais rester humble .je dis merci tout les matins et soirs ne serait ce que pour la santé que j’ai.
    Enfin, Merci à toi pour tout.

    Répondre

  13. Hello Cédric !
    Ce que j’adore avec toi, c’est le côté décalé de tes articles et les passerelles que tu peux faire, comme toutes celles qui figurent dans cet article (exemple : entrepreneur de rue).
    Dans quel secteur je suis ? Celui du coaching et de la relation d’aide : apporter de la valeur aux autres (leur richesse intérieure et leur faire découvrir leurs possibilités de croissance personnelle)
    Sinon, j’ai déjà mis en place depuis le début de l’année 3 business qui bossent pour moi et qui progressent doucement.
    Plus un projet plus conséquent (une formation) qui va être mise sur le marché ce dernier trimestre 2015.
    Encore merci pour tes sources d’inspiration.
    Avec gratitude.
    Maxime

    Répondre

  14. Salut Cédric,

    J’ai adoré cet article, car j’ai vécu en France plusieurs années, et maintenant je vis en Afrique.
    Je comprends parfaitement ce que tu racontes, et y adhère pour beaucoup. La réalité et le contexte sont bien différents, selon les pays et les continents. C’est marrant, tout ce qu’il a fallu pour la dote :-). Mais je suppose que ce sont les parents de la mariée qui ont organisé la fête pour vous recevoir….
    On avait échangé des mails il y a quelques années, et je suis heureux pour toi que les choses aient progressé à ce point. Félicitations!!!
    Merci pour ton partage, et mes sincères voeux de bonheur aux mariés.

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 9:39

      Salut Philip,

      Oui c’est la famille de la mariée qui nous a reçu dans le village.
      C’était super, on a vraiment été reçu comme des VIP !
      (Après avoir passé les “barrages” bien sûr !)

      Répondre

  15. Mon business dort encore dans mes papiers et j’hésite encore à se lancer pour peur du risque et des coûts élevés à engager que je n’est pas encore trouver. j’ai envie de me lancer dans l’élevage des porcs et des poules pondeuses et de boucheries.

    comment avoir le courage de quitter la théorie pour passer au pratique?

    Répondre

  16. Ton article est juste parfait et au passage j’ai adoré quand tu as expliqué : « non, mais vous les blancs vous êtes habitué au froid avec la neige, donc ce n’est pas grave ».

    Répondre

  17. Bonjour Cédric,

    Il est super ton article, moi je suis né au Cameroun et je connais la réalité que tu décris dans ton article. C’est vrai qu’ici les gens ont souvent tendance à se plaindre pour un rien et c’est important de montrer comment des personnes se débrouillent pour gagner 2€/ jour. Moi je travaille tranquillement pour mon indépendance financière ( blogging http://www.abdosbynoah.fr, immobilier, coaching d’anglais…)

    A bientôt

    Noah

    Répondre

  18. Sophie Simonnelli 21 août 2015 à 11:46

    Super article Cédric!
    Je voyage beaucoup en sac a dos en Afrique et comprends tout a fait ta vision!
    Comme tu l’as bien anticipé (lol) peux tu nous donner une répartition indicative des sources de tes 45000/mois? (genre x€ en séminaire, y€ en produit forme attitude, z€ en immobilier et n€ en bourse…)
    Je sais que ca ne peut pas se copier mais c’est super inspirant!
    As tu fais un lancement de produit sur ce mois?

    Merci d’avance pour ta transparence! Mes soeurs et moi te suivont depuis Basse-Terre depuis 2010!

    A bientot!
    Sophie

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 9:42

      Salut Sophie,

      Cela ne comprend pas les revenus immobilier.
      Uniquement Internet avec mes 2 principaux blogs.
      Je n’ai pas fait de lancement sur ce mois !

      Çà se passe bien à Basse Terre ? Il faut investir à Deshaies et Bouillante !

      Cédric

      Répondre

  19. Message* Bonjour Cédic !

    C’est avec beaucoup d’attention que j’ai lu ton article du début à la fin. On apprend toujours plus avec toi. Félicitation.

    ➤ Pour répondre à tes 2 dernières questions, j’ai déjà un business qui travaille pour moi.
    Il s’agit d’un blog de mise en valeur de la culture Afro-Antillaise.

    ➤ Je vends des produits affiliés, des vidéos VOD, un livre que j’ai écrit…. j’ai aussi créé une boutique en ligne…

    Qu’est-ce que j’attends ?

    ➤ J’aimerais beaucoup augmenter mes ventes sur ma boutique en ligne et mon site.
    J’aimerais dans un futur proche que mon site web me rapport au moins 3000 euros par mois.

    Je travaille beaucoup pour ça.

    Je t’invite à faire un tour sur mon blog qui ME rapporte déjà un peu d’argent en revenu publicitaire et ventes….mais pas encore assez pour être vraiment libre financièrement.

    C’est le rêve que je veux toucher…

    Merci pour tes conseils. A+

    Répondre

  20. Bonjour Cédric,

    Merci de partager avec nous cette aventure “personnelle”, on voyage avec toi !

