Je monte un dossier pour emprunter 4 millions d’euros

Yes papa.

Bonjour, j’espère que vous allez bien.

Bienvenue dans cette vidéo. Je m’appelle Cédric Annicette. Je suis devenu indépendant financièrement (c’est un gros mot en France) en 2011.

Depuis, j’ai créé différents Blogs, différentes chaînes YouTube, différents livres où j’explique mon parcours. Mais surtout où j’aide les autres à faire de même : à investir, à créer des business, à acheter des actifs en limitant les passifs (les passifs après grâce aux actifs) et à devenir libre, avoir plus de temps, et surtout être au contrôle de sa journée. De pouvoir se lever le matin et de décider de ce que l’on a envie de faire, et de ce que l’on va faire dans la journée afin que plus personne n’ait la main mise sur son agenda.

Encore une fois, il n’y a rien de mal à être en mode : métro-boulot-dodo. Au début, moi aussi je l’ai été. Je n’avais que ça à échanger, mon temps et mes mains pour avoir un salaire.

Si vous regardez cette vidéo, merci. Vous devez penser comme moi. On est fait du même acier, du même bois. Vous vous dites peut-être qu’il n’y a pas que ça. Que vous aimeriez faire autre chose dans la vie ! Vous avez des projets et vous vous dites qu’il faut que les choses changent. Il faut commencer à penser différemment afin d’avoir des résultats différents.

Merci à vous d’être là dans ce nouveau Vlog Vis ma vie de millionnaire. C’est un défi que je me suis lancé en avril dernier alors que j’étais dans un endroit très inspirant sur une île aux Maldives, en famille. C’était un lieu magnifique et très inspirant. Je me suis dit, tiens je vais faire un petit défi sur un an, et je vais publier un Vlog, une vidéo, sur ma chaine YouTube Business Attitude TV, où vous êtes actuellement.

Chaque semaine, chaque dimanche, à 17h pendant 1 an, soit 52 semaines, 52 Vlogs. Merci à vous de regarder cette vidéo.

Mettez-moi un petit like, un petit pouce sous cette vidéo. Ça m’aide à faire grossir la chaîne et ça m’aide à m’avancer dans ce challenge. On avance bien, c’est cool. Je kiffe bien le faire. Merci à vous de regarder mes vidéos. Je crois qu’on est 194 000 abonnés sur la chaine. Merci à vous de regarder ces vidéos.

Merci à vous, merci pour votre soutien. Encore une fois, 194 000 abonnés, c’est sûr qu’il y a pleins de personnes qui sont convaincues qu’il y a autre chose que le métro-boulot-dodo de possible.

Le but de cette série de vidéos, c’est simplement de partager ce que je fais en direct, et d’aider ma communauté. De vous aider !

C’est bien beau de faire de belles vidéos où tu es bien rasé, bien chiadés, où tu réfléchis et tout. Où tu vas prendre un prompteur et une maquilleuse. Mais ça n’est pas la vraie vie !

Encore une fois, j’aime bien répéter que la vie, ça n’est pas les bisounours, arc en ciel, les licornes qui font des pets qui sentent le Chanel n°5. Non, ça n’est pas la vraie vie. Des fois, on n’est pas rasé, on est mal luné, des fois il y a un truc qui ne marche pas, on est stressé…

C’est ça que je veux partager avec vous. C’est bien beau de montrer un truc qui marche sur Internet, mais il y a aussi des choses qui ne marchent pas. La nature fait qu’on n’a pas envie de montrer les choses qui ne marchent pas. On ne veut montrer que le côté positif.

Par exemple, sur Instagram, tout le monde a une vie magnifique, tout le monde est heureux.

Alors qu’en vrai, souvent, ça n’est pas le cas. Je connais des gens quand tu les vois sur Instagram et quand tu les vois en vrai, même quand ils te parlent en vrai. Ils te disent, oui mais non, je suis vénère, ça ne va pas du tout… mais quand tu regardes sur son Instagram, le gars c’est Alice aux Pays des Merveilles.

Il y a un souci, un gros décalage. On veut partager aussi bien nos échecs, nos craintes, nos peurs, être transparent, que nos succès. Ça peut juste nous faire grandir plus vite, faire preuve d’humilité. Il n’y a rien de mal à être triste, à des fois perdre, à aller mal, être stressé, de ne pas être bien quoi.

