Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs. J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Qui ne tente rien n’a rien

rue-rejet

Cet article a été écrit par Charles du Blog Vie Explosive. Merci à lui pour cette contribution! N’hésitez pas à aller faire un tour sur son blog.

Qu’est-ce que la peur du rejet ?

C’est cette fameuse peur, cette anxiété qui vous bloque, ce stress qui vous fait perdre tous vos moyens, elle inhibe toute action dès qu’il s’agit de demander quelque chose. Elle s’exerce même pour les très petites choses. En général, on a cette peur quand il s’agit d’un inconnu.

Vous voulez demander une augmentation à votre employeur ? Un numéro de téléphone à une personne que vous avez abordé ? Quelque chose vous retient, vous vous sabordez en trouvant une excuse ridicule.

Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse.

Inconsciemment même, on se retrouve à ne plus rien faire. On ose plus.

Victime ou acteur ?

C’est là que vous devez faire un choix : celui d’être la victime de votre peur, ou bien l’acteur de votre vie. La plupart des gens restent à l’état de victime. Ils continuent à se plaindre en osant pas demander. Ayez du culot ! FONCEZ.

Pas plus tard que cette semaine, j’étais avec un ami qui n’osait pas demander qu’on lui rajoute du riz dans son assiette. Je lui ai dit de demander, et qu’il serait fixé. Il l’a fait, et a eu sa ration supplémentaire. Si on lui avait refusé, on l’aurait fait gentiment. Aucune honte à avoir.
Il n’avait donc rien à perdre : soit on acceptait sa requête, soit on ne l’acceptait pas. S’il ne demandait pas : il n’aurait rien eu.

N’hésitez plus : l’hésitation tue ! Elle vous renforce dans vos positions, renforce la peur, et vous coupe dans toute action.
N’ayez pas peur de poser une question. Souvent on se résigne à ne pas poser de question car on a peur d’être ridicule. Ca vous est surement déjà arrivé, non ? On se trouve une excuse et on continue sur autre chose. Au final on ne saura jamais.

Si vous ne demandez pas, vous ne saurez jamais. Quelqu’un peut se poser la même question. Et vous ne pouvez pas tout savoir de toute façon ! OSEZ.

Gérer sa peur

Vous devez cessez dès à présent d’être la victime de votre peur, cette petite voix intérieure qui vous freine dans tout ce que vous entreprenez. C’est tout à fait normal d’avoir cette petite anxiété, mais vous contrôlez votre cerveau, donc c’est vous qui décidez. Et non vos sentiments.
Vous ne vous débarrasserez jamais de la peur, mais vous apprendrez à vivre avec.
Mais avant ça, il faut décider de vous prendre en main et d’agir.

Rejetez la peur du rejet !

Commencez aujourd’hui. Rien de pire que la procrastination si l’on veut changer. Plus tôt vous commencerez, mieux ça sera.

Soyez positifs. Si vous sortez et que vous avez à demander quelque chose, osez. Faites-le rien qu’une fois. Nul besoin de commencer sur les chapeaux de roue. Chaque chose en son temps.
Allez-y par étape, on ne peut changer en une journée. En effectuant cela, vous enclencherez le système de changement.
Levez-vous le matin en vous disant :

« aujourd’hui, je demande au moins une fois. »

Juste avant de le faire, dites-vous que vous n’avez rien à perdre à essayer.

Commencez par demander des choses simples, et surtout allez-y vraiment progressivement.
Faites le bilan tous les jours pour savoir si vous avez progressé.

Etre nul dans un domaine n’est pas dérangeant, tant qu’on progresse.

Que gagnez-vous à ne rien faire ?

C’est vrai, dès qu’on a une requête et qu’on n’ose pas, si on essaye de se faire violence notre cœur s’emballe un peu. C’est normal. En décidant de ne pas passer à l’action, le calme revient.
Après être passé à l’action c’est exactement la même situation ! Le calme revient, comme si on avait agit, mais il y a une chose en plus : la satisfaction de l’avoir fait. Encore plus si on a eu une réponse positive.
Soyez positifs, vous n’avez rien à perdre, et pourquoi on refuserait de vous rajouter du riz ?

Pourquoi est-ce qu’on n’ose pas ?

C’est cette peur du rejet qui nous bloque. C’est dû en général a des évènements passés, des échecs qui ont programmé notre cerveau. Pour ne plus subir ces échecs, votre cerveau crée cette angoisse afin d’anéantir toute prise d’action.
Mais de toute façon, sans échecs on ne progresse pas. Vous n’irez donc pas plus loin dans votre évolution personnelle.

Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas.

Thomas Edison

Il n’y a     pas d’échec, et vous ne pouvez pas savoir le résultat AVANT d’être passés à l’action.

Qu’avez-vous à perdre à changer ?

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs.

J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Picture of Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

20 réflexions au sujet de “Qui ne tente rien n’a rien”

  1. C’était déjà dans la bible, il me semble :

    « Demandez, et vous obtiendrez »
    « Frappez, on vous ouvrira »

    enfin quelque chose comme ça.

    Ce qui est sûr : si vous ne frappez pas aux portes, vous resterez dehors. Personne ne va se dire : « tiens, je vais regarder dehors au cas où quelqu’un dans le besoin n’oserait pas sonner chez moi ».

    Ou bien c’est arrivé, mais pas à moi 😉

    Répondre
  2. « Celui qui combat peut perdre mais celui qui ne combat pas à déjà perdu » ( de je ne c pas qui) .
    Voila qui résume cette article aussi je trouve.

    Répondre
  3. Bouè.. Je n’éprouve pas d’émotions ou d’envie particulière à la fin de cet article. J’ai déjà lu ce sujet traité par un grand (thx Samir), et je trouve que pas mal de choses ont été pompées dessus. De plus, est-ce qu’on est réellement incité ou a-t-on réellement l’envie à la fin de ce morceau de texte de changer pour passer de l’autre côté de la barrière ?
    Perso, j’ai pas de problème de crainte de l’inconnu, mais si je me mets à la place de quelqu’un qui a peur de se lancer, je ne me sens pas plus incité à le faire. J’ai eu l’impression de lire la leçon morale du jour : « Pour changer de vie, osez, vous n’y perdrez rien. » Oué et ? C’est plus du bon sens qu’autre chose… Pas assez de concret 😉 J’ai été faire un tour sur le blog et j’ai retrouvé les mêmes sentiments.
    Néanmoins, bon courage aux timides =)
    Alex.

    Répondre
  4. Alexandre,ce n’est pas tout de critiquer mais que proposes-tu pour améliorer ce que tu as à lui reprocher?
    Sinon critiquer pour critiquer ça ne sert à rien! 🙂

    Répondre
  5. dernièrement je suis allé négocier une baisse de mon assurance auto
    pour cela je me suis déplacer en agence et après 1/4 de discussion, j’ai gagné 150€

    « qui ne tente rien n’a rien »

    Répondre
  6. @Alexandre : Je te rassure, rien n’a été pompé sur aucun livre, ni blog.
    En revanche, on peut lire plus ou moins partout les mêmes conseils en développement personnel, finances etc, peut-être est-ce l’impression que tu as.

    Tu remarqueras, si tu as l’habitude du développement personnel, qu’il n’y a pas souvent de concret, mais plus des conseils. En effet, c’est peut-être quelque chose à améliorer.

    Si tu veux ajouter du concret, rajoutes tes expériences pour enrichir les lecteurs prochains, car en effet, ton commentaire n’est pas spécialement constructif.

    Je n’ai rien contre la critique, bien au contraire, mais j’aime la critique qui fait progresser.

    Néanmoins, merci pour ce commentaire, j’essayerai à l’avenir d’ajouter plus de concret dans mes articles.

    C’est bien dommage que tu n’ai pas accroché à mon blog, mais bon, on ne peut pas plaire à tout le monde. C’est aussi dommage que la motivation ne te soit pas venue après la lecture, j’espère qu’il n’en sera pas de même pour tous les lecteurs.

    Bonne continuation dans ton développement personnel.

    Répondre
  7. ¨You don´t ask, you don´t get¨ disent les americains.

    Demander c´est sortir de sa zone de confort, et plus on le fait et plus ça devient facile de le faire, alors autant commencer tout de suite 😉

    Répondre
  8. « Si nous n’espérons rien, nous n’aurons rien. Si nous demandons beaucoup, nous aurons une meilleure part. Le monde est dur seulement lorsque nous ne nous affirmons pas. » Charles F. Haanel. Il est évident qu’il faut toujours oser faire. Ne pas oser, c’est avoir des regrets ou des remords. Souvent, j’utilise une projection mentale en regardant ma main où je m’imagine regarder cette même main à 100 ans. Je serais alors très vieux. Cette main me fera revenir en arrière et en la regardant, il faudra que je dise de ma vie « Ni remords, ni regrets ». Osez donc construire votre vie pour avoir ni remords, ni regrets.

    Répondre
  9. +1 Holyclair

    Excellente cette idée de projection mentale.

