Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs. J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Comment vaincre sa peur d’échouer

Dans cette vidéo j’explique une technique simple pour vaincre la peur de l’echec:

Un entrepreneur que je connais a réalisé une série de vidéos, dont une où il rencontre plusieurs entrepreneurs qui n’ont pas eu peur de l’échec et qui sont aujourd’hui dans une situation financière confortable : Cliquez ici pour voir cette vidéo.

Voulez-vous devenir plus riche jour après jour ?

Depuis 10 ans, plus de 15 000 personnes m’ont fait confiance pour les aider à développer des revenus alternatifs.

J’ai une question à vous poser, voulez-vous des revenus alternatifs ?

Cédric Annicette

Cédric Annicette

Depuis 2006, je partage mon expérience sur l’investissement, l’entrepreneuriat et le développement personnel. Devenu indépendant financièrement en 2011, et millionnaire en 2014, j’organise des séminaires ayant regroupés plus de 3000 personnes. J’ai créé plusieurs formations pour accompagner les personnes débutantes ou expérimentées dans les 4 piliers d’enrichissements que sont : l’immobilier, le business internet, le business classique et la bourse. Cliquez ici pour en savoir plus sur mon parcours

Articles similaires

42 réflexions au sujet de “Comment vaincre sa peur d’échouer”

  1. J’aime beaucoup le parallèle avec le basket 🙂

    L’échec ne doit pas être un gros mot au contraire! Il doit devenir un moteur vous obligeant à vous surpasser.

    c’est malheureusement très français.que de stigmatiser quelqu’un qui échoue.

    La stigmatisation commence dès l’enfance avec l’échec scolaire…

    Répondre
  2. Je pense que les gens ont peur de l’échec par manque de confiance en eux. Se tromper est souvent « mal vu » en France. Et puis franchement, avec une bonne formation,en connaissant bien les mécanismes de l’immobilier il est assez difficile de vraiment se planter dans l’immobilier. Si le job est bien fait en amont (recherche d’une bonne affaire et optimisation des frais de travaux- emprunt – notaire) les risques sont vraiment très limité.

    Répondre
  3. Je t’ai découvert hier par hasard et on a les mêmes passions: apnée, immo, basket… sympa!!!
    On a également la même approche sur un certain nombre de points (je viens de finir de lire ton livre ce matin).
    Bon parallèle avec le Basket et beau clin d’oeil à MJ!!!
    J’attends la suite!!!
    A++

    Répondre
  4. Bonjour,

    Pas mal la vidéo.

    Mais j’attends avec impatience
    celle de la gestion locative de Parking
    en petite agglomération

    Amicalement

    Répondre
  5. cool ! tu me fais rire cédrick ! Toujours à fond dans ce que tu fais !

    Moi j’ai un gros gros problème, c’est le : « pfffff je laisse tomber »…
    c’est à dire que je ne vais pas jusqu’au fond des choses. J’en suis conciente et pourtant je n’arrive pas à continuer… Pour moi il faudrait que tout arrive là tout de suite !!

    c’est quoi ton truc pour RESTER MOTIVE ?? meme si ça marche pas, que tu cherches, que tu remues tout dans tous les sens et que ça n’avance pas ???? (ou du moins ça n’avance pas assez vite)

    Répondre
  6. Bonjour Cédric et les autres commentateurs 😉

    Lors de ma formation de pnl, on nous a fait mettre le doigt sur le mécanisme qui nous pousse à rester inactif. J’ai assimilé une chose. Face à une situation donnée notre comportement ou si tu préfères  » attitude  » ( ça peut être crispation, être en sueur, se ronger les ongles, LA PEUR, être tétanisé ) est la meilleure voire seule attitude que notre être à trouver pour rester équilibré. On appelle cela l’intention positive. Pour y remedier des exercices tout simple peuvent être effectué. Bizarrement personnellement j’ai été longtemps inactif et envouté par la peur de la réussite. je sais c’est débile. Cependant grace à ma formation j’ai pu surpassé ce problème et me mettre en route vers le succès.
    @+
    PS: Cédric pour ta gouverne le plus styler des basketteurs fut Allen Iverson mdr
    mais j’aime bcp jordan lol

    Répondre
  7. Bonjour Cédric,

    l’échec est vecteur de persévérance a partir du moment ou on l’utilise pour apprendre et se renouveler…
    Facile a dire……je tente de le faire!

    Répondre
  8. Bravo !

