Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs. J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Il n y a pas de sot métier, tant que…

J’étais dernièrement au concert de Johnny (on aime ou on n’aime pas… Moi j’aime !). Lorsque m’est venu cette idée d’article.

D’ailleurs si vous êtes intéressé par le blogging, une des meilleures techniques pour trouver des idées d’articles est de quitter son bureau et de sortir dehors. Vous aurez alors plus d’inspiration.
C’est souvent en Guadeloupe, en plein air ou encore en faisant une activité physique que j’ai mes meilleurs idées d’articles.

Donc j’étais là en train d’écouter la première partie du concert quand j’ai vu passer un type habillé bizarrement…

Casquette jaune, t-shirt jaune et surtout un tonneau sur le dos où il était indiqué en gros « PRESSION 50cl 6,50€ + Consigne 2€ » (Johnny est un bon business man) surmonté d’un drapeau afin qu’on ne puisse pas le manquer :

Beaucoup se moquaient de lui

De mon coté je me suis dis : «

C’est exactement ça qu’il faut faire !

Ce que j’entends par là c’est qu’il y a de nombreuses personnes qui veulent devenir indépendantes financièrement sans faire le moindre effort. Le problème, c’est que ce n’est pas possible (à part si on hérite, gagne au loto ou se marie à un millionnaire).

En d’autres termes, nombreux sont ceux qui veulent par exemple investir dans l’immobilier mais n’ont pas les capacités d’endettement nécessaires pour contracter un prêt. La solution ? Prendre un job supplémentaire afin d’améliorer son dossier. Quitte à vendre de la bière à un concert.

Ce jeune homme est peut-être un futur millionnaire

On est tous né égaux. Tout nu. Avec une grosse claque sur les fesses.
Au début, tout ce que nous avons et qui a de la valeur c’est notre temps. C’est pourquoi il n’y a pas de mal à l’échanger contre de l’argent… dans un premier temps.
Il faut ensuite très vite commencer à transformer l’argent gagné en revenus passifs et alternatifs qui vont continuer de travailler très dur pour vous.

Ce jeune homme a peut être tout compris. Il est peut être en train de se constituer un apport grâce au salaire qu’il va gagner. Il a peut-être signé un CDI qui va lui permettre d’obtenir un financement. Il va peut être pouvoir se payer une formation qui va lui permettre d’aller toujours plus loin.

Dans ce cas, il utilise bien son argent durement gagné. Son argent gagné en échangeant ce qu’il a de plus précieux : son temps.

Je voulais être « poubelleur » !

Quand j’étais petit et que j’entendais le bip bip du camion des éboueurs je courrais dans tous les sens. Pourquoi ? Car je voulais être «poubelleur », c’est comme cela que j’appelais le métier d’éboueur.
C’était trop cool comme travail. On grimpait derrière un camion, on s’accrochait et on roulait ! On pouvait également récupérer pas mal de jouets laissés en bon état. Autrement dit c’était mon job de rêve quand j’avais 5/6 ans.

Beaucoup diront qu’il s’agit d’un « taffe de m**** ». Pourtant il s’agit d’un travail important. Un travail qui rend sûrement bien plus service que certains postes de cadres occupés par des ronds de cuirs orgueilleux.

Pour moi, il n’y a pas de sot métier. Tant que l’on utilise intelligemment son argent afin de se libérer du temps que l’on va pouvoir utiliser avec nos proches, aider les autres et vivre nos passions au quotidien.

Quand j’étais plus jeune j’ai parfois occupé des postes ingrats : magasinier pour un grand constructeur automobile, vendeur dans un magasin de la Défense d’une grande chaine de prêt à porter, « remplisseur de rayons » chez Edouard, Support informatique de niveau 1. Ensuite j’ai évolué à des postes un peu plus rémunérateurs et « prestigieux ». Mais l’important reste de transformer ses revenus du travail en revenus passifs.

Dans cet article vous trouverez une série de vidéos où je vous embarque dans une partie du jeu de Robert Kiyosaki « Cashflow 101 ».

Vous verrez que l’important n’est pas combien vous gagnez, mais ce que vous faites avec cet argent.

Seriez-vous prêt à vendre de la bière pour Johnny afin de mettre en route le cercle vertueux des revenus passifs ?

