obligationsCet article est écrit par un auteur invité : Robin des Bonds, du blog Investir en obligations, site spécialisé sur l’investissement obligataire.

J’ai été contacté par Cédric pour écrire un post d’invité sur l’investissement obligataire. C’est avec plaisir que je partage mes connaissances sur son blog.

[Suite:]

  • L’importance du regard des autres dans l’investissement en actions

Mes expériences d’analyse actions dans des OPCVM m’a fait comprendre une chose importante sur les actions.

En investissant sur les actions, l’important n’est pas d’avoir raison sur l’avenir de la société. L’important est de prédire le mouvement de la foule, les modes futures. Comme le dit Keynes, « The market can remain irrational longer than you can remain solvent » : le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous pouvez restez solvable.

Autrement dit, si vous découvrez une action sous-évaluée, « deep value » comme on dit, vous n’avez aucune garantie que le cours convergera vers sa vraie valeur. Le marché peut continuer à faire baisser le cours après votre achat, encore et encore, et ce, même si votre raisonnement est correct et que l’entreprise n’est pas chère…
L’aspect temps joue aussi : récupérer 50% de décote d’ici un an n’apporte pas le même rendement que 50% dans 20 ans !

En résumé, ce qui me gène dans le marché actions, c’est que l’on dépend de l’avis des autres pour savoir si on a fait un gain ou une perte, le fameux concours de beauté de Keynes.

  • En obligations, on achète un tableau de flux

En investissant sur les obligations, on connaît à l’avance les coupons et le date de retour du capital : on achète un tableau de flux. Le rendement est connu, le risque aussi. Certes, des mouvements de foule peuvent arriver et propulser le cours vers le haut ou vers le bas, mais le rendement de l’investissement ne dépend pas de ces mouvements : il ne dépend que de la solvabilité de l’entreprise, donc de la qualité du travail d’analyse que l’on a effectuté initialement. Le fait d’avoir une date de remboursement connue force la convergence du cours avec le temps qui passe : au pire, on attend la date d’échéance de l’obligation.

En d’autres termes, je préfère faire le pari de la solvabilité d’une entreprise, et voir mon tableau de flux se réaliser si j’ai raison, plutôt que d’espérer que je revendrai plus cher à un autre acheteur. Adapté à la vie quotidienne, cela revient faire ce qui nous convient plutôt que de faire ce que l’on espère que les autres jugeront bon. Et c’est cette indépendance d’esprit que j’aime dans l’investissement en obligations !

Après avoir travaillé comme analyste actions dans des OPCVM, Robin des Bonds s’occupe maintenant des financements d’une société française. Son blog Investir en Obligations propose un suivi des opportunités de marché sur les obligations, et des fiches didactiques pour comprendre le fonctionnement des obligations. Le tout avec un parti pris : ne pas donner pas de conseils, mais exposer tous les éléments pour que chacun puisse faire son choix.

GD Star Rating
loading...

Publié par Cédric Annicette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.