    J’ajouterai : faites la paix avec vos regrets et remords actuels. Sinon vous tournerez en rond.
    Et perdrez votre temps, lequel est irremplaçable.

    So, just do it 🙂

    Répondre
  10. Bon article, on vit toujours plus mal les choses lorsqu’on ne les tentent pas que lorsqu’on les tentent et qu’elles échouent.

    Je vous laisse sur une célèbre citation de Neil Strauss : chaque fois que vous reculez, chaque fois que vous baissez les bras, chaque fois que vous n’y allez pas à fond, chaque fois que vous préférez ne pas tenter une expérience nouvelle ou pénible, vous faites une victime : vous-même.

    Yoann

    Répondre
  11. Si nous n’espérons rien, nous n’aurons rien. Si nous demandons beaucoup, nous aurons une meilleure part. Le monde est dur seulement lorsque nous ne nous affirmons pas.” Charles F. Haanel. Il est évident qu’il faut toujours oser faire. Ne pas oser, c’est avoir des regrets ou des remords. Souvent, j’utilise une projection mentale en regardant ma main où je m’imagine regarder cette même main à 100 ans. Je serais alors très vieux. Cette main me fera revenir en arrière et en la regardant, il faudra que je dise de ma vie “Ni remords, ni regrets”. Osez donc construire votre vie pour avoir ni remords, ni regrets.

    Répondre
  12. Je suis tout à fait d’accord avec cet article. D’ailleurs, j’ai fait un petit article de mon côté sur « échouer pour mieux réussir » avec une vidéo très motivante : https://www.pourquoi-entreprendre.fr/2010/04/25/echouer-pour-mieux-reussir/.

    On est jamais mieux servi que par soi même. Si on attend que les gens viennent vers nous ou que la chance nous tombe littéralement dessus, il est très peu probable qu’on réussisse à réaliser ses objectifs.
    De plus, je suis convaincu que ce sont par nos échecs, et non pas par nos réussites que l’on apprend le plus dans la vie. L’échec implique une réflexion et une remise en question qui fait aller de l’avant, alors que la réussite nous apporte satisfaction. Il faut donc avoir le courage d’avancer et prendre le risque d’échouer (au pire on apprend 😉 ) plutôt que de ne rien faire et de rester sur place.

    En tout cas merci pour cet article et pour vos deux blogs (businessattitude et Vie explosive).

    Répondre
  13. Mélissa : si tu relis bien mon message, tu vois que je lui reproche son manque de concret 😉

    Charles : En premier lieu, ne prend pas mon commentaire méchamment. C’est vrai qu’on retrouve souvent les mêmes sujets (bien apprendre, osez, investir se bouger le cul, trouver des relations,etc…) mais c’est une raison de plus pour trouver du commentaire qui sort des sentiers. J’ai l’impression que la blogosphère actuelle ne fait que relayer certaines informations d’après ce qu’une minorité aurait dit. Ce que je trouve fort dommage. Pour ceux qui lisent pas mal de blog anglais/américain, les lecteurs les plus affutées auront remarqués ça. Même si l’argent est un sujet tabou dans le pays des grenouilles et que pas mal ont déjà quitter les chemins balisés sur ce sujet, il est trop rabâché sur la toile. Beaucoup de blogger ont lancé leurs blogs sur un coup de tête ou bien juste parce qu’ils ont vu que ça rapportait de l’argent (cf. un des sujets de BA), et moins pour vraiment innover dans ce domaine. Conséquence, la qualité et la naissance de données qualitative se trouve bouchée.
    Après, je suis assez culotté de caractère et n’ai pas peur de me prendre un « non » dans la figure donc ne pas me prendre pour une généralité.je reviens d’un marchand d’apareils électronique de quartier, et au lieu d’acheter mon macbook AIR le prix normal, j’ai remarqué que le soir il n’a personne dans sa boutique. J’y suis allé dix minutes avant la fermeture, et j’ai directement été au vendeur. Je lui ai fait comprendre que je voulais acheter un macbook AIR mais à un certain prix qui était vers 15-20% inférieur à son prix. Après, je ne suis pas pressé et sais pertinnement que je trouverais ce que je cherche au prix que je cherche. Il a rapidement compris que s’il ne me le faisait pas à mon prix, il ne signerais pas avec moi. Résultat, 20% de 1700€ sont toujours mieux dans mon portefeuille que le sien.

    Je n’y suis pas allez d’un coup de tête j’ai prémédité mon coup. Après, il m’aurait claqué d’aller me faire voir, tant pis j’aurais quand même eu le même appareil au même prix.