C’est juste le cycle de la vie normale.

La vie est bien plus forte que vous, on va dire. Comme dirait Sylvester Stallone, il n’y a rien qui frappe plus fort que la vie.

Quand elle te met un crochet dans le ventre, tu plies le ventre, même si tu t’appelles The Rock. Je peux te dire que ça fait mal quand tu te prends un crochet de la vie dans le ventre. Ça plie. Tu vas poser un genou par terre. OK, mais l’important c’est de se relever et de faire : « ah ouais », savoir encaisser les coups. C’est ça qui est important.

Donc, moi en ce moment, ça roule. J’ai plein de taf ! Ça taffe de ouf. Peut-être que vous voyez les cernes. On a aussi 2 petits-enfants, 2 petits garçons qui ont bientôt 4 ans et 7 ans, qui ont de l’énergie, qui envoient du lourd.

Il faut les occuper. Ça dépote. Mais vraiment c’est cool, ils commencent à penser, à faire des trucs. Mais c’est dur d’éduquer les enfants. Nous on vient d’un milieu très très modeste. On a grandi en banlieue parisienne, où il n’y avait pas d’argent du tout.

Mais aujourd’hui, on a de l’argent car on a créé cet argent.

C’est dur à expliquer. On peut vraiment se permettre de faire beaucoup de choses, car on a beaucoup d’argent. C’est un Game changer. Ça facilite les choses. Mais du coup, notre plus grand qui va avoir 7 ans, lui il ne comprend pas trop. Pour lui, c’est normal. On essaie, j’essaie, mais ça n’est pas facile tous les jours, de lui faire comprendre les choses, de le faire travailler intelligemment qu’il comprenne la notion de l’effort, qu’il devienne une bonne personne. Que ça soit un futur adulte qui soit bien dans sa peau et qui respecte les autres. Et ça n’est pas facile.

Je suis honnête avec vous. Ça n’est pas facile !

Encore hier, il devait faire un test d’anglais sur un iPad tout seul. Je lui ai allumé le truc et je lui ai montré. Au début, j’étais un petit peu là avec lui. Pour moi c’est dur, car je suis très exigeant avec moi-même, et je me rends compte que je suis exigeant avec mon plus grand. Mais je serais tout aussi exigeant avec mon 2e.

Je suis assez exigeant. Hier, il a fait un exercice d’anglais qui était très dur. Un English Assessment, un test d’anglais, à l’école à Dubaï. Il est dans une école bilingue.

Honnêtement le test d’anglais il était dur !

Même moi, il y a des questions, en CE1, il vient de rentrer en CE1. Déjà il faut savoir lire anglais. Le gamin il est tout seul. Il doit lire l’anglais. Mais quand tu regardes les questions, c’est dur en fait. Dans le sens où il y a 25 questions.

Si tu regardes la question n°5, même moi j’ai bugué, alors que j’ai bossé 2 ans à Londres et que je me débrouille en anglais. Je vais vous expliquer.

En fait, il faut remplacer un verbe par un autre verbe. Ce verbe était au prétérit et il fallait comprendre qu’il fallait changer le verbe au prétérit. L’autre était au futur et l’autre au présent. C’est chaud ! Franchement, c’est dur.

Forcément, il n’y arrive pas. Et là, il dit, « j’en ai marre de Dubaï, j’en ai marre de cette école, j’en ai marre de ma maitresse ». Là, il se bat en mode j’y arrive pas. Il va mettre tout sur le dos de l’école, de la maitresse et de Dubaï.

Et moi, si vous voulez, ça a été dur. Car je suis exigeant et que je dois prendre sur moi et pas me braquer. Il faut lui faire comprendre que ça n’est pas grave de ne pas savoir. C’est normal de ne pas savoir. C’est dur ! C’est normal, « Quentin que tu n’y arrives pas, c’est normal de ne pas savoir. Il n’y a pas de honte à ne pas savoir, il n’y a pas de problèmes. »

Ce que je n’aime pas, ce que je ne supporte pas, c’est d’abandonner et de lâcher l’affaire comme ça !

