Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs. J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

La retraite anticipée en 5 étapes pour votre indépendance financière

La retraite anticipée, vous en rêvez, pas vrai ? Je vais vous murmurer un secret… approchez-vous… vous êtes plusieurs à la convoiter.

Cette retraite anticipée porte même un nom à créer des étincelles : FIRE (Financial Independence Retire Early). Un mouvement, une philosophie de vie, vieux de 30 ans.

Le but est d’arrêter de travailler avant l’âge légal. Comment ?

C’est très simple… en vivant des seuls intérêts de vos placements.

Ainsi, vous pouvez mener une vie sans contrainte horaire, sans pression et sans avoir de compte à rendre à un patron.

Dès lors, travailler apparaît de toute évidence inutile. Vous disposez de votre temps comme vous le souhaitez.

Autrement dit, ce sont vos investissements qui financent votre mode de vie.

Cet engouement pour ce mouvement, pour cette philosophie de vie est bien légitime.

En effet, selon l’INSEE, l’âge conjoncturel moyen de départ à la retraite a été reculé (une forte augmentation) au cours de la dernière décennie. Il est passé de 60,5 ans en 2010 à 62,3 ans en 2020.

Et la réforme des retraites, en discussion, décale l’âge de départ à 64 ans, en 2030.

Travailler jusqu’au bout vous effraie ? Profiter pleinement de votre temps, seulement en fin de vie, est inenvisageable ? Alors, je vais vous expliquer, dans un instant, les 5 grandes étapes à planifier pour gagner votre liberté, par anticipation.

Mais, juste avant, je dois vous raconter une petite histoire.

Le laboureur et ses enfants : la clé, c’est la persévérance

“Travaillez, prenez de la peine : c’est le fonds qui manque le moins. Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine, fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.


Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage que nous ont laissé nos parents.


Un trésor est caché dedans. Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage,

vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.

Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût. Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse.

Le père mort, les fils vous retournent le champ, deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an, il en rapporta davantage.


D’argent, point de caché. Mais le père fut sage de leur montrer avant sa mort que le travail est un trésor.”
(Source : poetica.fr).

Pour ma part, je trouve cette fable de La Fontaine, très inspirante, pour illustrer le sujet de cet article.

Non pas qu’il faille absolument travailler comme un forcené pour acquérir votre liberté. Si vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez ma philosophie. Le plus méritant n’accède pas à l’abondance. Seul celui qui fait travailler intelligemment son argent, y arrive.

Donc, persévérance, patience et efforts sont nécessaires pour atteindre tout objectif. Et, il en va de même, quand il s’agit de la retraite anticipée. Il vous faut juste rajouter un soupçon de planification.

Le planning de la retraite anticipée en 5 étapes

“Si vous ne parvenez pas à planifier, vous prévoyez d’échouer !”

Cette citation de Benjamin Franklin, l’un des pères fondateurs de l’Amérique, doit être un mantra, à emporter dans votre sac-à-dos, sur le chemin de la retraite anticipée.

En effet, la réussite de votre projet l’exige. Sinon, préparez-vous à déposer très vite les armes (et à retourner dans la Rat Race ! ).

Première étape pour une retraite anticipée : définir un objectif financier précis

Ce point doit être au centre de votre réflexion. Posez-vous la question : “De quel capital ai-je besoin pour vivre sans travailler ? “

Soyez vigilant ! Pour répondre à cette question, la simple addition de vos dépenses obligatoires mensuelles ou annuelles est insuffisante.

Pourquoi ?

Plusieurs raisons.

  1. L’inflation grignote le capital, année après année.

  2. Pendant votre retraite anticipée, vous n’allez, probablement pas, adopter le mode de vie d’un moine tibétain, retranché dans un monastère, perché à 5 000 mètres d’altitude.

Sans aucun doute, vous voudrez profiter et vous offrir de petits extras (restaurants, sorties…).

Il va donc vous falloir un petit peu plus…

Pas évident de faire le calcul, pas vrai ?