    Cordialement,

    Nicolas

    Répondre

  21. Bonjour Cédric,

    C’est bon de se sortir un peu de sa zone d’habitude. Cela permet de relativiser et en plus, tu nous l’as montré de trouver de nouvelles idées!

    J’ai une société dans l’immobilier qui fonctionne correctement.

    Je me suis lancé en plus un nouveau défi que je vais détailler sur mon site: acheter tous les 6 mois un appartement en autofinancement! Ce sera sûrement un bel expérience.

    A bientôt

    Répondre

  22. Salut,
    C’est cool ton intro sur Gabon. Et dans mon pays ça augmente du revenue aussi. Bien que j’y travaille pour créer mon dépôt de boisson et de produit alimentaire.
    Je viens juste de me lancer dans la vente de l’ebook. Sur mon site je vois du traffic mais pas d’achat. Et je me pose pas mal de question. Et je me plaint au jour le jour. Car je cherche des solutions a mes problèmes. Tu peux jeter un coup d’oeil sur le site. Et maintenant je travaille a intégrer la vente de mon ebook qui est une magazine sur la santé. Et je mis d’autre contenu divers comme la musique et les bijoux.
    Mais je me consent a le rendre vendable en Haïti et dans d’autre endroit qu’haiti.
    Merci et je vais réfléchir d’avantage pour trouver une solution à ce problème

    Répondre

  23. Je n’ai pas encore un business qui bosse pour moi. c’est l’idée d’entreprise que je cherche encore et les moyens de la concrétiser par la suitr

    Répondre

  24. C’est toujours avec plaisir que je lis tes articles, c’est d’ailleurs grâce à eux que j’ai entamé non sans mal mon voyage vers l’indépendance financière. J’aime beaucoup ta vision des choses. Je n’ai pas encore de business qui travaille pour moi, mais comme je l’ai dit, je suis au j du voyage: je suis en pleine acquisition d’un bien que je souhaiterais mettre en location saisonnière et j’ai créé un blog sur le sport et le bien-être : http://ww.ohmyrunning.com , la route est encore longue mais à 24 ans je suis confiante en l’avenir.

    Répondre

  25. Bonjour Cedric,

    Article très intéressant sur le Gabon!

    Je me reconnais assez bien dans tes écris, et je les valide 🙂 …. car étant moi-même originaire du Gabon, et de surcroit de Bitam, ma ville natale, dont tu parles…

    Peut-être rien à voir directement avec ton article, en générale on parle de l’Afrique comme d’un “grand” pays sans réaliser qu’il s’agit en fait d’un continent avec plusieurs pays spécifiques… et on parle de l’Africain comme d’une seule et même nationalité…. ça peut avoir des limites certes, mais j’aime bien ça en générale!!! D’autant plus que cet esprit de “débrouillardise”, cette “audace” de garder la tête haute malgré l’adversité – cet “African Touch” que tu as si parfaitement identifié – c’est vraiment, comme l’a dit Nathanael plus haut, “le caractère entrepreneurial des africains”…

    Enfin, pour répondre à ta question de savoir si l’on a déjà un business qui tourne… Je suis dans ce processus à près de 70%… Avec quelques collaborateurs, nous sommes en train d’établir “CLCL” (www.clclcenter.org). Il existe physiquement à Libreville, au Gabon. Il s’agit d’un centre qui a pour objectif d’aider les jeunes “Africains” à s’approprier les aptitudes et attitudes pour réussir au 21ème siècle.

    Bien à toi!
    Boris

    Répondre

  26. Salut Cédric,

    Ah les africains ils sont trop forts; je les connais bien et je les adore; d’ailleurs entre nous on s’appelle tous “mon frère” comme tu disais; mon mécano est un burkinabais génial et il vous répare n’importe quel bagnole si ça intéresse quelqu’un d’ailleurs sur la région parisienne; Et dans mon domaine, la musique, ils sont imbattables; dommage que dans ces pays là tout soit aussi corrompu, à se demander si les mecs ne se sabotent pas eux même; quand tu penses qu’il y a une production énorme de pétrole au Congo et que les mecs n’ont rien à manger moi ça m’énerve; mais ça c’est un autre histoire;
    D’ailleurs eux même te disent “c’est comme ça en Afrique”, d’un air un peu désabusé.
    je suis sur ta formation Immoetap pour le moment donc ça devrait être bon pour l’indépendance d’ici peu de temps; je suis passé de salarié à indépendant en 3 ans et maintenant il faut que je passe à l’étape supérieure pour faire du”gros argent”; c’est déjà pas mal;
    A plus Cédric et merci pour ton article et tes programmes de formation
    L.

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 9:51

      Salut Loren,

      Au Gabon il y a énormément de pétrole aussi.
      Mais comme tu dis ce n’est pas vraiment redistribué.

      C’est à toi le blog sur la guitare ?
      Je viens d’aller faire un tour. Il y a du gros argent à se faire dans ce domaine là.