« C’est trop dur », « non, je ne peux pas »

C’est ça que je n’aime pas, que je ne supporte pas. Je ne veux pas que mon gosse soit comme ça. C’est délicat, c’est dur. Parce que sinon c’est trop facile. Sinon c’est là que tu en fais un petit con : Papa il a de l’argent. Il va avoir 7 ans en fin d’année, Papa il a de l’argent. Quand il aura 17 ans, Papa il aura encore plus d’argent que maintenant.

Alors, s’il est en mode : ça sert à quoi de persévérer car Papa va te trouver un travail facilement, il y a du cash, on est riches ?

Vous voyez ce que je veux dire ? Non, il faut que tu travailles, que tu persévères, de ne pas savoir c’est normal. Tu es là pour apprendre !

 En fait, il n’aime pas quand il a l’air bête. Je lui ai expliqué que lorsque j’étais à Londres, je ne parlais pas anglais. J’ai été faire un stage là-bas car je voulais sortir de ma zone de confort. Je ne parlais pas l’anglais, j’avais l’air bête.  Quand je parlais aux gens, ils ne me comprenaient pas. Et lorsque les gens me parlaient, je ne les comprenais pas non plus !

Je demandais des fois de répéter parfois, 4, 5 fois ! Je ne comprenais toujours pas. Je restais là, alors comme un con. Tu as vraiment l’air bête, nul, et alors ? Tu es là pour apprendre. Ça n’est pas ta langue maternelle, tu es là pour apprendre. Tout à l’heure, tu vas savoir. La prochaine, fois tu vas savoir.

Tu as vu ce problème une fois, la prochaine fois, tu vas savoir.

Tu vas apprendre, tu vas progresser, tu vas devenir meilleur en anglais.

C’est ça que j’essaie de lui inculquer tout le temps, et ça n’est pas facile. Hier, on était à Dubaï Mall : on peut acheter ça, on peut acheter ça ?

Je lui ai dit, vas-y, prends ton argent. Il a 5 € d’argent. C’est son patrimoine. Ça fait 20 dirhams.

« Heu, qu’est-ce que je peux acheter avec mes 5 € ? ». Dans ce magasin, malheureusement, tu ne peux rien acheter avec les 5 euros. C’était un magasin sport, il n’y avait rien à 20 dirhams. Mais toi, Papa, tu as de l’argent, tu peux acheter ?

Je lui dis, moi j’ai de l’argent, « Maman et moi avons de l’argent. Vous vous n’aurez rien, on va tout dépenser, et vous n’aurez rien. »

Ils nous regardent comme ça, un peu en panique. « Heu, mais vous êtes méchants, vous allez tout dépenser notre argent ».

Je leur réponds que, non non non c’est notre argent avec Maman, que ça n’est pas votre argent.

Nous, on va tout dépenser et vous n’aurez rien. Il faut qu’ils comprennent qu’ils fassent tout seuls des choses. Nous on est pas là. Tu vas travailler pour payer ton permis. Je ne veux pas de gamins petits cons en mode, « c’est Papa et Maman », « nous on est blindés ».

Je ne veux pas ça, c’est hors de question !

Maintenant, nous on vient de là. Donc c’est facile pour nous de tout le temps les brider, de les faire redescendre.

Ce n’est pas normal quand je te demande quelle voiture tu veux pour aller voir Papy et Mamie, de dire on prend la Lamborghini. Ça n’est pas normal. Tout le monde ne peut pas faire ça, donc redescend !

Par contre, pour mes petits enfants qui seront nés là-dedans, comme mes enfants qui sont nés là-dedans… Car leurs parents seront nos enfants qui seront nés là-dedans. C’est là où ça peut partir en couille.

Souvent on dit, c’est la 1ere génération qui crée la richesse, la 2e génération qui en profite et la 3e qui la dilapide car elle n’a aucune notion, pas de respect, pas cette grinta.

En fait, elle ne sait pas quoi faire, comment faire. Elle dilapide le cash que les grands-parents ont fait. Hop c’est fini, et ça retombe dans la pauvreté.

Quand je dis, pauvre ou riche, sur ma chaîne YouTube et ma communauté, il n’y a pas de jugement de valeur. Ça ne veut pas dire que tu es nul ou bien. Il n’y a pas de jugement de valeur. C’est juste un état financier.