    Les échecs font partie de la vie et contribuent à notre réussite. Sans échec, pas de réussite….
    On ne peut pas tirer d’expérience de quelque chose si on n’à pas connu d’échec.

    D’ailleurs l’échec n’existe pas, ce n’est qu’un Feedback .
    Croire en nous et persévérer sont les seuls moteurs de la réussite.

    Romain

    Répondre
  9. Bonjour Cédrick,

    Je suis entièrement d’accord avec toi pour ce qui est de la persévérance, il est rare de réussir du premier coup, mais il faut se relever à chaque fois qu’on tombe sinon on reste au tapis pour toujours.
    Cela dit c’est plus facile à dire qu’à faire. Je suis au tapis depuis plusieurs années, je n’ai pas encore trouvé la meilleure façon de me relever, mais ce n’est qu’une question de temps, car je reste invaincue tant que je n’ai pas rendu mon dernier souffle.
    Merci pour ta formidable leçon qui confirme ce que j’ai toujours pensé.

    Bien à toi,

    Marino

    Répondre
  10. La peur de l’échec on l’acquière dès notre plus jeune age.

    Combien de fois je n’ai pas osé répondre en classe par peur de me planter ! On a tous connu ça.

    Le pire c’est que souvent j’avais la bonne réponse.

    Maintenant je me dis : Qui ne tente rien n’a rien !

    Répondre
  11. Un parallèle encore plus évident : quand un bébé apprend à marcher, il se plante et tombe des dizaines de fois. Pourtant, TOUT le monde y arrive au bout du compte. Imaginez le monde si on s’était arrêter à la première chute…

    Répondre
  12. Bonjour Cedric,

    Bien cette petite vidéo.

    Je rajouterais quelque chose. Se planter et recommencer, c’est bien. mais le plus important, c’est de comprendre pourquoi !

    Tu fais allusion au basket et ça pourrais être n’importe quel autre sport. Pour réussir il faut des compétences. C’est en travaillant ces compétences qu’on devient le meilleur. Et les règles du jeu compte aussi !

    Tim Ferriss explique que les règles sont aussi importantes que le jeu dans son livre la semaine de 4 heures : https://www.roadtoentrepreneur.com/la-semaine-de-4-heures-vivez-la-vie-que-vous-voulez-vraiment-vivre

    En business, c’est la même chose. Si vous voulez créer un business, vous lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, vous aurez à apprendre et développer des compétences. Sans cela, croyez-moi, vous aurez beau essayez, vous continuerez d’échouer.

    Vous avez-échouez ? Comprenez pourquoi, adaptez et recommencez !

    Merci Cédric !
    Jérémy Goldyn

    Répondre
  13. @Nouredine :Très juste parallèle également et qui nous concerne tous.

    Je reprendrais juste un proverbe japonais qui résume cette vidéo :
    – Le succès c’est tomber sept fois, se relever huit –

    Répondre
  14. Salut,

    Le basket illustre parfaitement tes propos.

    D’ailleurs, j’aime bien cette citation « les échecs servent de répétitions au succès. ».

    Répondre
  15. tout à fait d’accord avec le fait que « c’est en fesant des erreurs qu’on apprend » et ça dans tout domaine
    mais c’est pas pour casser le délire mais en immobilier mieux vaut éviter de faire des erreurs, car elle peuvent avoir de lourde conséquence
    exemple: un mec qui achète un appartement qui s’auto-finance pas et qui doit faire l’effort de sortir de l’argent de sa poche chaque mois pour combler le déficit et qu’au bout de 6 mois son locataire ne paye plus…
    ba on dira que son investissement aurait été un échec des le départs et cet échecs aura de lourde conséquence dans sa vie
    sa fait maintenant que je me renseigne sur l’immobilier d’ailleurs tu fais parti des gens que j’estime être des « mentor » la première vidéo « explicatif en immobilier » que j’ai vu c’était celle ou tu disais « le premier investissement était le plus important »
    depuis je me documente chaque jour pour pouvoir investir en jour sans faire d’erreur car il y a de grosse sommes en jeu
    c pourquoi que le parallèle est bien mais en immobilier pas trop car en immobilier mieux ne pas faire affaire que de faire une mauvaise affaire
    alors que sur un terrain de basket, foot, ou mm un sport de combat mieux vaut agir (frapper, tir) que de rien faire
    en tout cas j’suis quand même d’accord avec le fait que les erreurs permettent d’avancer mais elle son à évité car certaine erreur peuvent engendrer de lourdes conséquence