      Je me suis mis au saxophone il y a quelques semaines. Ca fait longtemps que je voulais m’y mettre. J’ai acheté un programme en ligne en anglais.
      (Çà n’existe pas en français…)
      Et c’est plutôt pas mal.
      L’auteur du programme a réalisé le travail une fois, et il est payé tous les jours…
      En même temps, c’est normal, il a crée de la valeur pour moi => Il m’a déjà appris à souffler dans le saxo 😀 Et à jouer mon premier air. Et juste ça, ça vaut largement ce que je lui ai donné !

      Cédric

      Répondre

      1. Salut Cédric,

        oui c’est mon blog sur la guitare; je l’ai démarré l’année dernière; après un petite période de stand by car beaucoup de boulot avec les concerts , les cours, les masterclass… je m’y suis remis dessus à fond car comme tu sais bien “le gros argent ” est bien motivant et je sais qu’il y a de la demande dans ce domaine; je connais bien le secteur car c’est mon job; les américains cartonnent avec ce genre de blog.
        Super le sax; je kiffe cet instrument, le tenor façon john Coltrane c’est terrible.tu as pris un tenor ou un alto? je veux bien que tu me donnes le lien de ton programme en ligne.
        En tout cas prend ton temps pour jouer, vas y doucement et tout viendra tranquillement; la musique c’est long; il faut être patient mais ensuite c’est tellement fantastique.Ne jamais se décourager et ne jamais lâcher l’affaire!
        Le dernier article de mon blog est sur la musique à Maurice. C’est un article invité du blog de mon pote Nicolas blog-ile-maurice.com
        C’est un vrai mauricien qui à habité là bas des années, qui est revenu en France mais qui va retourner vivre là bas; ça pourrait t’intéresser je pense.
        J’espère pouvoir venir te voir au séminaire en octobre mais je bosse beaucoup le week end; sinon on se tient au courant pendant les webconf immotap.
        Encore merci et à bientôt pour faire du gros argent
        A plus
        L.

        Répondre

        1. Cédric Annicette 23 août 2015 à 9:45

          Salut Loren,

          J’ai pris un saxo alto (Yamaha) pour commencer.
          Il s’agit du programme “Hello Saxophone” 😉

          Cédric

          Répondre

  27. Sacrée aventure ! Ca pour prendre du recul sur la réalité, y’a pas mieux 😉

    Dans mon cas, c’est en Asie du sud est que j’ai pris conscience que je ne pouvais rien faire d’autre qu’être entrepreneur.

    Globalement, je trouve que l’Europe manque d’esprit entrepreneurial, et qu’on n’en parle pas suffisamment à l’école. Ca serait génial s’il y avait des cours pour proposer et aider les enfants à créer un business, à créer de la valeur avec les ressources dont ils disposent. J’ai découvert ça à 23 ans seulement, par le hasard de la vie, et je me demande comment j’ai pu passer à coté pendant ces années.

    En tout cas, ton article est motivant ! Merci 🙂

    Répondre

  28. Merci Cédric, tes vidéos sont toujours très inspirantes…
    Je suis indépendante ( couturière ) et je veux faire de la création de vêtements enfants en kit , cet été je participe à une expo vente de mes produits pour 2 modèles de t-shirts, je n’ai rien vendu jusqu’à présent , ça piétine mais c’est pas grave , c’était un “coup d’essai” ..

    Je crois à mon projet , il y a juste des choses à revoir , fignoler , quand je vois des personnes comme toi , parties de rien et qui sont libre financièrement maintenant , je me dis : pourquoi pas moi ? je veux croire à mon rêve ..

    Gratitude à toi de mettre de la réalité dans nos rêves…

    Répondre

  29. Ils ne sont pas imposé comme nous, les européens il y a un temps vivaient , on vivait comme cela, il y avait aussi vendeurs de rue etc…. on laissait les gens travailler sans les emmerder … et le peuple c’ est embourgeoisé après guerre , le rêve américain , les vainqueurs ont imposé leurs taxes etc… la france, de pays de cultivateur est passé à un pays de bureaucrate, et les producteurs ne peuvent plus vivre face aux spéculateurs. Aujourd’ hui l’ Afrique est le nouvel eldorado, et j’ ai bien peur pour l’ Afrique , qui va surement se faire avoir aussi. Et c’ est ainsi…

    Répondre

  30. Salut Cédric,
    Il s’agit de mon premier post sur ton blog mais je l’ai parcouru depuis le début (en sautant quelques passages au début 🙂 ). Il m’a permis de mettre des mots sur ce que j’ai envie de faire depuis un moment. C’est a dire dégager des revenus passif et faire du “gros argent” comme tu dit. 🙂
    En tout cas très bon article.
    Pour répondre à ta question de si j’ai un business qui bosse dur pour moi…
    J’ai envie de dire oui. Je suis un peu dans le même cas que toi avec ton blog mais moi dans le monde du mobile. Il me permet déjà aujourd’hui d’en vivre confortablement.
    D’ailleurs cette expérience m’a décidé à “quitter” très prochainement (dans 4 jours) mon emploi pour le développer encore et commencer à investir tout en diversifiant. Mais j’appréhende le fais de ne pouvoir investir (rapidement) à cause de mon entreprise du au fait que les banques sont réticentes à prêter à de jeune entrepreneur sans ressource fixe et sans bilan sur 30 ans (humour).