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs.

J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Picture of Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

45 réflexions au sujet de “Il n y a pas de sot métier, tant que…”

  1. Entièrement d’accord avec toi Cédric, je suis de ceux qui considèrent qu’il n’y a pas de sot métier … J’ai moi-même bossé sur des chantiers à porter des gravats, ou vendu de la charcuterie et du fromage pour utiliser mon temps libre pendant mes études à bon escient.

    J’occupe aujourd’hui aussi un poste « prestigieux » et je continue à dire bonjour aux éboueurs quand je les croise, ils se lèvent tôt le matin pour faire un travail dur … et ça c’est quelque chose que je respecte réellement. (Contrairement à ceux qui se plaignent parce qu’ils ne touchent pas assez d’aides pour rester assis dans leur canap’ !!!!!)

    Répondre
  2. Bonjour Cédric ,

    merci à toi pour tes articles qui sont souvent teintés de bon sens et d’une logique que j’apprécie.
    J’aime d’autant plus celui çi qu’il rejoint ma philosophie !
    J’ai toujours « acheté » une certaine forme de liberté en ayant une seconde activité me permettant une vie différente et passionante.
    Cela dit, ma question est la suivante : j’ai cherché pendant des années le jeu « cashflow » de Robert Kiyosaki (dont j’ai dévoré les livres à une époque)…et ne l’ai jamais trouvé.
    Sans doute m’y suis je mal pris (et c’était il y a quelques années). Pourrais tu me dire où tu te l’ai procuré, stp ?
    Je reviendrai vers toi pour ta formation sur « les dividendes » car elle me paraît vraiment judicieuse..
    Bonne continuation.
    Dan

    Répondre
  3. Intéressant, ça fait réfléchir.

    C’est curieux cette tendance qu’ont les gens à se moquer des gens courageux. Après ces mêmes personnes diront sans doute, quand il aura réussit, qu’il n’y a « pas de fortune honnête »

    Pour en revenir à la question temps/argent, je pense que c’est une question plus complexe qu’il n’y parait.

    Je m’explique :

    si son objectif est de réunir le capital pour acheter sa maison ou monter sa propre affaire, alors en effet occuper le maximum de son temps avec du travail, c’est sans doute la meilleure stratégie. D’ailleurs si je me souviens bien avant de créer la chaîne « buffalo grill » le patron a ramé pendant qqs années en multipliant plusieurs jobs journaliers.

    Par contre, je pense que s’il veut rester à l’affut de nouvelles opportunités, mobiliser tout son corps et son esprit au travail n’est sans doute pas très productif. Dans l’idéal, il vaudrait mieux opter pour un emploi 20/80

    Donc encore une fois, la stratégie qu’on va adopter dépendra de son objectif.

    Perso, j’opterais plutôt dans la deuxième proposition. Je connais plus d’ouvriers communaux qui possèdent leur villa (voir une résidence secondaire) que de cadres sup. Ca ne doit pas être étranger au temps dont bénéficient ces ouvriers par rapport aux cadres sup qui gagnent + en net mais qui reviennent vidés du bureau.

    Répondre
  4. Salut Cédric,

    C’est sûr peu importe le métier, que l’on soit cadre d’une grande société du CAC 40 ou simple salarié comme cette personne, ce qui changera vers la liberté financière, c’est l’optimisation de ses finances.
    Mais dans la recherche d’indépendance financière, pour augmenter ses chances et débuter, ne vaut-il pas mieux d’avoir un travail bien rémunéré avec des responsabilités ou un simple travail d’employé suffit ?
    C’est une question que je me pose en ce moment mais je ne trouve pas vraiment de réponses :s

    Bonne journée

    Répondre
  5. Bonjour Cédric;

    Au delà de la vision de sous métier, qui revient a dire qu’il y a des sous hommes et avec laquelle j’ai beaucoup de mal; il y a la notion d’utilité et d’initiative personnelle.

    Dans un pays où les aides sont très présentes, sans jugement politique, je salue avec respect la notion de travail et de peine.