    Répondre
  16. Ce n’est pas la première fois que Cédric mets en avant que la peur ne doit pas être un frein à l’action. Et il est vrai qu’une bonne piqûre de rappel ne fait pas de mal.
    J’aime bien ce que Brel avait répondu à ce sujet :
    « Je trouille tout le temps dans la vie tu sais. Bien sur je trouille. Mais, tu vois j’ai chanté 17 ou 18 ans ; j’ai été vomir avant chaque tour de chants. De peur. Quand j’avais trois tours de chants par jour, j’allais vomir 3 fois par jour ; de peur. (…) Cela dit, un homme qui n’a pas peur c’est pas un homme. L’important c’est d’assumer sa peur. C’est ça ! Mais qu’on ne vienne pas me dire qu’un type n’a pas peur. C’est un fou. Faut l’enfermer. »

    Mais je voudrais surtout rebondir sur la necessité de faire des offres. De nature je ne suis pas à l’aise dans la négociation. Et pendant bien longtemps si la proposition de prix d’un vendeur ne me convenait pas je me contentais de passer mon tour. Le déclic est venu le jour où j’ai visité un bien dans une copro qui me plaisait et dont le prix de vente était environ 20 % moins cher que ceux déjà visités dans cette même résidence.
    Pour la petite histoire l’agent m’avais fait poireauter 2 heures devant limmeuble et le bien était vraiment en mauvais état.
    Si l’agent avait été à l’heure je n’aurais comme d’habitude pas donner suite. Mais comme je l’ai dit j avais déjà visité plusieurs appartements dans cette résidence qui me « bottait » bien et j’étais assez énervé d’avoir du patienter 2 heures. Du coup j’ai fait une offre à la moitié du prix proposé. Je m’attendais (en gros j’avais peur) à ce que l’agent me dise vous ne manquez pas d air. Et pour une fois j assumais ma peur car j allais répliquer à l’agent que lui non plus ne manquait pas d’air en arrivant 2 heures en retard au rendez-vous (sans prévenir puisque c’est moi qui l’avais contacteé après 1 heure d’attente). Pour continuer avec les analogies sportives dont Cédric est si friand ça allait faire 1-1 balle au centre 😉
    Aussi quelle fut ma surprise lorsque l’agent me dit simplement qu’il allait transmettre au propriétaire et qu’il me tiendrait au courant. Quelques jours plus tard l’agent me recontactait je m attendais à nouveau à une fin de non recevoir du propriétaire. En fait s’il refusait bien ma proposition il me faisait une contre-proposition bien plus proche de ma proposition que du prix de vente initial.
    C’est ainsi que ma « peur » s’est définitivement évanouie. Depuis j’ai signé (et je signe encore) de nombreuses offres d’achat…
    Faites des offres assumez votre peur au pire vous risquez de faire de bonnes affaires 😉

    Répondre
  17. @felf

    Tu as raison il ne faut pas confondre « ne pas être tétanisé par la peur » et « y aller comme un bourrin » mais c’est vrai dans tous les domaines.
    Pour rester dans le sport par exemple tu dis quil faut mieux tirer que ne rien faire. C’est vrai ! Mais imagine tu es en finale de la coupe du monde dans les arrets de jeu de la prolongation y a 0-0 tu es au poteau de corner face à 2 adversaires dont le gardien (qui a donc quitté sa cage). Tu as la possibilité de tirer car tu es tres fort et même du poteau de corner face à 2 gars tu as disons 50% de chance de marquer ou tu peux centrer en retrait à un co-équipier qui va se retrouver seul face à la cage vide et qui aura donc 99% de chance de marquer (oui y a toujours un risque qu’il loupe la cage même en face )
    Que feras-tu ? Si tu tires et que tu loupes le match n’est pas perdu y a encore les tirs au but mais si tu fais la passe youpi la coupe est quasi à la maison 😉
    Y a de grandes chances que tu fasses la passe. Mais c’est pas la peur qui te fera prendre cette décision mais de la stratégie 99% c’est mieux que 50% 😉

    Dans l’immobilier (mais c’est vrai aussi pour tous les investissements) c’est pareil c’est pas parce qu’il ne faut pas ne rien faire parce qu’on peut perdre de l’argent, qu’il faut pour autant foncer tête baissée en disant « moi jai pas peur j’achète 50 aparts en Scellier en pleine cambrousse où y a déjà 90 % de logements qui sont vacants »
    Au sujet des lourdes conséquences il y a une maxime qui dit qu’il ne faut investir que ce que l’on est pret à perdre. Sans aller jusqu’à la, si tes revenus te permettent de rembourser l’échéancesi ton locataire ne paie pas tout en te permettant de continuer à faire bouillir la marmitte tu as quand même un filet de sécurité. Ne t’inquiete pas les banques en moyenne ne comptabilisent que 60 % à 70% du montant des loyers pour calculer ton taux d’endettement (les fameux 33% qu’elles n’aiment pas dépasser)