    En espérant un jour assister à l’un de tes séminaires ou encore mieux te rencontrer.

    Florent

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 9:35

      Salut Florent,

      Moi aussi depuis que j’ai quitté mon emploi en CDI fin 2010, j’ai été en situation “précaire”.
      Pourtant chaque année, je me suis enrichi davantage.
      C’est donc possible de trouver des financements même en situation “précaire”.
      En fait, pour un banquer tu es précaire si tu n’as pas de CDI à 3000€ ou plus ainsi qu’un avis d’imposition.
      Ensuite, dans la réalité la banque trouveras toujours des moyens de te dire que tu es précaires.
      En 2011 on m’avait dit “il vous faut 3 bilans”.
      Je suis retourné voir cette même banque avec 3 bilans en début d’année. Et 300ke d’épargne sur un compte chez eux.
      Ils m’ont dit, ah non, il faut 5 bilans monsieur.
      Si j’y retourne dans 2 ans, ils trouveront encore un truc.
      C’est ce qui m’a décidé à partir à Maurice en fin d’année.
      Là bas je n’aurai plus d’avis d’imposition. Je serai encore plus précaire à leur yeux.
      Mais j’aurais plus de cash et je sais que je trouverai toujours des moyens de financements 🙂

      Fais ce que tu as à faire maintenant, qui est bon pour toi et ton portefeuille.
      Et non ce que les banques te demandent.

      Cédric

      Répondre

  31. salut Cédric,
    merci pour ton article .
    vous avez déjà un business qui bosse pour vous et :
    1 – Si oui, dans quel secteur êtes-vous ?
    -la bourse mes dividendes me payent pour l’instant 1 jour de congé gratuit par an
    -internet je bosse pour créer un produit en utilisant la méthode d’Alex Roth que j’ai vu à QLRR 2014 .
    à bientôt
    Jérôme

    Répondre

  32. Cédric nous fait découvrir la base du capitalisme en Afrique !! ^^

    Répondre

  33. Bonjour Cédric,

    Très bel article sur le Gabon , je suis de la Côte d’ivoire , je vis en région parisienne depuis 18 ans, et je me retrouve dans les situations que tu décris

    Quand je vais en vacances, je vois beaucoup de gens se débrouiller avec de petits commerces qui nourrissent des familles entières et à coté, tu trouves des gens qui souhaitent vivre en ville , qui ne voient pas toutes ces opportunités ( en ville comme à la campagne) et qui s’attendent à ce que tu leur fasse un mandat chaque mois; c’est ce qui me désole

    Pour le business , je suis dans le secteur de la location de chambre meublée. Cette idée m’est venue après des galères pour me loger en ile de France. je me suis retrouvée chez une personne qui vivait dans un F4 en HLM; elle était salariée et louait ses 2 autres chambres. c’était il y a 15 ans;

    aujourd ‘hui j’ai 2 biens dans le 93 et le 91 . Ils sont à 5 min à pied de RER et je loue à des jeunes travailleurs;
    bien que ce soit en banlieue , je n’ai aucun mal à trouver des locataires : je mets une annonce sur leboncoin et j’ai 5 propositions dans l’heure qui suit .
    A coté je suis salariée et ça permet de se dire qu’un jour on sortira de la rate race

    Pour finir , je dis merci à des gens comme toi qui m’inspirent ; des parcours comme le tien me font dire qu’on ne choisit pas sa condition à sa naissance , mais notre avenir nous appartient

    Bien à vous

    Répondre

  34. J’aurais essayer le poulet fumé à l’Odika.

    Le lien en fait n’est pas un site web. Mais c’est mon lien LinkedIn
    sur lequel vous pourrez voir mon profil professsionnel et ma photo.

    Je suis à Montréal au Canada.

    Quant je travaillais dans les télécoms, je faisais du porte -à porte résidentiel
    pour trouver des clients. Et ,j’étais travailleur autonome.
    Donc, j’étais pratiquement entrepreneur de rue selon votre jargon.
    Tout cela est intéressant.
    Ce qui est sûr; c’est que j’ai besoin maintenant de revenus alternatifs.
    Et vous avez beaucoup de bonnes idées en ce sens;
    mais est-ce que cela correspond à ma réalité de maintenant??
    Cela est à voir.!!
    À bientôt et merci, Jocelyn

    Répondre

  35. (Je suis en accord avec vous sur tous les points)
    MERCI!

    Répondre

  36. SALUT CYRIL !

    Merci à toi de nous avoir fait partager ta vision du monde lors de ton voyage et du mariage de ton frère africain !.