    Les gens qui se moquaient de ce vendeur de bière se punissent eux mêmes par une attitude négative et absolument contre-créative et c’est dommage pour eux. Savoir donner de sa personne sans être radin sur l’énergie qu’on y mets est la seule chose qui m’importe réellement ca c’est de cette manière que l’on construit, que l’on va au bout de soi pour multiplier les voies possibles.

    Comme dirait un ami « enfin, moi je dis ça, mais je dis rien! »;-)

    Répondre
  6. @ François :

    Bonjour, il me semble que tu donnes la réponse dans ta question « optimiser ses finances » peu importe que tu sois cadre ou ouvrier.

    Répondre
  7. Salut Cédric,

    Pour le concert de Johnny je t’avoue que là…

    Sinon concernant ton article, il reflète bien certains a priori que l’on pourrait avoir sur des jobs dit « ingrats » et pourtant…

    Bizarrement, ceux qui réussissent le mieux dans l’entrepreneuriat sont justement les personnes ayant fait ce type de jobs. Ils ont une énergies que les autres n’ont souvent pas.

    Pour réussir il faut avoir les crocs, et l’ébouer les a assurément.

    Répondre
  8. Salut,

    se serait bien de connaitre l’histoire réelle des millionnaires et milliardaires genre Rockefeller, Bill Gates, Steve Jobs, Warren Buffet, pour voir d’où ils sont partis et comment ils sont arrivés où ils sont.

    Pour ce qui me concerne, ils doivent leur succès non pas a du dur travail, mais à de l’intelligent travail et donc a du marketing et a des stratégies d’investissement, d’achat et de vente très intelligentes et très simples donc très efficaces.

    Stratégies ignorées de la plupart car trop simples pour les esprits sophistiqués de nos diplômés:

    l’école fait tout pour faire croire que tout doit être très compliqué dans la vie, les problèmes de maths qui ne se posent pas dans le réel de 99% des gens, en sont un exemple concret,

    les dissertations sur des sujets sur lesquels les auteurs n’ont aucune influence en est un autre, les cours qui remplissent la tête d’informations non utiles et obsolètes au jour le jour encore un autre (Vous as t’on expliqué comment fonctionne la digestion par exemple?

    Non, ha pourtant si on l’avait fait, il y’a fort à parier que vous ne mangeriez pas ce que vous mangez aujourd’hui: les industries agroalimentaires nous font manger n’importe quoi cf le régime Montignac.

    Et des omissions comme celles là, il n’y a que ça dans les cours de l’éducation nationale. Par contre savoir que la bataille de Marignan a eu lieu en 1515 ça c’est primordial à savoir du point de vue d’un prof d’histoire…).

    D’autre part les médias jouent un rôle d’enfumage sans précédent, qui rend les esprits très confus ce qui permet de vendre n’importe quoi.

    Bref rien dans le système éducatif français (et dans pas mal d’autres d’ailleurs aussi) n’est fait pour mettre en avant l’esprit d’entreprise, ni d’ailleurs apprendre à gérer son argent convenablement.

    Heureusement qu’il y’a des gens comme Cédric pour redresser la barre.

    Répondre
  9. Bonjour Cédric,

    Un boulot c’est un boulot. L’important c’est de ne léser personne. L’idée est plutôt originale. Même les « moqueurs » vont lui faire de la pub.

    Répondre
  10. Bonjour Cédric,

    Moi je signe d’avance, pour vendre de la bière pour Johnny afin de mettre en route le cercle vertueux des revenus passifs ……

    Pour ce qui est du jeux cash-flow, grâce à ton superbe article sur YouTube ou tu avait effectuer une partie, c’était super intéressant, d’ailleurs je le recommande à beaucoup de personnes.

    Merci pour ton article et bon courage.

    Répondre
  11. « Pourtant il s’agit d’un travail important. Un travail qui rend sûrement bien plus service que certains postes de cadres occupés par des ronds de cuirs orgueilleux. »
    Enfin quelqu’un qui comprend pour de vrai :’)
    Merci.

