Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs. J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Des dividendes remontantes?

J’étais dernièrement en train « d’essayer » la nouvelle terrasse d’un ami lors d’un barbecue et je suis tombé sur un pot de fleur. Vous savez les pots contiennent souvent des étiquettes permettant de se souvenir de quel type de plantes il s’agit :

Il s’agissait d’un fraisier « remontant »

Cela signifie que le pied va produire des fruits plusieurs fois dans l’année. Dans un précédent article j’avais expliqué le point commun entre une fraise et un dividende.

Ce nouveau constat, montre que ces deux là sont vraiment très proches ! Ils produisent des fruits à plusieurs reprises et permettent de nourrir celui qui les a planté.

Pour que la stratégie fonctionne, il faut bien sûr choisir les bons fraisiers/actions sans quoi la productivité/rentabilité peut très vite tomber à zéro !

Si vous avez des actions à forts dividendes dans votre portefeuille, dites-moi dans les commentaires ci-dessous quels sont vos principaux éléments d’analyse pour vous assurer que vous recevrez des fruits pendant encore très longtemps ?

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs.

J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Picture of Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

27 réflexions au sujet de “Des dividendes remontantes?”

  1. Bonjour,

    Attention il y a une différence d’avoir un portefeuille à gros rendement et avoir un portefeuille avec des dividendes constant et en augmentation chaque année. Il faut bien vérifier le ratio de reversement du dividende exemple France telecom doit reversé 90% de ses benefices en dividende alors comment ils font pour investir correctement et pérénisé leur métier ?

    Répondre
  2. Salut la compagnie,

    Je sais pas si le fait de chercher une entreprise à fort dividende soit un bon plan a moyen terme.
    A titre personnel, je prefers une entreprise qui favorise la réinjection de ses bénéfices dans la recherche pour l’optimisation de sa production –> vision « longtermiste », plutot qu’une entreprise qui lance des campagnes de comm opération séduction aux actionnaires annonçant un retour de plus de 4% –> vision plus « courtermiste ».

    Maintenant si on peut trouver les deux à la fois, je ne cacherai pas mon intérêt :), ça existe des entreprises qui font des dividendes biens supérieurs à 5%, mais c’est aussi un peu de chance d’en attraper…

    En ce qui me concerne, pour mon portefeuille d’actions « à dividende », je recherche plutôt des entreprises qui en versent depuis longtemps et qui augmente sensiblement mais de façon régulière leur part de dividende versé aux investisseurs. Pour le moment, je ne me targue pas d’avoir des rendements particulièrement fort, environ 2 à 2,5%, mais ca augmente tout les ans. D’ailleurs ce portefeuille n’a pas bougé depuis quelques années et les crises de ces dernières années n’ont pas trop impacté mon placement.

    Répondre
  3. Moi justement je fais attention à ce qu’il n y est pas trop de R&D. Ça coûte très cher, mieux vaut trouver des entreprises qui ont des produits à vendre de qualité et qui ne nécessite pas forcément des milliards et des milliards de R&D chaque année.
    Vous avez raison pour le ratio de versement et il y a pire que FT, il y a des entreprises qui versent actuellement 120%, 130% de leur bénéfice 🙂

    Répondre
  4. Pour répondre à la question sur comment chercher les bonnes actions avec de grosses fraises.

    1) Choisir une société solide (préférence aux sociétés du CAC40).

    2) Regarder l’historique des dividendes versées pour s’assurer que la distribution a lieu tous les ans et que le dividende par action progresse chaque année (on admet une dérogation à partir de 2008 vu la crise; il vaut mieux que les sociétés distribuent moins et qu’elles conservent leurs trésoreries).