    Répondre

  37. Merci pour cet article très intéressant et plein d’humour, et pour cette vidéo qui remet bien les pieds sur terre à la blanche que je suis ! J’ai passé une excellente journée aujourd’hui, et pourtant j’ai “réussi” à me plaindre une fois (je n’en aurais d’ailleurs pas pris conscience si tu n’avais pas posé la question à la fin de ta vidéo car ma journée était super cool).
    Très sympa ce clin d’œil africain (la mariée est une beauté !). Je vais trouver comment ajouter de la valeur ajoutée dans les semaines qui viennent.
    Bravo pour ton œil fin et percutant.

    Répondre

  38. Super article, le meilleur de tous.
    Ils est vraiment bien écrit et fait réagir.
    D’habitude quand je lis un article sur l’argent et les business sur un blog, une revue, ou autre je me dit toujours
    ” whaouh j’ai hâte d’être riche ”
    Et la pour la première fois je me suis dit.
    ” Merde, mais en faite tu fais pas grand chose pour devenir riche, bouge toi plus fainéant ”

    Sinon je suis très porté sur l’immobilier, (signature de prêt pour mon deuxième bien locatif prévu demain a la banque).
    A part sa faut que je me sorte les doigts du c.. pour attaquer un deuxième pilier sinon sa va être long, très long pour quitter la rat race.

    Et j’en ai maaaaaaaarrrrrrreeeeee de mon taf.

    Répondre

  39. Merci, assurément l’un des meilleurs articles que j’ai lu ces derniers temps.
    J’espère que j’arriverais un jour à écrire des articles de cette qualité !

    Répondre

  40. Merci pour ton témoiyage.

    Je suis entrain de construire mon empire digital. J’ecris un blog en espagnol depuis cuatre ans a propos des Start-ups . Aprés avoir fait banqueroute avec ma derniere entreprise j’ai comencé a m’intereser a monetiser mon blog.

    Les bloguers Français me permetent d’avoir un point de vue trés diferent des bloguers Español y ça me donne un advantage important.

    Merci d’ecrire ton experience.

    Répondre

  41. Salut Cédric,

    les voyages nous font du bien et nous permettent de relativiser les choses.

    On apprend beaucoup en voyageant. Quelquefois cela peut même nous inspirez et nous donner d’excellentes idées.

    Alors un message pour vous tous : multipliez les expériences, changez un peu vos habitudes, voyagez !

    Pour répondre à tes questions :
    – je suis ingénieur et j’invente des produits,
    – je loue quelques appartement à des étudiants,
    – je suis en train de créer un blog sur l’immobilier étudiant : http://www.campus-invest.fr,

    Vous aussi, passer à l’action : la vie, c’est fait pour ça !

    Répondre

  42. Salut Cédric,

    Bravo pour ton voyage qui, du coup, a été beaucoup plus enrichissant grâce aux personnes que tu as rencontrées. C’est riche d’enseignements et merci de nous faire partager.
    De mon côté, j’en suis à 6 biens immobiliers et j’espère acquérir une maison à saint-François (Guadeloupe) pour y faire de la location saisonnière.
    Par ailleurs, je développe mon blog sur la location saisonnière.
    J’ai mis mis investissements boursiers en stand by par rapport à mes investissements immobiliers.

    On se voit bientôt au séminaire … 😉
    Lucela

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 9:59

      Salut Lucela,

      Je ne savais pas que tu avais un blog sur la location saisonnière !

      Tu voudrais acheter dans quel coin à St François ?
      Tu ferais construire ou tu achèterais déjà construit ?

      Cédric

      Répondre

  43. Salut Cédric,
    Super billet de blog qui m’a bien donné la patate ce matin ! Merci.
    Une analogie avec l’immobilier : Le petit vendeur de boisson dans la rue fera toujours du “petit argent” comme celui qui ne possède qu’une seule place de parking en locatif.
    Par contre celui qui voit gros dès le départ et qui investit dans un immeuble de rapport complet (Comme la dame grossiste en boisson) va générer de suite du “gros argent ” !
    Vous savez ce qu’il vous reste à faire les gars ! 🙂
    Guillaume : http://www.immeuble-de-rapport.fr

    PS : Joli mariage, cela a du être un événement assez incroyable à vivre, félicitations aux mariés.

    Répondre

  44. Bonjour Cédric,

    Votre travail nous a vraiment inspiré.
    Nous avons repris votre article sur notre blog en corrigeant quelques coquilles :).
    Nous sommes gabonais et ravis de savoir que vous avez apprécié votre séjour au Gabon avec tout les enseignements que vous tiré de cette expérience.