    Une dernière chose au sujet de l’appartement qui ne s’auto-finance pas. Car c’est une erreur de plus en plus fréquente de faire le raccourci bien qui ne s’auto-finance pas = mauvais investissement.
    Comme j’ai vu sur un autre article que tu aimes la magie des mathématiques je vais te donner un exemple.
    Plus tu augmentes la durée d’un pret amortissable et plus la mensualité est faible. Donc plus tu as de chance que ton bien s’autofinance. Mais il faut savoir que les taux sont plus élevés en fonction de la durée par exemple meilleur-taux indique un bon taux sur 15 ans à 3,45 % et sur 30 ans à 4,51 %. Au final le bien te sera revenu bien plus cher dans le second cas que dans le premier. La différence c’est que dans le second cas cela aura été indolore.

    Autre exemple celui de la résidence principale (même si beaucoup ne la considère pas comme un investissement).
    Pour une résidence principale tu ne perçois pas de loyer mais si tu rembourses un pret le bien ne s’auto-finance pas. Donc si tu suis ton raisonnement c’est un mauvais investissement. Je te laisse voir ce qu’en pense Cédric ici : https://businessattitude.fr/2011/06/06/senrichir-avec-l%E2%80%99immobilier/
    Bien sûr tu peux considérer que l’enrichissement de 50 000 € n’est que théorique car tant que la résidence principale n’est pas vendue elle n’a rien rapporté. Que de plus en plus d’acteurs prévoient une baisse des prix de l’immobilier. C’est possible et alors que penses-tu qu’il se passera ? Crois tu que Cedric sera paralysé par la peur ? Je ne pense pas il se contentera d’ajuster sa stratégie. Par exemple il a prévu de vendre au plus vite mais si les prix baissent il est possible qu’il choisisse d’y rester (après tout il faut bien loger quelque part !) en attendant que les prix se stabilisent ou remontent.

    Dernier exemple certains investisseurs cherchent justement des biens qui ne s’auto-financent pas. Imaginons que tu possèdes 10 appartements qui s’autofinancent tu en achèteras un onzième qui ne s’auto-finance pas dans le but de gérer du déficit foncier qui diminuera les revenus fonciers des 10 autres.

    Bref des profils d’investisseurs différents choisiront des investissements différents. Et c’est tant mieux sinon nous nous battrons tous pour les mêmes biens 😉

    Répondre
  18. Salut Cédric,

    Le peur de l’échec… C’est vrai que ca a été un frein (entre autres) pour moi, mais aussi et surtout la peur du regard des autres et du jugement. Mais à force de lire te spotss sur le sujet, je me suis dit que je n’allais pas manquer cette aventure pour une bête peur!

    J’aime bien l’image de Michael Jordan, à qui on a confié je ne sais plus combien de fois le shoot de la victoire sur le buzzer, et qu’il a raté, ce qui ne l’a pas empêché de devenir une légende…

    A bientôt,
    Chris

    Répondre
  19. Bonjour,
    Étant donné que tu as (un peu) contribué à la bonne nouvelle que j’ai eu ce matin, je désirais t’associer à mon dernier article : Mes visiteurs… 86 hier et 773 ce mois-ci !!… Merci d’avoir eu le désir de visiter mon site ou d’y avoir contribué grâce aux conseils que j’ai pu avoir sur le tien…
    Et si tu désires y revenir et me laisser tout un tas de commentaires, n’hésite pas !! Ils seront les bienvenue… Tu peux également t’y inscrire, et me faire de la pub… je ne t’en voudrais pas hé hé !!! ;-)…
    A bientôt et merci encore…