    3) Sélectionner une société qui verse des dividendes globaux inférieurs à la moitié du résultat de la société (payout <50%). Cela élimine d'office France Télécom qui distribue presque tout. Normal la société doit quand même utiliser ses bénéfices pour investir et disposer de trésorerie. L'actionnaire est un associé par un vampire …

    Répondre
  5. Bonjour Cédric,

    Je n’y connais malheureusement rien en actions , la seule chose que je sais c’est qu’il faut détenir absolument des total GABON ! qu’en pensez-vous ?
    Cordialement,

    Répondre
  6. Tout le monde parle de France Télécom. Et c’est bien normal avec un pourcentage de rendement aussi élevé…

    Je n’ai pas les moyens d’abaisser mon prix de revient, mais si je pouvais, je le ferais volontiers… 😉

    L’Etat actionnaire est très gourmant. Et c’est pour cela que le dividende est copieux. Reste que cette entreprise a trop de personnel et c’est ce qui plombe son cours en partie…

    Il n’empêche que si vous voulez être quasi-certains de toucher des dividendes élevés, visez les entreprises où l’Etat est un gros actionnaire…

    J’aime bien EADS également qui a un carnet de commandes de plusieurs années… 🙂

    Sam

    Répondre
  7. Hello,

    Pour l’investissement dit de rendement, je transpose simplement les critères de Benjamin Graham qui permettent de s’assurer qu’une obligation ne fera pas défaut.

    D’après ma propre expérience de bientôt 9 ans, un ratio de payout inférieur à 40% du bénéfice suffit à garantir le rendement. Ainsi, j’ai pu me positionner sur des valeurs gagnantes de type Sanofi en 2010 ou Wal-Mart en 2011 et avoir un très bon rendement de portefeuille. Je prends peu de positions et préfère la qualité à la quantité.

    Toutefois, je pense que le dividende ne doit jamais être le principal critère d’un investissement. ll est souvent plus sûr et rentable d’investir dans des situations de qualité où la valeur d’actifs est décôtée.

    Je vous invite sur mon blog si vous souhaitez en savoir plus sur ma philosophie d’investissement.

    Répondre
  8. Je pense qu’il faut que le ratio de distribution soit inférieur à 60%, l’entreprise pourra alors développer de nouveau produit pour toujours rester en avant.
    Il faut également regardé le nombre d’année consécutives d’augmentation du rendement.

    Répondre
  9. Bonjour,

    Pourquoi ne pas se fixer des actions du type France télécom , total Gabon, 11% et 13% et les revendre pour d’autres si ces derniers n’atteigne plus les objectifs de dividendes recherché soit plus de 10%.

    Que pensez-vous de cette démarche ?

    Répondre
  10. La comparaison avec le fraisier est mignonne mais s’arrête là.
    Ce que distribrue un arbre fruitier c’est le résultat de ce que son jardinier à mis en œuvre pour cela. Le jardinier agit directement sur sa plantation. Il en est le maître.
    Alors que pour la bourse vous n’avez aucun contrôle, vous pouvez choisir une bonne action qui verse des dividendes, qui est sur un marché porteur, qui génère bcp de CA, mais le prix ne reflète pas les fondamentaux.
    Jetez un coup d’oeil aux actions du cac40 sur la période d’août 2011, chute violente. Et pourtant ces entreprises ne gagnent pas moins d’argent que la veille. Leur situation n’est pas pire.La bourse est le reflet de la cupidité et de la peur des intervenants. Construire un portefeuille à l’ancienne avec une stratégie Buy and Hold est très risqué aujourd’hui.
    C’est juste une mise en garde, attention aux raccourcis mentaux et aux images faciles.
    Sinon Cédric j’aime bien le ton de votre blog.

    Répondre
  11. Seb,
    Il y a deux choses qui me gênent dans votre raisonnement :
    – Le jardinier, s’il est intelligent, va économiser son propre effort et employer des ouvriers capables de cultiver son jardin mieux que lui. Pourquoi n’iriez-vous pas employer les meilleurs managers pour faire fructifier votre patrimoine ? C’est un autre type de travail que de savoir recruter ses employés, mais c’est très rémunérateur si c’est bien fait.
    – Ce n’est pas parce que le CAC a chuté en août 2011 que toutes les entreprises ont chuté ou que vous n’avez pas reçu votre dividende. Pourquoi ne pas utiliser la cupidité des investisseurs à votre profit en renforçant vos meilleures idées à bon compte plutôt que de s’en plaindre ? De plus, vous touchez tout de même vos dividendes : l’un n’empêche pas l’autre.