    Voici le lien de l’article qui vous fait honore et qui honore aussi l’Afrique profonde.

    http://www.afroconceptnews.com/2015/08/21/societe-comment-creer-de-la-valeur-pour-les-autres-le-cas-de-lafrique-raconte-par-cedric-de-business-attitude/

    Répondre

    1. Cédric Annicette 22 août 2015 à 10:02

      Merci à vous 🙂

      Répondre

  45. Bonjour Cedric!
    Article vraiment intéressant qui montre qu’on peut créer un business partout, quelque soit le marché. La question est d’être capable de s’adapter à celui-ci. Je trouve incroyable de voir à quel point les gens peuvent être ingénieux quand il s’agit de gagner leur vie, on ne voit pas autant “d’entrepreneurs (de rue)” en France !

    J’aime beaucoup cette phrase que tu as mis dans ton article “Ce sont des activités qui sont à la portée de ces gens-là et surtout qui correspondent à leur environnement “. Je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec nous, européens, qui avons la chance de pouvoir créer notre activité dans presque n’importe quel domaine avec tous les outils à disposition! Quelle chance ! C’est l’une des raisons qui font que, comme toi, je pense que l’immobilier peut être une source de revenu passif non négligeable si on adopte la bonne stratégie ! Si ça t’intéresse j’ai écrit un article sur l’effet de levier dans immobilier ” http://esprit-dentreprendre.com/leffet-de-levier-dans-limmobilier/” J’aimerai beaucoup avoir ton avis sur cette stratégie !
    Bonne soirée

    Antoine

    Répondre

  46. J’aime l’article juste un bémol; tout ceci s’appelle libre échange, marché, entrepreneuriat et se fait partout de par le monde tant qu’un gouvernement ou une personne ne t’en empêche pas (répression ou violence).
    Le salarié offre également un service néanmoins, son temps est un service qu’il offre à l’employeur avec une création de valeur également il peut avoir des compétences recherchées par l’employeur donc une valeur.

    Répondre

  47. Excellent article!
    J’adore le style décalé qui te remet les pieds sur terre.
    Ce que je retiens de cet article est qu’il faut être reconnaissant envers le monde (on est rien tout seul), conscient qu’on est fragile, que l’argent n’est qu’un voile, la valeur c’est autre chose. Bref aider les gens à régler leurs problèmes et vous vous enrichirez.
    Pour ma part j’ai un portefeuille titre, 2 maisons en cours de construction mises en location d’ici la fin de l’année, je développe une activité de gestion de patrimoine, et je traîne toujours mon bon vieux job de banquier qui m’oblige à être un bon vendeur en sachant maîtriser le risque de crédit.

    Répondre

  48. Pour ceux qui parlent de corruption en Afrique, c’est normal, vu que le franc CFA (à la base “Colonie Française d’Afrique”) est toujours une propriété de la Banque de France via la BCEAO (Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest), filiale de cette dernière. Les états d’Afrique de l’Ouest sont toujours des colonies françaises, leurs chefs d’états ne sont que des préfets officieux obéissant au doigt et à l’oeil aux politiciens français (de droite et de gauche, ça ne fait aucune différence). Ce que vous avez appris au lycée en cours d’histoire concernant la décolonisation n’est qu’un vaste tissu de mensonges, savamment entretenu depuis des décennies maintenant ! C’est juste que les oligarques français sont devenus plus rusés concernant la façon de présenter les choses aux masses serviles ignorantes. Si vous ne croyez pas ce que je dis, regardez la vidéo suivante : http://www.youtube.com/watch?v=J5tSLfdKPN0
    Le titre de cette vidéo est ” Voici comment la France appauvrit l’Afrique à travers le CFA : Nazisme Monétaire”.
    En sous-titre, il est écrit : “Voici comment à travers un mécanisme monétaire complexe et hérédité de l’allemagne nazie , l’occident en général et la France en particulier pillent les ressources africaines, et maintiennent l’Afrique dans la pauvreté”
    Bon visionnage et ne soyez pas trop incrédules ! C’est normal de l’être au départ, vu que vous n’êtes absolument pas informés sur le sujet et que les politiciens français et ce qui en découle (la soit-disante éducation nationale) savent trop bien mentir.

    Répondre

    1. Merci pour ces infos Olivier; c’est sûr quand on ne sait pas ça…
      je me dis tout le temps mais c’est pas possible un continent comme ça avec autant de richesse, comment ils font pour être tout le temps dans la m…
      Tu vois les américains ils ont fait Las Vegas en plein désert.
      Je vais regarder tes liens, merci pour ton éclairage.
      A plus

      Répondre

  49. Bonjour Cedric,
    Je t’ecris de Nouvelle-Calédonie. J’aime beaucoup lire tes articles, et celui du Gabon m’a fait voyagé avec toi. J’ai 22 ans de carrière bancaire, j’ai eu des affaires dans différents secteurs (restaurations, conseils, services) et j’ai investis dans l’immobilier. Ma dernière acquisition est en Asie. Aujourd’hui je vais quitter la banque pour m’investir à fond dans le crowdfunding et le marketing de réseau car je crois à la communauté de partage, pour que chacun s’enrichisse. Plus les gens gagnent eux mêmes de l’argent et sont heureux, plus je m’enrichis moi-mêmes 🙂
    Bonne continuation à toi et encore merci pour ton partage. Au plaisir de se contacter bientot.
    Gilles

    Répondre

  50. Bonjour à tous,

    Je suis dans le domaine des remèdes naturels.
    Je me suis mise à la place de ceux qui en avait marre de prendre toutes ces m… chimiques dont on nous inonde pour nous rendre accros (attention, parfois les médicaments sont indispensables, mais souvent les labos pharmaceutiques nous poussent à la consommation).