    Répondre
  20. Wé @Didier t’as pas tort mais après je trouve que sortir de l’argent de sa poche pour couvrir la mensualité pendant 15ans c bcp cela veut que pendant 15an tu ne gagne pas d’argent après pour la résidence principal c’est un autre délire pour moi ce n’est pas forcement un investissement appart dans le cas de cédric qui avait dit qu’il aller y vivre une dizaine de mois pour le revendre avec une plus valus
    sinon admetont qu’on a un bien qui ne s’auto finance pas avec un crédit sur entre 8 et 12ans cela peut être intéréssant à mon goût
    sinon merci d’avoir répondu à mon post cela m’appris certain chose
    mais dans l’histoire pense quoi peut maintenir qu’il vaut mieux ne pas faire que faire une mauvaise affaire
    sur ça j’pense qu’on sera tous d’accord
    perso j’ai vu des reportages de mecs qui ont foirer j’ai même lu un fait divers d’un mec qui à carrément vider sur le trottoir les biens d’un locataire qui ne payait pas
    j’ai lu des articles de types qui ont investir dans des biens délabrer car les locataires avait volontairement saccagé les lieux pour des mauvaise attentes avec le proprio

    Répondre
  21. à tous!
    Je ne voudrais pas passer pour le mec lourd de service mais s’il vous plait, faites un minimum attention à votre français. Cela en devient désagréable et pas très flatteur pour vous d’écrire aussi mal…
    Merci pour votre compréhension et bonnes lectures

    Répondre
  22. Bonjour Cédric,

    Et j’ajouterais : La maîtrise d’un domaine dépend à 10 % du « comment » et à 90 % du « pourquoi ». Quand le pourquoi est en place, le comment suit de lui-même…

    Répondre
  23. Bonjour.

    Merci pour cette vidéo Cédric (et je ne dis pas ça parce que je suis du 95 moi aussi).

    C’est vrai, en France, et je pense que c’est une question de culture, l’échec est très mal vu. Ce n’est pas bien d’échouer.

    Alors que dans d’autres culture, l’échec est juste vu comme une phase nécessaire pour apprendre quelque chose qu’on ne savait pas.

    Ca fait du bien de voir ce genre de vidéos en français sur Internet.

    Très cordialement.

    Guillaume du site questions-ebr.com

    Répondre
  24. @felf

    En effet mon propos ne doit pas laisser penser que les mauvaises affaires nexistent pas dans l’immobilier.

    Il n’a pour but que de faire réfléchir et se poser la question « qu’est-ce une mauvaise affaire ? »
    Un investissement peut avoir 2 finalités : constituer un patrimoine ou générer une rente. Selon que ton objectif soit l’une ou l’autre de ces finalités un même investissement peut être bon ou mauvais. Certes l’exemple de la résidence principale est à prendre avec des pincettes car ce n’est pas qu’un investissement (mais ça en reste un ce n’est pas un total délire !) puisque la RP répond aussi au besoin de se loger (et qu’il y a aussi un coté affectif bien plus présent que pour l’investissement locatif). Tout ce que tu achètes dans un but autre de consommation (au sens économique du terme) est un investissement.
    J’ai bien compris que ce qui t’intéresse ce sont les investissements qui produisent des rentes et le plus rapidement possible. C’est tout à fait louable bien évidemment mais attention à ne pas trop en demander car tu risques de ne pas trouver ton bonheur. Pour en revenir à un bien totalement autofinancé par exemple il faut déjà obtenir un crédit à 110% (c’est à dire que tu ne fais aucun apport pas même les frais de notaires). En fonction de ta situation cela risque d’être difficile à obtenir (ma banque principale par exemple pour un investissement locatif me demande 20 % d’apport).
    L’auto-financement est un critère un peu utilisé à tort et à travers et je t’invite à te méfier d’un jugement trop hâtif. J’ai bien aimé la réflexion lue sur un blog (je crois que c’est un de la blogroll ci contre). L’auteur raconte comment il se paie un immeuble pour le prix d’un paquet de cigarettes ar mois. Il s’est fait (gentiment) tapé dessus parce que son investissement est mauvais ce à quoi il a répondu qu’il préférait injecter cette somme dans un immeuble que dans un cancer du poumon 😉
    Il a également affirmé que l’auto-financement n’existait pas ! Son argumentaire repose sur le fait que sur la durée de ton remboursement de prêt tu allais surement avoir des périodes de vacances locatives, des travaux dans les parties communes (les fameux ravalements de façade qui font peur à tant d’investisseurs immobiliers !)

    Pour terminer ce commentaire (un peu long car le sujet me motive !) je vais rebondir sur la mauvaise affaire. Je suis assez d’accord avec toi qu’il vaut mieux rater une bonne affaire qu’en réussir une mauvaise même si Cedric nous rétorquera peut être qu’une mauvaise expérience apporte parfois plus de force qu’une bonne !
    Je vais même aller plus loin si au final tu ne sens pas l’affaire n’y va pas ! Même si d’autres t’assures que si c’est une bonne affaire si tu n’y crois pas ne signe pas ! Non pas que je crois en un effet coué négatif. Mais si tu avais des réticences et que tu y vas quand même sur le conseil d’autrui et que l’affaire se révèle être un échec tu n’en tireras que des rancoeurs. En revanche si tu y crois même si c’est un échec tu pourras y trouver des points positifs.