Pas de panique ! Des chercheurs se sont penchés sur ce sujet…

La règle des 4 %

Nous sommes en janvier 1994 à la Trinity University de San Antonio. 

Philip L. Cooley, Carl M. Hubbard et Daniel T. Walz publient les résultats de leur étude intitulée “Sustainable Withdrawal Rates From Your Retirement Portfolio”.

Et un chiffre clé ressort : 4 %.

Quel est le résultat de leur recherche ?

En utilisant les rendements historiques des marchés financiers, l’étude suggère que les portefeuilles d’au moins 75 % d’actions fournissent des retraits ajustés à l’inflation de 4 % à 5 %.”

Dans son livre “Millionaire Expat”, Andrew Halam, auteur et conférencier canadien sur les finances personnelles, avance aussi un chiffre intéressant concernant cette règle des 4 % :

“Sur la base de toutes les possibilités historiques combinées… une personne retirant 4 % corrigés de l’inflation d’un portefeuille comprenant 60 % d’actions et 40 % d’obligations a une probabilité de 91 % de ne pas manquer d’argent au cours d’une retraite de 30 ans.”

Toutefois, les marchés (actions, obligations, immobilier…) se caractérisent par leur volatilité. L’inflation, on le voit bien aujourd’hui, également.

Ce chiffre de 4 % est donc à prendre avec des pincettes. C’est une base très intéressante pour évaluer le capital nécessaire à votre projet. Cependant, veillez à conserver une certaine flexibilité.

Par exemple, sur certaines années, il faudra envisager de dépenser moins pour subvenir à vos besoins.

Au final, le calcul de votre capital retraite, pour vivre de vos seuls investissements, correspond à la formule suivante :

{Dépenses annuelles} x {le nombre d’années passées à la retraite} majoré de 4 %.

Deuxième étape pour une retraite anticipée : évaluer votre santé financière actuelle

Votre objectif est donc, maintenant, clairement défini.

Deuxième étape : l’évaluation de votre situation financière actuelle.

Quelles sont vos dépenses ? Quel est votre reste à vivre ? Êtes-vous endetté ou, au contraire, parvenez-vous à épargner, voire à investir ?…

Ces questions sont cruciales.

En effet, y apporter une réponse facilite la projection. Vous précisez vos axes de progrès et vos points forts.

Et surtout…

Vous pouvez vous fixer une deadline. L’absence de deadline, c’est la porte ouverte à la procrastination (et à l’abandon d’un projet sans cesse repoussé).

À la fin de cette étape, vous mesurez l’effort à fournir. Vous développez des plans d’actions précis pour optimiser les 3 piliers de la retraite anticipée :

  • les dépenses ;
  • l’épargne ;
  • l’investissement.

Troisième étape pour une retraite anticipée : réduire considérablement vos dépenses

“Si les gens savaient à quel point je devais travailler pour acquérir ma maîtrise, cela ne semblerait pas du tout merveilleux.”

Comme, Michel-Ange et son art, la retraite anticipée, il va falloir la conquérir. Attendez-vous à consentir de nombreux sacrifices. Avec un virage à 180°, pour votre mode de vie.

Vous aimez vous faire plaisir ? Vous dépensez sans compter ?

Si oui… eh bien… faites une croix là-dessus.

Pour jouir d’une retraite anticipée, le maître-mot est : FRUGALITÉ.

En d’autres termes, il va falloir dépenser beaucoup moins, vivre avec l’essentiel pendant un temps.

Les dettes, c’est fini. Les dépenses superflues, c’est fini. Un contrôle total de vos sorties d’argent est nécessaire pour maximiser votre capacité d’épargne (et d’investissement).

Moins vous dépensez, plus vous avez d’argent à placer sur différents supports d’investissement. Et plus votre capital est important, plus vous profitez des intérêts composés, année après année.

Quatrième étape : choisir judicieusement vos supports de placement

Vous voulez vivre de vos seuls placements ? Alors, attachez une vigilance toute particulière à vos supports d’investissement.