    Répondre
  12. Oui, le courage est important. Et les idées. Le courage de tester les idées… Quant à moi, j’ai fait beaucoup de petits boulots : jeune fille au pair, assistante de direction, vendeuse dans une librairie, chargée d’invitations aux investisseurs institutionnels (par téléphone), assistante dans une boîte de production, hôtesse d’accueil, responsable d’équipe pour un cabinet de traduction… J’ai appris beaucoup grâce ces boulots. Surtout le fait qu’être employée ne me convenait pas ! Il y a beaucoup d’idées à saisir en France, notamment comme la peur de l’échec empêche de nombreuses personnes d’agir. Finalement, cela représente une opportunité : faute de concurrence, la réussite, la richesse et l’indépendance financière sont tout à fait possibles pour celui qui a du courage pour agir sur ses idées.

    Répondre
  13. Salut Cédric,

    Bien d’accord avec toi sur le fait de ne pas dénigrer ceux qui ont le courage de faire des boulots difficiles pour arrondir les fins de mois. Reste à savoir ce qu’il va faire de son argent, et s’il va réellement s’en servir de manière « intelligente »…

    D’un autre côté, si on calcule un peu, on sait que le SMIC (probablement le taux auquel il est payé) est à environ 9€ bruts x les 5 heures maxi qu’il va travailler, ca nous amène à 45€ bruts… Est-ce qu’il n’aurait pas pu être plus productif en termes d’argent en déployant ses efforts ailleurs ou autrement? Peut-être ou peut-être pas…

    En tous les cas, il les a ses 45€ et s’il fait ca trois week ends dans le mois, ca peut lui apporter les fameux 100€ par mois dont tu parles pour commencer à s’enrichir via un des piliers qui fait l’actu sur ton blog en ce moment! 😉

    Chris

    Répondre
  14. Non, il n’y a pas de sot métier. Il y a ce qu’on veut faire. Bien que je pense qu’on soit amené à faire des choses qu’on veut pas vraiment mais qui nous permettent comme Johnny de constituer un capital pour démarrer un projet et essayer autre chose.

    Bref, il existe que des alternatives. Si vous voulez changez de vie (comme Johhny :)). Je pense qu’il existe quelques étapes indispensable avant de se lancer qu’on brûle trop souvent :

    1. Il faut bien définir ce que vous voulez faire.
    2. Réfléchir à quels sont les moyens pour y arriver.
    3. Définir un plan (aussi mauvais soit-il. un plan est un plan. Vous pourrez l’adapter en cours de route).
    4. Testez votre idée et valider son potentiel économique AVANT de quitter votre sécurité .

    Voilà pour un bon départ 😉
    Jérémy Goldyn

    Répondre
  15. Qui n’a pas fait ce genre de boulot ? J’ai travaillé dans une cafète, trier des sacs postaux, réalisé des sondages, etc.

    C’est quasi inévitable de faire des boulots qu’on n’aime pas spécialement. 😉

    Et je suis d’accord qu’après tout, il n’y a pas de sots métiers. Ensuite, si on peut faire en sorte de faire quelque chose qui nous éclate et/ou se procurer des revenus passifs, alors c’est le pied. 🙂

    Mais je pense aussi qu’il faut sortir des sentiers battus et c’est ce que j’essaie de proposer sur mon Blog…

    Sam

    Répondre
  16. En effet il n’y a pas de sot métier. Peu importe d’où on commence, c’est le point d’arrivée qui compte. Je pense que c’est vraiment important et formateur de commençer « bas » quand on a une réelle envie de réussir dans la vie. C’est un vrai carburant pour notre motivation à évoluer. Quand on a débuté en bas, on a beaucoup plus de considération et de respect envers les autres, ceux qui occupent ces métiers considérés comme « sous » ou « sot métier. Personnelement je prend beaucoup de plaisir à saluer les éboueurs, femmes de ménages… C’est peut être parce que j’ai réellement fais ces métiers là quand j’étais un peu plus jeune.
    L’essentiel ça n’est pas de commencer bas mais d’y rester sans évoluer…

    Répondre
  17. Bonjour,

    Le travail salarié ne devrait pas être une fin en soi, mais une simple transition. Beaucoup estime qu’un CDI et une retraire sont une sécurité. On remarque que bien souvent les retraités, actuellement, ont du mal à s’en sortir et sont malheureusement dépendant d’un gouvernement.

    Comme tu l’a évoqué la stratégie la plus judicieuse serait de travailler pour se construire un capital et apprendre, de l’investir (création d’entreprise, immobilier) puis de toucher un revenu passif (voilà comment je vois la retraite) 😉

    Mais par peur ou pour éviter les risques, la plupart cherche la facilité et le confort qu’offre le monde du salariat.