Ça veut dire que tu prends une photo de ton compte en banque : tu es pauvre ou tu es riche. Ça ne veut rien dire de plus. C’est ce que je veux dire. Je suis cash dans toutes mes vidéos ou mes articles. Je suis sponsorisé par personne !

Je suis toujours cash dans ce que je dis ou ce que je fais !

Donc voilà pour dire que l’éducation des enfants, c’est un peu compliqué parfois.

Ensuite, là je suis en train de travailler sur un dossier pour financer un projet. On est à un peu plus de 4 millions d’euros.

C’est souvent ce qu’on me dit, moi je veux financer un projet mais la banque ne me prête pas, c’est compliqué, je ne suis pas finançable …

Vous aurez toujours ce genre de problèmes. Ce n’est pas genre, tu vas voir la banque et tu demandes 4 millions d’euros de financement, et on te dit « OK, tenez ! »

Non, la banque veut tout éplucher, tout regarder. Vous savez comment c’est. On a tendance à devenir messy… On devient bordélique. Au bout de quelques mois, on a tendance à laisser trainer ça…on devient bordélique. Si tu ne ranges pas, ça devient le bordel.

C’est pareil avec nos finances, avec nos comptes, avec nos bilans, avec nos actifs.

Quand tu présentes un dossier bancaire, il faut refaire le ménage. Il faut prendre un peu de temps, 1 mois, 2 mois pour nettoyer un petit peu les comptes afin de présenter un dossier le plus propre et le plus attrayant possible.

Le banquier ne sera jamais impressionné, même si tu as une Lamborghini, un jet privé ou autre. Le banquier ne sera jamais impressionné. Car par rapport à la Caisse d’Épargne ou à la BNP, tu ne pourras pas les impressionner.

Même si tu demandes 4 millions d’euros, pour eux, c’est de l’argent de poche.

Ne soyez jamais impressionné par qui que ce soit.

Le financement est un projet. Ça prend du temps, faut faire du ménage. Faut dépoussiérer l’imprimante.

C’est un projet, ça prend du temps pour nettoyer tout ça. Du coup, je suis en train de monter ce dossier. Ça prend du temps pour récupérer des pièces. Car il y a un schéma de holding, il y a des boites en France, des boites à l’étranger. J’ai des comptes par millions ! Entre les comptes persos, les comptes pros, dans diverses devises, divers pays… les comptes joints. Le banquier, souvent il ne comprend pas. Il faut tout lui mâcher, faire un dossier vraiment propre, où il voit le truc et où il peut voir tous les points.

On veut vraiment nettoyer ça, on peut persévérer. 4 millions d’euros, je ne vais pas les avoir comme ça. Non, il faut que je persévère, que je travaille. 

Il faut comprendre qu’un financement pour 50 000 euros ou 4 millions d’euros ou 100 millions d’euros. Il faut montrer patte blanche, il faut présenter les documents. Il faut montrer que c’est propre, que c’est attrayant.

Alors même si sur ce projet, je veux mettre entre 1 et 1,2 million d’apports, soit 25%.

J’ai de la viande, je peux mettre mon hôtel particulier en France, soit 2 millions. Il n’y a pas de crédit dessus. Je peux le mettre en garantie s’ils le veulent, plus le truc que j’achète en question. La banque ne prend pas beaucoup de risques.

La banque n’est pas impressionnée. C’est bête et méchant. Tout rentre dans des cases. Moi, je suis plus résident en France. J’ai des boites en France, je paie des impôts en France, mais depuis 2015, je ne suis plus en France.

Du coup, les banquiers me voient un peu en mode bête immonde, enfin non pas immonde, mais bizarre.

Il google mon nom, il voit une Lamborghini, Ferrari, Porsche. C’est bizarre quand même. Peut-être que c’est un rappeur ou un footballer. C’est bizarre. C’est pour ça qu’il faut faire le ménage, qu’il faut un peu nettoyer tout ça, de faire en sorte de présenter le meilleur dossier possible.

Vous allez voir une banque. Si la banque met un refus, vous allez donc voir pourquoi. Hop, vous prenez le truc, vous le corrigez. Vous allez après voir une autre banque. Faut persévérer, c’est un projet, on arrête de se décourager au premier refus.