Dans quel but ? Celui de vous bâtir un patrimoine solide anti-inflation pour préserver votre capital.

Historiquement, 2 supports d’investissement sortent du lot :

  • l’immobilier ;
  • la bourse.

Y placer votre argent, c’est préserver votre capital. Y placer votre argent, c’est le faire fructifier. Et ce, de manière totalement passive !

Vous nourrissez encore quelques doutes ? Ces quelques exemples de performances devraient les dissiper.

Entre 1990 et 2020, le CAC 40, dividendes réinvestis, a offert une performance moyenne de 5,9% par an. (Source : Le Revenu – juillet 2020.)

Entre 1988 et 2018, la rentabilité cumulée des actions à dividendes est de + 1352 %. Celle de l‘immobilier parisien, + 402 %. Et l’inflation ? + 67 %.  (Source : Le Revenu – juillet 2018.)

J’insiste sur un point important. L’investissement sur de tels supports n’est pas un long fleuve tranquille.

Certaines années, votre capital enregistre des plus-values. Sur d’autres, des moins-values.

Reprises, expansions, crises et récessions rythment l’économie mondiale.

Les marchés boursiers se distinguent par leur volatilité. L’immobilier, par une pression législative de plus en plus contraignante sur les propriétaires bailleurs (par exemple : l’encadrement des locations courtes durées, la réglementation relative au Diagnostic de Performance Énergétique…).

Néanmoins, ces 2 piliers doivent être au cœur de votre stratégie. La bourse a l’avantage de la liquidité. L’immobilier, celui du levier du crédit.

Pour éviter toute secousse, et passer par-dessus bord, une solution existe :  la diversification de votre patrimoine.

Or, argent, SCPI, cryptomonnaie, vins apparaissent comme de belles options (et bien d’autres existent…).

Et il y a encore une chose que vous devez savoir…

Internet vous offre une superbe opportunité de générer des revenus passifs avec des business en ligne comme l’affiliation, la vente de produits physiques sur Amazon…

Cinquième étape : adopter une attitude proactive

Je vais vous faire une confidence… Une menace plane au-dessus de votre projet de retraite anticipée.

Cette menace peut détruire votre capital. Un risque plus redoutable que la volatilité, la législation, l’imposition et la conjoncture économique réunies.

Cette menace… c’est VOUS !

Pour mener à bien votre projet, vous devez :

  • faire preuve de discipline,
  • avoir un mental d’acier,
  • résister aux appels de la surconsommation,
  • rester de marbre en cas de krachs boursiers,
  • mesurer les réelles opportunités offertes par les placements “tendance”,
  • ignorer les messages alarmistes de récession,

En d’autres termes, la concrétisation de votre projet repose sur votre gestion des émotions.

Pour faire fructifier votre épargne, vous allez devoir prendre des décisions, tout en gardant la tête froide.

Et je vous rassure… nul besoin de vous réfugier dans une grotte, au milieu de la forêt, sans wifi, pour vous couper de votre environnement extérieur (et éviter toute décision hasardeuse).

Comme vous l’avez vu, des solutions sont à votre portée pour annihiler les effets de l’inflation, avec des placements au rendement bien supérieur à 4 %.

Et pour en profiter, une seule chose à faire : se former. Et ce, en permanence.

Soyez proactif (et n’attendez aucune aide d’un État surendetté !).

Ainsi, vous prenez des décisions éclairées. Vous suivez votre plan de vol sereinement. Et vous identifiez, facilement, de nouvelles opportunités de générer des revenus passifs, de créer des business travaillant pour vous. Et votre retraite.

Voilà. On a fait le tour des grandes étapes à planifier pour prendre votre retraite anticipée et gagner votre indépendance financière.

Moi, je reste dans l’idée que cela demeure un beau projet, accessible à tous, et ce, quelle que soit la conjoncture.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Accessible ou insurmontable ? Je serai heureux de consulter votre avis en commentaire.

Cliquez ici pour télécharger gratuitement mon livre – un an pour quitter la rat race.

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs.

J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

Laisser un commentaire