    Ce que je trouve particulièrement bien avec le Buy and Hold, c’est que comme personne ne croît que ça marche, ça marche toujours plus.
    Croyez-vous vraiment que les investisseurs qui ont gardé Apple depuis 2003 à fin 2011 et ont démultiplié son capital initial par 70 vont être d’accord avec vous ? Je connais plusieurs personnes dans ce cas de figure. C’était pourtant facile : Apple s’échangeait moins cher que son cash en banque nettoyé de ses dettes en 2003, et étaient profitables grâce à l’i-pod. Evidemment, il fallait attendre assez longtemps pour en profiter pleinement, et de nombreuses personnes ont craqué bien avant en vendant à la baisse.

    Personne ne vous force à encaisser vos moins-values quand le marché baisse. Ne soyons pas contrôlés par le marché ! Si le marché vous contrôle, vous perdrez, si vous contrôlez vos émotions etvotre patience, vous en profiterez et vous enrichirez. C’est bien sûr plus facile à dire qu’à faire : on aime bien être rassuré par la foule qui fait pareil.

    Répondre
  12. Pour moi, je tente de conserver mes titres à dividende le plus longtemps possible (5-10 ans, et pourquoi pas plus longtemps encore :-))

    Pour ce faire, je tente de devenir propriétaire d’entreprise dont les barrières à l’entré sont difficiles à atteindre (Coca-Cola par exemple), que l’entreprise oeuvre dans un domaine où il est facile de prévoir la direction de l’entreprise (McDonald’s vs Apple). Évidemment, je m’assure que l’entreprise sera en mesure de maintenir ce dividende sur de longue période (payout ratio et analyse des cash flow).

    Bien sûr, comme tout mes autres choix, il fait que l’entreprise soit rentable, peu endetté et un minimum de croissance.

    Répondre
  13. Bonjour Cedric,

    Je n’investis pas sur le marché boursier (pour le moment) pour une simple et bonne raison. Je considère que le temps que je peux économiser en investissant davantage sur mes projets peut me rapporter davantage.

    Quand on sait que l’investissement en bourse est le dernier bon moyen de gagner des revenus passifs, avant d’investir en bourse, je pense qu’il est préférable d’optimiser ses autres sources de revenus passifs comme divers compte pension et optimiser la gestion de ses ressources. Ca, ça paie mieux que n’importe quoi d’autres ! 🙂

    Finalement, de ce que j’ai retenti de Rami Sethi, c’est que si je devais investir en bourse, il faut prendre des actions qui sont basses et qui ont connu un succès antérieurement et prendre en compte le paramètre du contexte business autour.

    De manière générale, c’est en plantant plusieurs fraisiers qu’on pourra ne récupérer le plus, et tant mieux q’ils ont grimpants 😉

    Jérémy

    Répondre
  14. Bonjour à tous,

    Je préfère avoir une action comme ESSILOR, dont le cours a progressé de 30% depuis le début de l’année mais avec un dividende qui monte régulièrement de 2% chaque année.

    Que posséder une action comme France Télécom, dont le cours de Bourse a chuté de 30 ou 40% et qui continue malgré tout à verser anormalement un dividende équivalent à 10% du prix de l’action.

    Va-t-elle retrouver son cours de 15€ le mois prochain ou l’année prochaine ou dans 10 ans ?

    Alexandre

    Répondre
  15. @ Alexandre : évidemment que certains valeurs sont plus défensive que d’autres : essilor, Air liquide, Michelin, Sanofi… et se paie donc cher mais même dans ce cas, on n’est pas a l’abri d’une déconvenue . Imagine un scandal médical type Mediator pour Sanofi ou que tout leur best seller passent dans le domaine public sans que les nouveaux médicaments puissent compenser …

    un nouveau concurrent invente une nouvelle roue sans caoutchouc et Michelin voit sa valeur chuter, etc….

    Répondre
  16. @ Nouredine : Je ne comprends pas ce que vous dîtes lorsque vous écrivez que Sanofi est plus défensive et se paie donc plus cher. Plus cher que quoi au juste ?

    Je vous donne mon opinion personnelle sur la valeur : Lorsque je l »ai analysée en détail au troisième trimestre 2010, j’avais établi que la valeur de remplacement de ses actifs était près de deux fois supérieure à sa capitalisation boursière. Pour 50 centimes, vous obtenez un dollar. Je veux bien m’être trompé (j’ai pourtant utilisé des hypothèses très conservatrices), mais même si j’ai surestimé deux fois la valeur de remplacement de ses actifs, je paie toujours moins que la simple valeur de remplacement des actifs de la société ! Mon capital sera donc très probablement préservé à long terme.