    Bref, il existe des tas de remèdes naturels ayant des effets vraiment soignants sur plein de maux…

    Comme Cédric, je suis toujours émerveillée de voir que des gens du monde entier viennent sur mon blog. Et quand je dis du monde entier, c’est vraiment de toute la planète ! Parfois, j’ai même du mal à situer certains pays… 😉

    Je vends des produits qui rendent service aux gens. J’ai fait des kindles, j’ai développé d’autres blogs plus spécialisés dans certains secteurs comme l’alimentation anti-âge, etc.

    Et vous savez quoi ? ça m’éclate car en faisant cela je rends service à des milliers de personnes. En fait, je pourrais même dire des millions car depuis 4 ans, je n’arrive pas trop à réaliser que plus de 3 millions 150 000 pages de ce blog que j’avais démarré sans réel objectif chiffré ont été vues 🙂

    Lancez-vous, qu’Est-ce que vous risquez ? Apportez de la valeur aux autres…

    Julie

    Répondre

  51. Bonjour!
    J’ai vraiment apprecié le “reportage”. il y a tellement des leçons que je ne sais sur quoi m’arreter. C’est aussi cela, la vie: sa diversité et sa richesse mais il faut savoir choisir.
    je vis en afrique singulierement au Cameroun. je peux vous assurer que la debrouille à fait son nid ICI come on dit chez nous “on se bat comme on peu pour vivre” C’est d’ailleurs comme cela que la plus par de nos milliadaires( comme le taire du depot de Bitam) ont commencer à la veille des independances. En apportant aux populations les solutions que les commerces classiques n’offraient pas.
    D’ailleurs cela a toujours été ainsi et sera toujpurs ainsi: resoudre les probleme des autres. Tel est le but premier d’un entrepreneur.

    Je suis industriel de formation et je j’ai une bureatique qui traville sans moi ce n’est pas encore une source de revenu ca le debiendra sous peu.

    Merci!

    Répondre

  52. Salut cédric salut à tous,
    Super article sur la création de valeur, je pense que le plus dur c’est de trouver
    comment apporter de la valeur aux gens et par la suite de savoir se lancer.
    Pour ce qui est du menu j’aurai bien essayer la vipère… 🙂

    Répondre

    1. Cédric Annicette 23 août 2015 à 9:38

      Je n’ai pas goûté la vipère !
      Mais le porc epic et la gazelle oui 😀

      Répondre

  53. Salut Cédric,

    Bravo pour ton article, ça sort de l’ordinaire et ça fait du bien au moral.

    Personnellement, j’ai acheté ma première place de parking en début d’année. Ton guide sur les parkings m’a donné le déclic et je te remercie pour ça. Je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin et en acheter plusieurs très rapidement.

    J’ai un peu le même profil que tu avais il y a encore quelques années, ingénieur, travaillant à la défense ^^ et ton histoire m’a inspiré dès le début. Si tu as pu quitter la RAT RACE, je vais pouvoir le faire aussi avec de la persévérance !

    Sinon en février dernier, j’ai également lancé mon blog qui aide les gens à se lancer dans l’investissement des parkings.

    J’ai participé à plusieurs formations, notamment une d’Olivier Seban (Immob2A) et une d’Alexandre Roth (Business en Ligne à succès).

    La prochaine ça sera une de toi !

    Au plaisir,
    Nicolas.

    Répondre

  54. MERCI CÉDRIC!
    Je suis enthousiasmee par tes articles,
    Actuellement, je suis 1 formation sur l’hypnose car je sens que j’ai quelque chose à donner aux autres…
    Je suis très heureuse de la perspective que je m’offre a moi et aux autres!
    Valerie

    Répondre

  55. Salut Cédric très bon article.

    Je te suis depuis mes 17 ans , j’en ai 19 maintenant mais je ne trouve toujours pas d’idée de business à créer , j’ai le sentiment de ne pas en connaître assez pour enseigner quelque chose au gens et du fait de mon jeune âge n’ayant pas de revenu fixe je ne peux donc pas m’enrichir sur les autres piliers tel que l’immobilier ou la bourse. Cela est frustrant car l’envie d’entreprendre est là depuis toujours mais je me retrouve au même stade qu’à mes 17 ans avec quelque connaissance de plus , que dois-je faire ?

    Répondre

  56. Répondre au besoin de notre environnement, une bonne dose d’inspiration ton article merci Cédric. Super le sax alto, attention aux joues!