La plupart des gens qui me suivent me posent cette question-là, pour le financement, ils n’ont même pas été voir la première banque.

Ils se mettent des barrières en n’allant même pas voir une banque. Ils se mettent des bâtons dans les roues tout seuls. Ils se sont dit : de toute façon, on va me refuser. Ils n’ont même pas eu un refus car ils n’ont pas demandé.

À l’inverse, il y a d’autres personnes, hommes/femmes qui ont la grinta et qui me disent : « j’ai enfin eu mon financement, je suis trop content, pourtant j’ai eu 11 stops, mais la 12e c’était la bonne ».

Souvent, il faut continuer. Après ça sera peut-être le 5e, le 10e, le 11e, 12e, voir 20e qui va être le bon.

C’est dommage de baisser les bras avant tout ça.

Je vous reparlerai de tout ça, de ce projet, du financement, dans les mois à venir…

Je n’aime pas parler de choses qui ne sont pas encore faites.

Là je le fais, mais je ne veux pas que ça porte la poisse. Je suis très superstitieux, dans le business ou autre !

Si je vois une échelle, je ne passe pas en dessous, mais je ferais le tour. Quand je vois un chat noir, je me dis, « damned », ça y’est, il m’a niqué ma journée !

Mais ça vient de la tête hein.

D’ailleurs, je suis tombé sur un truc sur Instagram, où il y a un chat noir qui passe devant, et un monsieur se dit, « oh non pas un chat noir. » Et le chat lui répond, « mais moi je n’y peux rien si tu as une vie de merde, après on met ça sur moi, mais je n’y peux rien ! »

C’était assez drôle, car le chat n’y peut rien. On se dit que les chats noirs portent la poisse, mais c’est nous qui nous mettons des croyances tout seuls.

En business, je suis assez superstitieux, je n’aime pas parler de projet ou autre tant que ça n’est pas encore fait.

Je parle d’argent, et je mets mon argent là où je mets ma bouche. Tout ce que je dis, moi-même je l’ai testé. Sinon, je ne pourrais pas me regarder dans la glace le matin.

Voilà, je vous en parlerais quand il y aura un truc qui sera signé !

C’est passionnant. 

Je voulais finir ce vlog avec vous avec deux trucs.

Il y a le concours avec les 50 investisseurs hommes et femmes Quitter La Rat Race où je vous ai demandé de voter pour déterminer qui sont les 15 personnes qui ont fait les vidéos les plus inspirantes.

Ce sont des membres Quitter La Rat Race.

On est quasiment à 5000 votes. Merci à vous !

Cliquez ici -> https://qlrr.fr/concours-videos-qlrr-10-votes/

Le concours s’arrête demain, lundi 20. Vous avez jusqu’à demain pour me dire quelle est votre vidéo, votre parcours d’entrepreneurs, hommes/femmes, investisseurs qui vous inspire le plus.

Je vais récupérer les 15 gagnants de ma communauté et je vais les inviter à faire un Mastermind à la montagne dans un chalet. On va passer du bon temps, 3 jours en mars, en mode isolé, tranquillement à côté de la cheminée en mode Mastermind, brainstorm.

Ça sera le moyen de passer au niveau supérieur et de récompenser les personnes de ma communauté qui passent à l’action, qui font des choses, donc c’est cool !

Merci de lâcher votre vote ! J’en serais reconnaissant.

Vous pouvez le faire en cliquant ici -> https://qlrr.fr/concours-videos-qlrr-10-votes/

Enfin, un petit truc qui m’a fait rigoler et qui était cool. Ils ont mis un article BFMTV sur Facebook, il y a 2 jours. Je ne regarde jamais, mais c’est arrivé jusqu’à moi tellement c’est devenu viral. Il y a un truc que l’on peut apprendre là-dedans.

L’article c’est : au Uno, la règle est désormais claire : il est INTERDIT d’enchaîner les +2 et les +4.

Vous allez me dire, mais c’est quoi le rapport. 41 000 commentaires en 2 jours ! Et 18 000 partages. Les gens ils ne vont pas commenter autant sur Macron, sur les gilets jaunes, sur la politique, le pass sanitaire, des trucs beaucoup plus importants, que sur le UNO !