    Je pense que le salariat peut être intéressant pour les personnes qui aiment leur métier, et veulent se sentir utile à la société (oui ça existe encore) 🙂

    Répondre
  18. Tout a fait d’accord Cédric !

    Surtout avec la partie d’échanger son temps contre de l’argent dans un premier temps. Au début on n’a pas assez de moyens pour atteindre rapidement notre objectif, c’est pourquoi on doit utiliser tous nos ressources disponibles.

    Répondre
  19. On se moque de moi quand je dit que je veux gagner ma vie en vendant des produits informatifs, mais je sais ce que je peux y arriver ! Cet article devrait ouvrir les yeux à plus d’un.

    Courageux bonhomme qui a du mérite de faire ce qu’il fait, il n’y a pas de sous métier et je respecte chaque personne peu importe son travail !

    Merci pour cet article Cedric !

    Répondre
  20. En fait peu importe le travail, seul l’objectif compte. Peut être que certaines personnes se moquaient de lui parce qu’ils étaient bourrés à force de lui acheter de la bière …

    Quand à l’égalité, elle n’existe pas par contre, Coluche l’a très bien dit.

    Répondre
  21. Bonsoir Cédric,

    Ce sujet suscite de nombreuses réactions, et quasi toutes sont teintées de bienveillance et d’enthousiasme, ça fait plaisir!

    Ce garçon a déjà le mérite d’AGIR!!!

    Qu’importe la teneur de la tâche qu’elle soit pénible, plaisante, gratifiante (humainement ou financièrement), estimable… Qu’il aime ou pas ce qu’il fait, il avance dans sa vie, et il met toutes les chances de son côté pour réussir, bref il se sort les d….. du c..!

    La différence entre 2 êtres réside dans la façon dont chacun envisagera la vie et la réalisera!!!

    J’ai livré des journaux à 3 heures du matin, j’ai vendu des bijoux, j’ai été manut pour des salons…tout cela en poursuivant mes études en cours du soir… et finir par obtenir différents postes de Directeur dans des firmes leaders de leur secteur.

    En outre 11 investissements immobiliers en 10 ans (appartements + parkings) dont 4 reventes pour prendre ma marge et subvenir à mes besoins du débuts!

    Aujourd’hui (38 ans) je passe à mon compte comme si c’était une évidence, mais tout ce qui a été accompli était nécessaire…

    « Ce n’est pas le but qui est important, c’est le chemin pour y arriver  » MJ, DEMARCO
    Ce que certains d’entre vous ont parfaitement compris et vécu 🙂

    Bon vent à tous,

    Guillaume

    Répondre
  22. Sans déconner. Le gars il vend en gros 8,50 la pinte qui lui revient à moins de 1 euros. Moi j’ai juste à dire chapeau bas !

    Je ne sais pas s’il est indépendant, mais c’est le meilleur busIness du moment ! C’est du tout bon. Il a le bon produit, au bon moment, pour les bonnes personnes et donc au bon prix. Il a le marketing qui va bien. Respect rien à dire.

    S’il est salarié, c’est pareil. J’ai connu des boulots plus difficiles que de vendre de la bière sur des concerts 😉 Boulot mal considéré ne veut pas dire mauvais boulot. Et vice-versa 😉

    Répondre
  23. Tout à fait d’accord avec cet article,

    Il n’y a pas de sous métier et surtout, vous ne pouvez pas imaginer le nombre de gens qui se croient supérieurs par leur statut ou métier.

    Une fois sortie de leur branche, ils ont souvent moins de culture, qualités humaines et intrinsèques que ceux qu’ils prennent de haut.

    N’oubliez pas que l’école veut vous ranger, créer des niveau « d’intelligence préconçues », à vous cataloguer et vous mettre dans l’esprit d’un tel individu « programmé » pour un modèle de vie précis.

    Mais ça on le comprend en général plus tard, une fois qu’on est passé par l’école.

    Les gens les plus heureux et intéressants que je connais, n’ont pas fais d’études, au maximum un bac. C’est de eux que je m’inspire, les autres sont tous des clones avec le même CV et la même casette qui tourne en boucle.