    Je suppose que tu es assez jeune donc tu as un avantage, celui d’avoir du temps devant toi. C’est un avantage certain de débuter le plus tôt possible mais précipitation n’a jamais été synonyme de vitesse ! Prends un maximum d’informations, lis un maximum de blogs, essaies d’avoir un feedback de personnes ayant fait au moins un investissement et tu sauteras le pas quand tu t’en sentiras prêt !

    Répondre
  25. Bonjour Cédric j’aurais voulu avoir votre avis sur la nouvelle loi récente de Cécile Duflot qui veut qu’un propriétaire ne peut plus augmenter le loyer une fois qu’un nouveau locataire remplace le précédent???
    serait-ce légitime que les prix d’achat baisse

    Répondre
  26. @Felf

    Dernière digression sur ce topic de ma part au sujet des biens qui ne s’autofinancent pas je viens de publier mon article qui révèle ce que l’on ne dit pas sur lautofinancement. Avec un exemple chiffré issu d’un cas réel. Pour le lire il suffit de cliquer sur mon prénom.

    Au sujet du plafonnement des loyers j’avais écrit un article lors de la publication du projet du parti socialiste pour 2012 avec quelques réactions que cela avait suscité.

    Si on prend un exemple récent celui des carburants où l’on nous explique qu’on ne bloque pas quelque chose qui baisse et vu que certains observateurs traduisent une baisse dans 40 % des villes de plus de 60 000 habitants…
    Pour faire une boutade disons que ce ne serait pas la première fois qu’un éléphant accouche d’une souris 😉

    On nous annonce un décret d’ici septembre en attendant une refonte de la loi tendant à améliorer les rapports locatifs début 2013 cela nous donnera au moins du grain à moudre dans nos blogs 😉

    Et si cela se traduit par une baisse des prix de vente ce ne sera pas pour déplaire à tous les investisseurs 😉

    Répondre
  27. Une fois de plus, une vidéo sympathique et efficace.

    J’aime bien ta façon d’aborder tes sujets. T’es naturel et sincère.

    D’accord avec toi sur l’idée que c’est à force de faire qu’on réussit.

    Je rajouterai que la capacité d’analyse (la vigilance à soi-même et à son environnement) est aussi importante, pour comprendre pourquoi ça marche ou pourquoi ça ne marche pas.

    Il est vrai que l’échec est souvent un des passages vers le succès, comme l’apprentissage du vélo par exemple.

    C’est notre attitude face à l’échec qui fait la différence ; soit ça motive, soit ça dégoûte.

    Merci Cédric

    Répondre
  28. « une conférence en ligne »???
    c’est à dire???
    de toute façon j’ai raté la conférence mais j’aurais aimé en savoir plus sur le sujet peux tu m’éclairer

    Répondre
  29. Pour ma part ce n’est pas vraiment une peur d’échouer mais plutôt un doute sur mes facultés. Est-ce que je suis à ma place ? Est-ce que j’ai le droit de vouloir m’imposer alors que d’autres sont surement plus calés que moi ? Ne vais-je pas passer pour un égocentrique qui se croit tout permis ? Le problème vient surtout de comment je me perçois mais également de comment les autres me perçoivent. Le plus contradictoire dans cette histoire c’est que par moment je sais que je suis capable d’aller loin, très loin si je m’en donne les moyens, mais mon pessimisme reprend vite le dessus.

    Répondre
  30. Pour prendre confiance en soit, il faut se fixer des objectifs à court terme facilement réalisable, on pourra ainsi prendre confiance en soit et augmenter la difficulté de ses objectifs au fur et à mesure.

    Répondre
  31. « Un enfan qui est tombé et qui s’est relevé est plus fort qu’un enfant qui n’est jamais tombé. belle vidéo et j’adhère à l’approche. »

    Répondre
  32. Bonjour Cédric,

    belle métaphore sur la persévérance!
    Pour ma part, je n’ai aucun problème à me lancer, par contre c’est plus la persévérance qui m’a souvent faite défaut.

    amicalement,

    Pascal

    Répondre

Laisser un commentaire