41 000 commentaires et 18 000 partages

Il est INTERDIT d’enchaîner les +2 et les +4, la règle est claire ! Dorénavant.

Damned, il y a un truc marketing là-dedans, comment ça peut être aussi viral. Il y a un truc à se rappeler là-dedans, c’est qu’on peut tous s’identifier à ça.

Même moi, je me dis quoiii… car je fais partie de la famille qui peut enchainer les +2 et les +4.

On a tous joué au UNO. Entre vous et moi, vous avez déjà joué au UNO ?

Il y a au moins 99% de chances pour que la réponse soit oui. On a tous joué au UNO.

Maintenant il y a deux clans. Soit on peut enchainer les +2 et les +4, soit non. Et moi, j’ai toujours enchainé les +2 et les +4. Et là, on me dit, on ne peut plus.

C’est quoi ce délire ?

Ça me concerne et je me sens concerné. Mais c’est quoi ce délire ?

Pourquoi je pense qu’on peut enchainer les +2 et les +4, c’est parce que lorsque je jouais avec ma cousine quand j’étais plus petit, ma cousine qui a 4 ans de plus que moi, comme si c’était ma grande sœur, elle me disait qu’on pouvait les enchainer.

Du coup, quand tu te fais dégommer, et qu’on t’enchaine des +2 et +4, tu as envie de dégommer en enchainant les +2 et les +4.

 Comme depuis tout petit, on te dit que c’est possible, bah j’ai grandi dans ma tête avec le fait que c’est possible de le faire.

J’ai appris à apprendre qu’on pouvait enchainer les +2 et les +4.

On a tous une histoire par rapport à ça ou une croyance sur la manière de jouer. Du coup, on est tous concernés, on se sent concerné.

On s’identifie à ça et on est engagé. On a envie de partager, de commenter, de s’exprimer. Du coup, on a l’attention, en l’occurrence BFMTV, et du post en question.

En marketing, si tu veux percer et être bon, il faut comprendre ça. Il faut avoir une accroche qui scotche les gens.

Tu veux qu’ils s’identifient au message. Tu veux, d’une manière générale, cibler les gens, l’audience en question, et ne pas t’adresser à tout le monde.

Là, le sujet est tellement large, tout le monde a joué au UNO, que ça donne ce genre de résultats.

J’ai trouvé que c’était cool, car finalement, il y en a qui ont joué au UNO une fois ou qu’ils n’aiment pas, mais ils connaissent quand même un peu les règles. Ils vont dire que c’est nul ou autre, mais ils vont quand même en entendre parler.

L’idée, ça n’est pas grave si on parle de vous en bien ou en mal, l’important c’est qu’on parle de vous et de votre marque tout court. C’est ça qui est important.

J’ai tellement de haters, mais c’est tellement cool. Ils parlent de moi, même s’ils parlent de moi en mal, bah ils parlent de moi. Ils ont perdu.

Car dès que tu parles de… bah tu as perdu ! Tu fais la promotion, tu fais la pub. Les gars n’ont rien compris finalement.

Il n’y a pas de mauvaise pub, il n’y a que de la pub.

Car après les gens vont venir vérifier eux-mêmes. Ils vont se faire leur propre avis. Ils vont voir ce qu’il en est vraiment au final. 

Voilà, j’ai trouvé ça un peu rigolo. Il y a plein de choses à apprendre en marketing et en business quand on observe ce qu’il se passe autour de nous.

Merci à vous d’avoir suivi ce Vlog.

Attention, grosse grosse grosse alerte, dans les prochains jours il va y avoir les nouvelles vidéos de la série annuelle Quitter La Rat Race 10. Vous allez avoir le sous-titre dans le lancement annuel dans les prochains jours. Donc, restez connecté.

Ça va être lourd, ça va décoiffer.

La vidéo 1 va être publiée aussi dans les prochains jours.

Restez à l’affût, restez connecté.

Vous pouvez indiquer votre email ici pour voir la 1ère vidéo de la série Quitter La Rat Race 10.

Comment reprogrammer son cerveau pour devenir riche ?

Merci à vous !

Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

Laisser un commentaire