    Vive la vie

    Répondre
  24. It’s not about how much you make, It’s about how much you keep.

    Des joueurs de foot font des millions durant leurs carrières et souvent lorsqu’ils prennent leurs retraite, ils deviennent rapidement fauché. Leur relation avec l’argent était malsaine, tout simplement…

    Répondre
  25. J’ai travaillé dans une fiduciaire au Luxembourg (pays connu pour être très rémunérateur), où je calculais les salaires pour un grand nombre de sociétés. Je voyais donc passer chaque jour sous mes yeux des salaires mensuels allant de 2’500€ à plus de 10’000€…
    Je me suis toujours dit: « si un jour je gagne 8’000€, je vis avec 4’000€ ce qui est déjà énorme, et j’en garde 4’000€. Comme ça au lieu de travailler 40 ans, je n’aurai que 20 ans à travailler! » Bon, je suis très très loin des 8’000€ actuellement, mais l’idée est bel et bien de réduire le temps passé à travailler au lieu de profiter de la vie!

    Mais je suis persuadé que beaucoup de ces personnes qui gagnent 6’000, 8’000 ou 10’000€ par mois ont adapté leur mode de vie en conséquence et dépensent quasiment tout, en achetant de superbes voitures, en ayant un crédit immo énorme sur le dos… (l’immobilier est très cher au Luxembourg). Et puis généralement, ces gens passent 12 à 15 heures par jour au boulot, et là, on repasse sur la problématique d’échanger son temps contre de l’argent, au lieu de tenter de générer des revenus passifs. Même si leur temps est bien rémunéré et qu’ils gagnent beaucoup d’argent, ce n’est pas ça qui les fait profiter de leur famille et de la vie, puisqu’ils passent leur temps au travail…

    Peut-être bien que le gars qui vend ses bières au concert à une vie plus heureuse…

    Chris

    Répondre
  26. Bravo à tous les commentateurs. Effectivement il n’ y a pas de sot métier et l’ expérience permet de se faire connaître et de gagner encore plus avec les jobs futurs.
    Seulement, à un certain seuil,
    cela peut parraître difficile surtout pour ceux ou celles qui sont habitués à de bons emplois et de bons salaires. Je soutiens l’idée qu’il faut commencer par le bas et d’évoluer en fonction de temps. Tout est bien qui fini bien !

    Répondre
  27. En effet, je pense que lorsque l’on a la volonté d’y arriver, on est prêt a tout faire.
    Je pense que les jobs d’étudiant sont un bon exemple, car ils sont souvent peu valorisant.

    Encore un article plein de bon sens.

    Répondre
  28. je suis d’accord avec toi mais il faut noter quand même qu’avec un métier ou on gagne dans 2000-3000 on peut épargner plus facilement que si on est au smic
    d’ailleurs notre capacité d’endettement sera totalement différente
    après la on ou t’as pas tort c’est que si gagne 10 000€ par mois pour te retrouver avec même 100€ à la fin du moi c’est sûr que les banques te bloqueront plus que si t’es au smic et que tu arrive a épargner 300€ pour moi mais dans tout les cas le smicard est conscient qu’il a une limite assez réduite d’endettement

    Répondre
  29. @felf : ça dépend. 2000-3000 à Paris, c’est « rien ». Tu payes tes factures c’est tout. La qualité de vie, bof, il faut aimer.

    Il faut jouer sur 4 curseurs:

    – Combien tu gagnes (net d’impôt seulement)
    – Combien tu dépenses (tes incompressibles frais)
    – Combien tu épargnes ou investis (ton « argent de poche »)
    – Ta qualité de vie (stress, temps libre, sport, qualité de nutrition, état d’esprit, qualité de l’air que tu respires, bruit quotidien, couple etc)

    Tu veux de l’argent, seulement de l’argent? Passe un CAP plomberie en accéléré, tu travailles pour quelqu’un quelques temps pour comprendre les ficelles du métier, tu démissionnes, tu t’immatricules, t’achètes une camionette d’occasion, dessus tu marques en gros « plombier chauffagiste H24 7/7J Tel 000000000 », du matériel d’un plombier qui arrêtes, quelques cartes de visites, du bouche à oreilles.. commence à tourner un peu: tu refuseras vite des clients et l’argent tombera t’inquiète pas pour ça beaucoup et vite. Mais pourquoi si peu le font??