    Répondre

  57. Bonjour Cédric,

    Merci pour ce beau reportage de ton voyage au Gabon, je vis au Cameroun et je confirme tous tes dires (le Kmer, (nom affectif de Cameroun) n’est en rien différent.

    j’ai un blog sur la thématique de la parentalité, dont je ne vis pas encore, étant bloqué par la technique j’avance à pas de fourmi. J’ai fait quelques publications.

    j’ai aussi deux studios dans ma ville Douala, qui seront mis en location d’ici la fin de l’année (la peinture est faite il ne manque que la connexion au réseau électrique) financé entièrement sur mes fonds propres.

    J’ai aussi un champ (une palmerai), qui produira dans 5 ans.

    Malgré tout ça je suis encore salarié, vivement les revenus passifs!! j’ai marre de mon job.

    Merci pour l’inspiration

    Répondre

  58. Salut Cédric,
    Aujourd’hui je me plein parce que je travaille pour quelqu’un qui paye pas en temps et en heure.
    Merci pour la leçon ça me fait du bien remettre les idées sur la bonne voie.

    Répondre

  59. Salut Cédric,
    et merci de me faire ressentir encore d’avantage l’émotion de GRATITUDE ,ce muscle que je développe chaque jours,pour que je l’intègre pour l’éternité!!
    avant de cliquer sur ton partage,je me plaignais des papiers de l’ursaff!!
    mais je suis de plus en plus dans l’appréciation et la gratitude!!

    Répondre

  60. Bonjour Cédric ,

    Félicitations , très joli article. J’ai beaucoup aimé ton regard veuf d’européen et de “blanc” sur les “entrepreneurs de la débrouille”.
    De mon côté je suis convaincu que derrière le système D il y’a une vraie intelligence économique source de richesse pour les populations , et pour cela je viens de créer une plateforme de Crowdfunding pour aider au financement de ces génies de la débrouille.
    Date de lancement des campagnes le 12 SEPTEMBRE
    J’aurai adoré qu’on puisse se rencontrer pour en parler et voir éventuellement comment on pourrait collaborer ensemble.

    A bientôt

    Répondre

  61. C’est certainement le meilleur article que j’ai sur ce blog. Ce que je retiens c’est que si l’on sait régler les problèmes des autres, on a le potentiel pour être riche. Cette parole tombe vraiment dans mon jardin.

    Merci Cédric.

    Répondre

  62. Bonjour Cédric,

    Je trouve cet article parfait, tout y est et c’est vrai que l’important est d’analyser les autres pour répondre à leurs besoins. Je ne suis pas très forte en la matière d’ailleurs 🙂

    Au niveau des business, mon conjoint et moi-même, gérons 7 appartements + 2 parkings. Ce n’est pas de tout repos, et on ne gagne pas encore de salaire dessus mais on ne lâche rien !!
    On espère faire mieux, acheter dans la caraïbe aussi (on y est originaire)..

    Génial pour tes revenus mensuels !!! félicitations même !!! tu nous inspires et merci de tes articles.

    Répondre

  63. il Ya là une innovation ,vu que lire les articles est un peut ennuyeux ce sens de l’humour ma poussé à être concentrer pour ne rien raté .
    merci beaucoup
    sageamour Mangayi (brazzaville)

    Répondre

  64. ANNICETTE G. 25 mars 2018 à 23:15

    Vision équilibrée des différences culturelles! Right!
    Vivre aux Antilles ou dans la caraïbe nous apprend beaucoup ! Notre mode de vie est assez simple! Nous apprenons à relativiser, à penser aux autres!
    Le confort ramolli.
    Bonne continuation.

    Répondre

  65. Bonjour Cédric,
    Je suis du Gabon, j’y ai vécu pendant 18 ans et pour quelqu’un qui n’est pas de là bas, tu AS TOUT DIT ! BRAVO !
    Et qu’est ce que tu m’as fait rire ! Tu m’as appris des choses que moi-même je ne savais pas, étant de Libreville (je ne connaissais pas cette riche Bitamoise mais ça ne m’étonne pas.) Merci pour tous ces souvenirs et tous ces conseils. Jusque là je ne t’avais pas encore vraiment mis dans la case “mentor” mais là t’as confirmé que tu t’intéresses un minimum “aux gens, à tes clients, et tu apportes vraiment de la valeur”.
    J’ai aussi remarqué que t’as un peu l’accent Fang. Je me demandais pourquoi. C’est à cause de ton pote? Lol.
    Bref Très très bon article ! Et le détail de la REGAB (Regardez les Gabonais boire ah ah ah), C’est DINGUE! C’est tellement ça ! 😀
    Très bonne observation, et merci pour les conseils business ! T’as raison ! Je l’avais déjà compris vu que moi je lis cet article en 2018… Mais je suis ici via Youtube ! Une de tes webconf que je dois suivre pour la 1000ème fois !!!
    Bref ! Merci 😉

    Répondre

  66. Je n’ai pas de business mais je pense creer un je suis moi aussi du nord. A vrai dire j’ai trop vecu a l’etranger et je vais voir le genre de business rentable au Gabon avec environ 500 mille francs CFA.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.