    Sérieusement, vous trouvez ça cher payé vous, pour une société qui génère 9 milliards de cash flow libre par an pour ses actionnaires (qui représentait près de 15% de sa capitalisation boursière) et vous offre un dividende supérieur à 5% par an ?

    Si cela est cher pour une grande cap, très honnêtement, je ne comprends pas ce qui peut ne pas être cher. Pour moi, le scandale Médiator représentait une difficulté temporaire permettant d’investir dans une entreprise exceptionnelle à un prix plus que raisonnable (beaucoup trop bas serait, à mon sens, l’expression la plus adaptée).

    Répondre
  17. Je n’investis (pas encore) en bourse, mais dans l’immobilier.
    Ça n’est peut-être qu’une impression, mais j’ai le sentiment que le temps passé pour trouver les bons supports et suivre un portefeuille de quelques milliers d’euros est énorme par rapport au rendement obtenu… et à l’incertitude sur le futur.
    Par revenir à la comparaison avec le fraisier, je préfère l’immobilier, la récolte se fait tous les mois !

    Répondre
  18. @ Serge : je n’ai jamais dit que Sanofi était trop cher. J’en ai moi même acheté cette année. Elle n’a peru que 7% de sa valeur en 5 ans alors que la plupart des société du cac40 ont perdu entre 50 et 90%.
    Air liquide vaut 89€ et a pris 21% en 5 ans malgré la pire crise economique de ce siècle. Elle est beaucoup moins soumise aux fluctuations que d’autres sociétés . C’est pourquoi on parle de valeur « sûre » et de placement de « bon père de famille »

    @ françois : la bourse est effectivement le levier le plus important pour se créer de la richesse mais je mettrais la bourse en 2ème . Si tu choisis bien tes valeurs avec une vision long terme, tu n’auras qu’une à deux heures par mois à y consacrer. Et quand tu auras planter les graines, tu récolteras de manière quasi automatique des dividendes. Suivant tes choix tu les récolteras annuelement, 2 ou 4 fois par an. Avec 20 000€ placés, je touche à la louche près de 1200-1400€ par an. Mes actions baissent ? Pas grave , on verra l’année prochaine !
    Quand j’entends partout dire « il n’y en a que pour les actionnaires », quai je fait ? Je suis devenu actionnaire.

    Répondre
  19. Il fallait comprendre : l’immobillier est effectivement le levier le plus important pour se créer de la richesse mais je mettrais la bourse en 2ème …

    Répondre
  20. C’est vrai que ca fait plaisir de recevoir des dividendes, et France Telecom a été encore une fois très généreux cette année. Mais je suis d’accord avec ceux qui disent qu’il ne faut pas baser toute sa stratégie là-dessus,

    Pour ma part, je garde environ 30% de mon (petit)portefeuille pour acheter des actions beaucoup plus volatiles comme les bancaires (Société Générale par exemple), qui peuvent facilement évoluer de + ou – 10% sur une semaine. C’est plus dynamique, et il est possible de faire rentrer de l’argent rapidement…

    Répondre
  21. @ François : que faire ? Rien de spécial ! 3% prélevé à la source des dividendes versé par les entreprise naura que peu d’impact sur les rendements. C’est vrai que l’etat se sucre avant avec cette taxe et après avec les divers taxations sur les épargnants !
    J’aimerais qu’ils essaient d’avantage de réduire les dépenses …
    Il,faut savoir que Total, Sanofi et France telecom totalise à eux trois 40% des dividendes versé sur le CAC40. ( chiffre à vérifier car source entendu a la radio)

    Répondre
  22. Un dividende n’est jamais garanti à vie. Après je t’invite à sélectionner des valeurs qui En distribue systématiquement et les augmente régulièrement . Total est un bon exemple comme Sanofi etc… J’ai comprendre que coca cola à toujours distribué des dividendes depuis des décennies sans interruption.

    Répondre

Laisser un commentaire