    Répondre
  30. @ Yuri: je suis d’accord sur les 4 curseurs, et surtout pour intégrer le paramètre « qualité de vie » dans le calcul.

    Pour ma part, je sacrifie un peu ce critère mais le salaire que je reçois compense ceci (le Luxembourg paie très bien). Je met 1h30 le matin et 1h30 le soir en train/bus pour mon trajet domicile-travail… comme beaucoup de monde ici au Luxembourg! Je me dis que je fais ça tant que je suis jeune, je rentabilise mon temps dans le train en écrivant des articles pour mon blog (!), et je tente de me créer des revenus passifs pour pouvoir à terme, réduire mon temps de travail, et ainsi faire remonter le curseur de la qualité de vie!

    Concernant le plombier… Le chemin est trop long: il faut apprendre le métier, et correctement pour se faire une bonne clientèle…

    Chris

    Répondre
  31. Tant que cela lui rapporte quelques sous en plus,qu’il aime ce qu’il fait, qu’il sache ce qu’il veut, ou il veut aller tant mieux. C’est à mon avis le plus important. Le reste…

    Etre indépendant, ça a un prix. Le prix à payer, cela veut dire parfois,selon le domaine, faire plus que les autres dans un temps défini.

    La qualité de vie dans cette affaire ? Très subjectif. On ne peut définir avec des critères généraux ce que serait ou devrait être la qualité de la vie d’un individu dans une société. Nous n’avons pas les mêmes aspirations.

    Répondre
  32. Je ne pense pas que le jeune homme soit aussi malin que tu l’imagines, il a plutôt le rôle de l’étudiant qui gagne un SMIC horaire en travaillant le soir et le week-end. Celui qui a (peut-être) tout compris est l’entrepreneur qui propose le service de boissons ! Il doit cependant payer un lourd tribut pour avoir le droit de vendre au Stade de France mais à 6,50€ la bière + 2€ de consigne (dont peut-être la moitié de gagné car les gobelets finissent souvent écrasés) il peut très bien gagner sa vie !
    Pour comparaison, le même service dans des concerts en Allemagne ne coûte que 3€ la bière + 1€ de consigne. Certes, le produit coûte beaucoup moins cher que chez nous.

    Répondre
  33. Salut Cédric,

    Je suis tombé sur ton article par hasard car je l’avais raté. J’aime beaucoup ce dernier car c’est un peu comme ça que je vois les choses. Quand j’avais peu de moyens pour financer mes formations et mes projets, j’enchainais des petits travails « ingrats » ou des missions qui ne me plaisaient pas forcément mais en sachant que les revenus m’aideront à avancer et m’en sortir.
    Rien que Noel dernier, j’ai un peu sacrifié mes vacances de fin d’année pour un job qui m’a permis de faire décoller mon business et de partir à New York pendant que d’autres étaient enfermés dans des bureaux.

    On n’a rien sans rien, l’essentiel est de toujours savoir où l’on va et qu’est-ce qu’on va faire de l’argent gagné, sans s’installer dans la « rat race ».

    En tout cas très bon article qui rappelle aussi l’importance de tous les postes dans le système dans lequel nous vivons.

    Répondre
  34. « On est tous né égaux. Tout nu. Avec une grosse claque sur les fesses » 🙂 I like it !
    J’adore le ton de ton blog Cédric, continue comme ca !
    Tu m’as motivé à chercher un parking à Paris, ce que je fais activement en ce moment

    Répondre
  35. Bonjour Cédric,

    il n’y a effectivement pas de sot métier, surtout quand une personne apporte de la valeur, rend un service à la société, à l’opposé des ronds de cuir que tu évoques, parfois payés à ne rien faire.

    J’ai connu un autre exemple d’activité que la plupart des gens ne veulent pas faire: être vdi dans le marketing de réseau. La plupart des gens refuseront de vendre quoi que ce soit. Pourtant, certains vdi ambitieux et persévérants font fortune.

    amitiés

    Pascal

    Répondre

Laisser un commentaire