    Enfin, l’intention de vouloir plaire à tout le monde est un manque de goût car tu ne satisferas jamais everybody. Tout ce qui touche au grand popularisme la meilleure chose qui soit du tout.

    Voilà, bon courage quand même, je te promets de repasser une ou eux fois sur ton blog pour suivre l’évolution des choses 😉

    Alex.

    Répondre
  14. @Jérôme : Merci pour le commentaire,super article et vidéo très motivante (que j’ai d’ailleurs publiée sur FB) !

    @Alex : Rassures-toi, même s’il parait un peu dur, j’ai appris à mieux réagir (qui plus est par écrit où il est difficile de faire passer une émotion) aux critiques des autres.
    Au contraire, j’aime la critique, mais celle qui me permet de m’améliorer.

    C’est pour cette raison que j’ai essayé de répondre avec gentillesse pour comprendre ton point de vue, plutôt que méchamment qui n’aurait fait qu’envenimer les choses.

    Bref, oui on y retrouve souvent la même chose, mais hélas on a vite fait le tour, et il est difficile de trouver un sujet non abordé. De plus les blogs DP sont nombreux. En revanche je te rassure je n’ai rien pompé, c’est juste une reflexion de moi-même, que tout le monde aurait pu avoir, que j’ai couché par écrit. Surement j’ai déjà lu un article sur le sujet une fois.
    Le but est de répeter pour faire intégrer car bien souvent on lit un article, et on ne fait rien. Il faut essayer de motiver, dommage que ça ne t’ai pas motivé, toi.

    Pour ma part, j’ai créé mon blog comme outil de développement personnel, et c’était en réflexion depuis un moment. C’est avant tout pour faire des bilans réguliers, et parler de ce que je fais autour de moi pour avoir des remarques et autres critiques (positives comme négatives) des lecteurs. J’y expose aussi ce à quoi je pense souvent. Il est difficile d’y intégrer du concret, beaucoup de livres que j’ai lu sont pure théorie, et je trouve ça assez dommage aussi, mais je le comprends. C’est aussi pourquoi je comprends ton point de vue.

    Dernièrement, je ne vois pas en quoi l’intention de plaire à tout le monde est un manque de goût, mais je sais que ça n’est pas possible : nous sommes tous différents, et si mon blog plaisait à tout le monde alors on se ferait chier.

    Félicitation pour ton côté anti peur du rejet, pas beaucoup de monde est capable de le faire. Moi aussi il faut que je progresse là dessus encore même si j’ai bien avancé.

    Quand tu veux pour repasser sur mon blog voir si tu accroches un peu plus, n’hésites pas à laisser un commentaire comme celui-ci ;).

    Répondre
  15. Tu ne dois pas lire beaucoup d’autobiographie. Ces livres sont mes préfrés et la majorité de ma bibliothèque personnelle en est remplie. Et surtout il n’est âs nécessaire de ne lire QUE des livres de DP, d’autres livres plus « sectoriels » permettent d’avoir des idées pour s’améliorer. Après, moi je sais que mon domaine c’est la finance (trading, M&A, etc…) donc je m’achète quelques livres en rapport avc ça, mais surtout des autobiographies de diverses personnalités (pas que des financiers), car une bonne idée dans un livre à 30e peut m’en rapporter 40. Et dans ces AB, on peut lire comment ces gens ont fait XXX, même si c’était illégal, je peux l’adapter de manière YYY pour arriver à mes fins.

    Pour mon côté ‘anti-peur du rejet’ comme tu l’appelle, même si j’aurais plus tôt tendance à dire mon trait e caractère, ça m’est naturel : j’ai pas besoin de l’entretenir. Je n’ai besoin de plaire à personne, je n’ai besoin de satisfaire personne, et je sais très bien qui je dois satisfaie ou entretenir une bonne relation. pas par « amour »(beurk), mais par intérêt. Je sers mes intérêts en premier, pas ceux des autres. D’ailleurs, qui aurait le droit de passer avant moi ? Mon but est-il de chercher un monde où tout le monde serait heureux et vivrait en paix avec de l’argent à mon détriment ou bien satisfaire mon portefeuille et faire ce que je veux ?

    Qu’est ce que le « non » a d’effrayant ? On ne meurt pas pour avoir essayer…

    Bon, sur ce bon weekend.

    Alex.

    Répondre
  16. Article intéressant, au fond il faut changer son inner game petit à petit afin de, à terme, « devenir ce que l’on est » (comme disait Nietzsche)

    Répondre

Laisser un commentaire